Live now
Live now
Masquer
cours-eps-college
Body positive

Comment les cours d’EPS auraient pu me faire aimer le sport

Le sport au collège a été une expérience peu agréable pour Lucie — comme pour beaucoup de personnes. Elle t’explique ici pourquoi.

— Publié le 20 mars 2019

Qu’on se le dise : j’ai détesté mes années collège. Du coup, ça n’est pas une énorme surprise que j’aie détesté le sport au collège également.

D’autant plus que j’étais plutôt de celles qu’on traitait d’intellos à l’époque, donc l’EPS c’était clairement pas ma matière favorite.

Mais avec le recul, j’ai compris pourquoi j’avais trouvé ces cours de sport merdiques, et qu’est-ce qui aurait pu être fait pour que ça se passe un peu mieux pour moi.

Des formats de cours d’EPS peu adaptés aux personnes non-sportives

Alors oui, vous me direz : de la même façon, les cours de maths sont peu adaptés aux personnes nulles en maths.

Mais la différence c’est que je trouve que les cours de sport que j’ai eus n’étaient pas faits pour me faire progresser.

Dans de nombreux cas (ici je parle plutôt des trucs du type volley ou badminton), les jeux se faisaient en fonction du niveau : les forts avec les forts, les grosses merdes avec les autres grosses merdes.

Déjà c’est bof pour la confiance en soi. Et puis comment c’est possible de progresser quand la personne en face est aussi naze que toi ?

En badminton, au bout de deux coups de raquette, le volant était au sol. Wouhou, vive l’échange constructif…

Pourtant je suis sûre qu’au contraire, si on demandait aux élèves de jouer contre des personnes qui n’ont pas le même niveau qu’eux, ça permettrait aux plus faibles d’être tirés vers le haut.

Et peut-être même que ceux qui ont un meilleur niveau de base arriveraient à leur donner de bons conseils pour progresser !

Ça mettrait sans doute un peu moins de distance entre les personnes dites « fortes en sport » et les autres, et ça ferait pas de mal à certains pour apprendre à respecter les différences des autres.

Perso, je pense que j’aurais aimé jouer avec des personnes plus fortes que moi pour pouvoir leur poser des questions (« j’arrive pas à gérer telle situation, comment tu fais toi ? »), ou encore leur parler de mes difficultés.

Certes, le prof est là pour ça, mais ça peut être un bon exercice de communication entre élèves, non ?

L’humiliation d’être la dernière personne choisie en sport

Un des pires souvenirs de mes cours de sport au collège, c’est celui d’être debout face à deux élèves désignés pour choisir les membres de leur équipe.

Et de voir tous mes camarades de classe passer. En attendant désespérément d’être choisie à mon tour.

Franchement, à quel moment quelqu’un s’est dit que ça serait une bonne idée de faire ça ?!

Je ne sais pas si les profs de sport se rendent compte de l’humiliation que c’est pour une ado qui a déjà peu de confiance en soi d’être considérée comme la personne la plus mauvaise en sport…

Pourquoi les profs ne font pas les équipes eux-mêmes, pour équilibrer à leur façon ?

J’aurais dû parler, en cours d’EPS

Peut-être que c’est quelque chose que j’aurais pu leur proposer à l’époque. Parler de ce qui me dérangeait au lieu de subir.

De la même façon, je pense que j’aurais pu l’ouvrir face à ces mecs qui se foutaient de ma gueule parce que j’avais peur du ballon.

« Mais fréro, tu crois que ça me fait plaisir d’être dans les cages face aux gros bourrins de 3ème qui arrivent à 65km/h ?

Est-ce que ça aide vraiment de me gueuler dessus parce que j’arrête pas les balles ? Pourquoi tu m’encourages pas plutôt ?

Pourquoi tu me donnes pas des techniques pour progresser, au lieu de te moquer de ma force physique inexistante ? »

Je me demande comment ils auraient réagi si je leur avais réellement posé la question à l’époque, si j’avais ouvert le dialogue, expliqué ce qui me blessait dans leurs paroles.

Peut-être qu’ils ne se rendaient simplement pas compte que je faisais des efforts malgré tout ? Que dans le fond j’admirais leur aisance et leur habileté ?

Que j’aurais pu apprendre d’eux, s’ils l’avaient voulu ?

Comment le sport au collège pourrait être plus sympa pour tout le monde

À toi qui lis ces mots et qui vis peut-être la même chose en ce moment : je compatis très fort.

C’est une période relou, mais tu as toujours possibilité de parler avec les personnes autour de toi pour améliorer la situation.

Je ne te dis pas que tu deviendras forte en sport d’un coup, mais peut-être que tu progresseras un peu et que tu détesteras moins ces cours d’EPS qui m’ont paru si interminables.

Si tu juges que ton prof est une personne compréhensive, discute avec elle : dis-lui pourquoi tu as l’impression de perdre ton temps, comment tu penses que tu progresserais si elle changeait le format de ses cours.

Essaie de parler aussi aux autres élèves qui ont un meilleur niveau que toi, ils auront sans doute quelque chose à t’apporter !

Et si les personnes en question sont les mêmes qui se moquent de toi, brise la glace et explique-leur que ça te fait du mal et que tu progresserais mieux s’ils t’encourageaient.

Pour finir, prends ton mal en patience, c’est bien chiant mais ça dure pas si longtemps (un peu comme le cul avec mon ex lol), et bientôt tu pourras faire ton sport tranquille chez toi sans personne pour te dire quoi faire.

Et si tu es toi-même prof de sport, peut-être que tu pourrais en parler avec tes élèves les plus faibles pour trouver une solution et rendre leurs séances d’EPS plus agréables ?

Toi aussi, raconte-moi ton expérience des cours de sport au collège, et partage tes idées pour améliorer la situation des personnes comme nous !

À lire aussi : Le harcèlement scolaire… et ses conséquences

Les Commentaires
59

Avatar de BananaPeel
30 août 2019 à 21h05
BananaPeel
@Punkrawkgirl
Je me suis peut-être mal exprimée, je ne voulais pas à tout prix défendre les cours d’EPS comme ils sont donnés actuellement ou minimiser l’impact négatif qu’ils ont sur beaucoup d’élèves. Mon but avant tout était d’essayer d’apporter de la nuance dans des commentaires qui étaient plutôt anti “élèves bons en sports” à mon avis et parfois un peu virulents et manquant de bienveillance.
Je ne voulais pas non plus dire que les autres matières ne servent à rien. Elles sont très importantes pour la culture générale, je suis bien d’accord avec toi. Mais doivent elles pour autant être obligatoirement notées? Si un élève ne retient pas toutes les dates du programme d’Histoire de cette année, certains théorèmes de mathématiques ou ne retient pas bien les langues étrangères, sa vie est-elle ruinée pour toujours?
Je pense que ce problème de cours d’EPS et de notes est beaucoup plus présent au collège qu’en primaire donc je ne parlais pas vraiment du primaire où l’on apprend vraiment les bases de toutes les matières et des savoirs qui nous servent tout au long de notre vie. Mais je pense qu’à partir du collège où les enseignements deviennent beaucoup plus approfondis et spécialisés, les élèves devraient avoir le choix de leur emploi du temps. Pas à 100% parce que (et de plus en plus) les moyens ne sont pas offerts pour que chaque élève puisse avoir une éducation “à la carte”, mais plusieurs parcours, un peu comme pour le bac avec des filières différentes selon les préférences et les prédispositions des jeunes adolescents?
Finalement nous nous rejoignons bien sur le fait de “laisser le choix” aux élèves mais pas qu’en sport. C’est tout ce que je voulais faire passer comme message, être aussi bienveillants avec ceux pour qui le sport n’est pas un problème.
<3
0
Voir les 59 commentaires

Plus de contenus Body positive

pexels-daria-liudnaya-8166408
Body positive

On vous emmène dans un institut de beauté différent, qui prend soin de tous les corps

Anthony Vincent

25 nov 2022

6
Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
L'autrice afro-féministe Kiyémis, photographiée par Adeline Rapon, pour Albin Michel
Livres

L’autrice Kiyémis s’affirme comme votre « pire cauchemar » dans un essai libérateur

Anthony Vincent

11 nov 2022

2
Le naturisme explose au Royaume-Uni, peut-être grâce à la pandémie
Body positive

Le naturisme explose au Royaume-Uni, peut-être grâce à la pandémie

Anthony Vincent

08 août 2022

1
Une illustratrice efface la prothèse d’une activiste pour une campagne « body-positive » qui fleure bon le validisme
Body positive

Une illustratrice efface la prothèse d’une activiste pour une campagne « body-positive »

Anthony Vincent

03 août 2022

9
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol
Sorties

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

thought-catalog-fnztlIb52gU-unsplash
Body positive

« Je créais des régimes mais tout ce que je pensais était faux » : une diététicienne fait son mea culpa

Marie Chéreau

22 avr 2022

16
ok_2
Body positive

À quoi ressemble un corps de 70, 90, 100 kg ? Des femmes le montrent sur TikTok et ça fait du bien

Barbara Olivieri

19 avr 2022

Capture d’écran 2022-04-19 à 09.58.28
Grossesse

Chez Vogue, on adore Rihanna mais on retouche sa ligne de grossesse dans le plus grand des calmes

Camille Abbey

19 avr 2022

Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi
Actualité mode

Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Anthony Vincent

12 avr 2022

[Site web] Visuel vertical Édito
Body positive

Cette nouvelle tendance TikTok refuse les filtres et célèbre la beauté « vraiment » naturelle

Marie Chéreau

05 avr 2022

La vie s'écrit au féminin