Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Body positive

De… la diminution mammaire.

11 oct 2007 77

J’entends souvent les filles se plaindre de ne pas avoir assez de poitrine et rêver à quelque chose de plus gros…
Pourtant, il y a aussi celles qui rêvent d’en avoir moins. Celles-là ne peuvent pas faire de sport parce que ça secoue trop et que ça fait mal. Elles ne peuvent pas mettre de petits hauts décolletés parce qu’alors on ne voit plus que ça. Elles ne connaissent pas le bonheur de pouvoir porter des petits ensembles féminins et sexy comme les autres filles…

Il y a deux semaines, j’étais de ces filles.
Depuis, j’ai subi ce que l’on appelle une « réduction mammaire » (très poétique comme terme, me diras-tu).

Pourquoi ? Explications.

Depuis le collège, j’ai de la poitrine. À 11 ans, je faisais déjà un bonnet B. Toute ma scolarité, j’ai essuyé les remarques de personnes trèèès matures. A l’époque, on m’appelait « Pamela Anderson ». Plus fin, tu meurs…

Plus tard, à 13 ans, ma grosse poitrine a parfois attisé la jalousie de celles qui n’en ont pas autant. Autant dire que, si jeune, psychologiquement, c’est dur.

J’ai grandi, grossi et encore pris de la poitrine (merci la pilule…) A 17 ans, j’étais donc dôtée d’un beau 85E, voire F.
Je ne suis pas très grande, pas très grosse non plus : effet « buste difforme » garanti !

S’ajoute à cela, les galères dans les magasins pour trouver des hauts qui taillent bien. Pour les maillots de bain, c’était l’horreur. La lingerie, je n’en parle même pas. Souvent, je sortais des boutiques les larmes aux yeux.

Avec tout ça, il faut supporter les gros problèmes de dos. Eh oui, la poitrine, ça pèse ! Visites à répétition chez l’osthéo, mal de nuque à la moindre station prolongée devant l’ordi et j’en passe…

J’ai donc commencé à réfléchir à une éventuelle opération. Enfin, un jour, sur les recommandations d’une amie, j’ai décroché mon téléphone et appelé un professeur en chirurgie plastique.

D’emblée, il m’a mise à l’aise. Il m’a d’abord exposé la façon dont l’intervention allait se dérouler et m’a confié une mission : perdre quelques kilos avant l’opération. Et ce, pour deux raisons : d’abord pour tester ma motivation (et oui, suis-je prête pour l’opération, au point de faire l’effort de lutter contre ma gourmandise ?), et aussi parce que certaines femmes, en perdant du poids, perdent de la poitrine, alors l’opération ne s’avère plus nécessaire.
Les kilos ont été perdus, motivation oblige !

Heureuse nouvelle ! Parce qu’elle est considérée « réparatrice », l’opération est prise en charge par la Sécu. Elle ne me coûtera rien.

Nous fixons la date de l’intervention.

Le 18 septembre 2007, je passe sur la table d’opération.

A mon réveil, j’avais enfin la poitrine de mes rêves. Un 85C. J’ai pleuré de joie.

Là, tu te demandes…
Est-ce que c’est douloureux ? Non, pas plus que des douleurs menstruelles, par exemple.
Est-ce que ça m’a fait bizarre ? Oui, au niveau de l’équilibre. Les premiers jours, j’avais l’impression d’avoir en permanence deux verres de rhum dans le nez.

Aujourd’hui, deux semaines plus tard, je ne regrette absolument pas ma décision.

Bon, il y a la fatigue post-op’, les cicatrices (mais elles disparaitront), le soutien gorge de maintien super-sexy-de-la-mort à porter pendant deux mois (deux mois dans une vie, c’est quoi ?), l’impossibilité d’allaiter mon (ou mes) futur(s) môme(s).

Mais…

Ma poitrine ne bougera plus, elle ne tombera pas plus tard (si j’y fais très attention), je vais enfin m’autoriser les hauts féminins, faire du sport et, surtout, pouvoir me sentir mieux dans mon corps et dans ma tête…

En comparaison, tout le reste est anecdotique !

Les Commentaires
77

Avatar de tylwithes
5 juin 2012 à 16h30
tylwithes
Bonjour à toutes,

Je me suis complètement reconnue dans ce témoignage, ayant été opérée moi même pour une hypertrophie et une ptôse mammaire. Et comme l'auteur, depuis l'opération (il y'a 2 ans) je revis !!!

J'étais hyper complexée par ma poitrine (95E voir F), j'en avais marre des soutifs anti-sexy (ma propre grand-mère me refilait même les siens, c'est vous dire), de ne mettre que des blouses trop grandes car mes seins ne rentraient pas dans les t-shirts taille 40...
J'avais l'impression que les gens ne voyaient que ça et ça me bloquait complètement avec les garçons.

Si bien qu'à 20 ans j'en ai eu marre et j'ai parlé de l'opération à mon medecin. J'avais la chance d'avoir le soutien de mes parents et de mes amies car ils savaient que j'y pensais depuis mes 16 ans et que ce complexe me bouffait la vie.

Je ne regrette pas du tout l'opération car je me sens enfin "normale". Je peux acheter de jolis sous-vêtements pas cher, je peux m'habiller normalement et tout le monde me trouve plus mince (même si je ne suis pas mince, mes gros seins m'alourdissait la silhouette). Je peux courir et faire de l'équitation sans souffrir... Concernant l'allaitement, ma chirurgienne m'a dit que le jour où j'aurais un enfant, je pourrais essayer mais que ça risquait de ne pas marcher. Mais en même temps, vu que je ne supportais pas qu'un garçon voit mes seins, je risquais pas d'avoir un enfant un jour si je les gardait de cette taille là

Bien sûr il y'a les désagrément : j'ai une perte de sensibilité assez importante et il y'a les cicatrices qui sont selon moi assez visibles... Mais les avantages sont tellement nombreux que je si c'était à refaire, je n'hésiterais pas une seconde ! Maintenant, j'adore mes seins, je suis fière de mon 95C.
Vive les réductions mammaires o/
0
Voir les 77 commentaires

Plus de contenus Body positive

Sorties
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

Série télé
Sponsorisé

Comment reconstituer le Paris des années 80 ? La cheffe des décors d’Oussekine nous explique

Humanoid Native
Body positive
thought-catalog-fnztlIb52gU-unsplash

« Je créais des régimes mais tout ce que je pensais était faux » : une diététicienne fait son mea culpa

Marie Chéreau

22 avr 2022

15
Body positive
ok_2

À quoi ressemble un corps de 70, 90, 100 kg ? Des femmes le montrent sur TikTok et ça fait du bien

Barbara Olivieri

19 avr 2022

Grossesse
Capture d’écran 2022-04-19 à 09.58.28

Chez Vogue, on adore Rihanna mais on retouche sa ligne de grossesse dans le plus grand des calmes

Camille Abbey

19 avr 2022

Actualité mode
Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Anthony Vincent

12 avr 2022

Body positive
[Site web] Visuel vertical Édito

Cette nouvelle tendance TikTok refuse les filtres et célèbre la beauté « vraiment » naturelle

Marie Chéreau

05 avr 2022

Body positive
Camila Cabello s’épanche sur son mal être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Camila Cabello s’épanche sur son mal-être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Anthony Vincent

04 avr 2022

Société
Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Anthony Vincent

29 mar 2022

2
Parentalité
Capture d’écran 2022-03-25 à 10.19.31

« J’aime quand ton corps dit : pompe, pompe, pompe » : Ashley Graham dévoile l’allaitement sans filtre

Camille Abbey

25 mar 2022

Body positive
brownie_visuel_V

« Pour les hauts, on s’arrête au M » : la marque de mode Brownie est-elle sérieuse ?

Marine Normand

22 mar 2022

75

La vie s'écrit au féminin