Live now
Live now
Masquer
conge-menstruel-jack-parker
Société

Jack Parker a parlé tabou des règles et congé menstruel face à Jean-Jacques Bourdin

Jack Parker était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi 30 août, pour parler tabou des règles en général, et plus précisément de congé menstruel !

Ce mercredi 30 août, sur RMC, un sujet encore trop peu abordé en dehors des cercles féministes a fait son apparition : les règles.

Et pas de n’importe quelle manière : Jean-Jacques Bourdin avait invité Jack Parker pour évoquer le congé menstruel  !

L’émission est disponible en replay sur le site de RMC (intervention de Jack à partir de 34 minutes) :

C’est peut-être anecdotique pour toi, si tu suis assidûment madmoiZelle. Car voilà près de 10 ans que Jack Parker a commencé à y parler de règles ! Ce n’est peut-être déjà plus un tabou pour toi, et le sujet n’est certainement pas un scoop.

Mais le fait qu’il soit abordé par Jack, sur une chaîne nationale, à une heure de grande écoute, sur l’invitation d’un journaliste grand-public comme Jean-Jacques Bourdin, voilà un signe que les mentalités sont véritablement en train d’évoluer !

On en est d’ailleurs à parler de congé menstruel, un débat inimaginable il y a encore quelques années !

Le congé menstruel, qu’est-ce que c’est ?

Rappelle-toi, je t’en ai parlé au moment où l’Italie annonçait réfléchir à une telle mesure : le congé menstruel, ce sont des jours de repos dont les femmes pourraient bénéficier lorsque leurs règles les font trop souffrir.

Ça existe déjà dans plusieurs pays comme le Japon par exemple, mais comme rappelé au cours de l’émission, ceux-ci sont très peu utilisés, notamment en raison du tabou qui entoure les règles.

Il y a effectivement des arguments en faveur de ce congé : certaines femmes ont de telles douleurs qu’il devient extrêmement compliqué pour elles de travailler correctement. C’est d’ailleurs ce dont témoignait Marie, une auditrice :

« Migraine, plus problème de transit, et ça vient en plus avec l’impression d’avoir un ballon de rugby dans le bide. »

Mais une autre auditrice, Caroline, lui oppose directement les risques discriminatoires que cela pourrait engendrer :

« Si on met ça en place, faudra pas s’étonner que les femmes aient encore plus de mal à trouver du travail que les hommes.

C’est déjà souvent le cas avec les congés maternité. Et c’est pas tous les mois, tous les jours, à la même heure donc pour l’organisation… »

Les règles, un tabou encore très ancré

Mais en réalité, et comme l’expliquait très bien Jack Parker, cette question très complexe est impossible à résoudre pour le moment :

« Il y a d’abord une question de tabou à régler. »

Car en effet, ce qui se produit, c’est la minimisation perpétuelle des douleurs que ressentent certaines femmes au moment des règles. Il suffit de constater les réactions des auditeurs et auditrices.

Que Caroline commence par dire — avant de revenir un peu sur ses propos — « un Spasfon et puis c’est bon », c’est symptomatique. Jack confirme :

« La première étape c’est de briser le tabou de cette douleur. On ne peut pas parler de congé menstruel dans le climat actuel. »

Elle explique qu’on a intériorisé cette histoire, à coup de leitmotiv comme « il faut y aller quand même, prendre sur soi ». Mais par moments, il faut rappeler qu’on a le droit de souffrir, qu’on est humain, tout comme d’autres personnes avec des maladies chroniques ont des mauvais jours.

Jack Parker oeuvre elle-même énormément à la levée de ce tabou ! Elle a lancé un blog, Passion Menstrues, dédié aux histoires de règles. Et cette année, elle a sorti un livre sur le sujet, Le Grand Mystère des Règles

jack-parker-interview-grand-mystere-regles

Les règles, un combat féministe toujours d’actualité

S’il y a une chose que cette émission nous prouve, au-delà du fait que de vraies questions se posent au sujet des règles, c’est que beaucoup de gens ignorent encore les réalités qui entourent ce phénomène tout à fait naturel.

Que ce soit quelque chose perçu comme dégueulasse, ou que l’on minimise les douleurs que cela peut engendrer, il y a encore du boulot à faire… Les mentions Twitter de Jack Parker en témoignent.

Alors deux choses : bravo à Jack Parker de continuer à tenter tant qu’elle peut de casser le tabou qui règne encore, et plein de courage pour affronter le flot de commentaires peu ragoûtants (c’est peu dire) qu’elle reçoit.

Et le dernier mot pouuuur…. Rachel !

« – Les règles sont pas si horribles !  – Pas d’utérus, pas d’opinion ! »

À lire aussi : Douleurs insoutenables et sexualité limitée : l’endométriose, je vis avec depuis toujours

Les Commentaires
26

Avatar de Cornelie
2 septembre 2017 à 11h15
Cornelie
Je suis complètement pour aussi, je comprends bien les arguments contre, mais ça simplifierait la vie de tellement de gens...
Je peux pas aller voir mon médecin à chaque fois que j'ai mes règles, quoi...et c'est pas juste que c'est chiant, c'est que déjà ça coûte cher d'avancer 25 euros pour ça, et ensuite ben, le premier jour de mes règles, parfois le second aussi, parfois les suivants aussi, je ne PEUX pas. Je ne peux pas bouger. A part pleurer, me tordre de douleur et vomir, je ne peux rien faire. Je me suis déjà retrouvée à 200 mètres de chez moi, assise par terre à attendre que ma chérie vienne me chercher parce que même 200 mètres, je ne pouvais pas m'y traîner.
Si je pouvais savoir que je "peux" ne pas aller travailler ces jours-là me rassurerait un peu pour mon avenir professionnel.
Et puis un congé menstruel "officiel" permettrait de reconnaître que oui, il y a des gens pour qui les règles ne sont pas un simple désagrément, peut-être qu'on nous croirait un peu plus, et peut-être que les éventuels témoins de mes jours de règles paniqueraient un peu moins devant mon état en sachant que oui, c'est possible, ça arrive, j'ai l'habitude, c'est pas la peine d'appeler les pompiers.
6
Voir les 26 commentaires

Plus de contenus Société

Qu'est-ce qu'un féminicide ?
Société

Pourquoi l’affaire Marie-Bélen Pisano interroge la notion de féminicide

Elisa Covo

08 fév 2023

2
pexels-katerina-holmes-5905700
Daronne

Écrans et enfants : comment éduquer les jeunes au numérique et à ses risques ?

freestocks-nss2eRzQwgw-unsplash
Santé

Les femmes sont-elles victimes de maltraitance de la part de l’industrie pharmaceutique ?

Louise Chaufourier

08 fév 2023

9
La masculinité, facteur aggravant dans les accidents de la route.
Société

Comment la masculinité toxique aggrave les risques d’accidents de la route

Elisa Covo

08 fév 2023

[Site web] Visuel horizontal Édito (22)
Société

PPDA : pourquoi la publication du livre « Le Prince noir » pose problème

manifestation soutien iran Mahsa Amini – melbourne – Matt Hrkac
Pop culture

Baraye, l’hymne de la révolte iranienne remporte le prix de l’engagement aux Grammy Awards

Maya Boukella

07 fév 2023

solen-feyissa-UWVJaDvXW_c-unsplash
Société

Comment Google ralentit l’accès à l’IVG aux États-Unis

Elisa Covo

07 fév 2023

La couche d’ozone se referme
Ecologie

Bonne nouvelle : le trou dans la couche d’ozone a presque disparu

Elisa Covo

07 fév 2023

1
excision-vert
Féminisme

« Ça fait partie de la tradition » : excisées par nos mères, nous tentons de comprendre

Fenta Savane

07 fév 2023

5
jessica chastain iran
Pop culture

Pour Jessica Chastain, les médias US taisent la révolte iranienne car elle est menée par des femmes

Maya Boukella

06 fév 2023

1

La société s'écrit au féminin