Couple pizza
Témoignages

Cœur brisé et confinement, les ingrédients surprenants de ma plus belle histoire d’amour

Cette année, cette lectrice a fêté les un an du premier confinement en même temps que ceux de sa relation amoureuse. Après un cœur brisé, une rencontre au hasard et une pandémie, elle nous raconte l’histoire pleine de surprises de son couple !

J’ai de la chance : ma plus belle histoire d’amour n’est pas encore terminée. Mais elle a commencé d’une manière… étonnante, qui vaut la peine d’être racontée.

Un déménagement, et une rencontre

Iséroise d’origine, j’ai commencé mes études dans la belle ville de Grenoble. Mais en 2019, pour diverses raisons d’orientation scolaire, je choisis d’aller faire mon master à Dijon. Je débarque donc en septembre dans cet endroit nouveau, où je ne connais personne.

Le jour de la rentrée, je porte un t-shirt Marvel, et me fais vite repérer par un mec de ma classe qui porte un t-shirt Avengers. Nous parlons de comics, et en une journée seulement se crée un lien très fort entre nous. On finit même la soirée ensemble, à parler de tout et de rien, à rigoler très fort, et à boire un peu trop.

De nature très timide, je me raccroche à lui : il me présente son groupe d’amis, auquel je m’intègre sans souci, et nous découvrons ensemble cette nouvelle ville. Je sens très vite mon cœur s’emballer. Nous nous ressemblons en tous points, et j’ai l’impression d’avoir rencontré mon âme sœur, ni plus ni moins.

S’il aime encore son ex, peut-il vraiment être mon âme sœur ?

Notre relation amicale s’épanouissant, nous passions de plus en plus de temps ensemble. Jusqu’à ce qu’un soir, avant les vacances de Noël, nous ne finissions par nous embrasser. 

Ravie de ce baiser, j’acquiesce quand mon âme sœur supposée m’explique que nous en reparlerons à la fin des vacances, à notre retour des fêtes. Même s’il m’avait prévenue qu’il ne voulait pas de relation sérieuse, je restais patiente avec en tête l’idée qu’un jour, il serait prêt, et qu’alors que je serai là.

Mais voilà : à ce moment-là, il était fraîchement séparé de son ex et encore fou amoureux d’elle ! Par un hasard des choses, elle était également dans notre ville, et ils avaient repris contact.

Pendant les vacances, pas de nouvelles… aucun appel ni message. J’aperçois son ex sur ses stories Instagram et en déduis qu’ils se revoient.

À nos retrouvailles, la semaine de la rentrée, son attitude change. Il est plus attentif à certains messages, se comporte différemment… À la soirée suivante, je la vois débarquer à son bras, et comprends alors qu’ils sont à nouveau ensemble. Personne n’était au courant, moi y compris. Mon cœur se brise, et je noie mon chagrin dans l’alcool pour la soirée.

Un échec amoureux peut en cacher un autre, juste après

Nous continuons la soirée en boîte (nous sommes en 2019, rappelez-vous), et sous le coup des émotions et de l’alcool, je décide de me mettre en quête d’un coup d’un soir pour me changer les idées. 

Je pose alors mes yeux sur ce gars. Un brun aux cheveux frisés, très grand, très beau. Je n’arrive pas à regarder ailleurs, et j’ai l’impression qu’il m’attire comme un aimant. Je me surprends à le chercher du regard dans la salle dès je le perds de vue,  et à avoir envie de m’approcher de plus en plus de lui.

Vers 4h du matin, il disparaît de mon champ de vision. Je panique, et regrette de ne pas lui avoir parlé. Quand mes amis l’aperçoivent en train de faire la queue au vestiaire, je pars l’aborder en courant, sur un coup de tête.

Une fois derrière lui, je lui tape sur l’épaule. Il se retourne et va savoir pourquoi, je me mets à enchaîner une série de questions. Je lui demande environ 150 choses, toutes aussi inutiles les unes que les autres. Il répond gentiment à chacune d’entre elles, sans trop comprendre ce qu’il se passe.

Une fois mon interrogatoire terminé, il me demande si c’est fini. Je réponds oui, et il me souhaite donc une bonne fin de soirée en me faisait la bise.

Quand je le vois partir, je me mets à pleurer. Je venais d’essuyer mon deuxième échec amoureux de la journée.

L’envie de retrouver ce garçon persiste

Une fois rentrée chez moi, une sensation persiste. J’ai l’impression qu’il y avait plus à en savoir, à connaître de ce gars que je ne connaissais pas, mais qui m’intéressait énormément.

L’interrogatoire devant le vestiaire ne m’avait pas permis d’apprendre grand-chose sur lui, mais m’avait donné assez d’informations pour qu’il se reconnaisse.  Je décide donc d’envoyer un message à la page « Spotted Dijon » (eh oui, ces trucs existent encore !).

Son prénom est plutôt courant, et cité dans le post. De nombreux homonymes sont identifiés sous la publication… Mais aucun ne correspond à celui que j’ai rencontré.

Je me vois forcée d’abandonner la recherche.

Et puis, trois jours plus tard, je reçois une invitation sur Messenger d’un certain jeune homme me disant : « Je crois bien qu’on s’est retrouvés ». C’est de loin le message qui m’a fait le plus plaisir de toute ma vie !

Je comprends alors qu’il m’a cherchée aussi, étant donné que je n’avais décliné mon identité complète ni dans le post, ni dans la conversation que nous avions eue.

Dans les jours qui ont suivi, nous nous sommes parlé, des heures et des heures, des jours et des jours durant, jusque tard la nuit, voire tôt le matin…

Deux tourtereaux, le grand amour… et le confinement

La semaine suivante, nous nous donnons rendez-vous dans un bar. Ce soir-là, nous nous racontons nos vies, nos plus grands secrets, et nous rions. J’apprends que pour me retrouver, il est allé jusque dans la scolarité de ma fac pour demander la liste des étudiants de mon master et trouver mon nom !

Sans plus le connaître, j’avais l’impression que plus rien ne pouvait l’éloigner de moi. D’ailleurs, en partant j’ai loupé une marche et me suis explosée par terre devant tout le bar… Et je n’ai même pas eu peur du ridicule, on était juste morts de rire tous les deux !

Nous nous sommes vus encore et encore, en enchaînant les dates 2 à 3 fois par semaine. Nous allions au cinéma, au restaurant, boire des verres, ou passer des après-midi au parc.

Notre premier baiser a eu lieu le jour de l’annonce du premier confinement. Mais rien ne pouvait nous séparer : nous l’avons supporté sans souci… en continuant nos rendez-vous galants au supermarché.

Pendant deux mois, nous avons donc fait nos courses ensemble, avant de discuter des heures sur le parking. On écoutait de la musique dans sa voiture jusque tard le soir, en refaisant le monde.

Après le confinement, nous avons emménagé ensemble

Une fois le confinement terminé, quelques mois seulement après notre rencontre, nous avons emménagé ensemble dans un nouvel appartement. Il était hors de question d’être séparés à nouveau : nous avons acheté des meubles, nous sommes installés, et la vie a repris son cours. Sauf que cette fois-ci, nous étions ensemble.

Nous avons fêté nos un an en même temps que la pandémie, et j’ai l’impression que nous avons largement dépassé le stade de l’amourette. Pour moi, ce garçon est ma famille. Au quotidien, nous nous rendons heureux : on est très différents, mais on se complète et on aime tout de l’autre. On apprécie nos défauts, on n’a plus aucune gêne ou honte. Ensemble, nous rions énormément, et de tout ! Nous partageons nos passions respectives, et nous nous en sommes créé des nouvelles l’un avec l’autre.

D’ailleurs, sexuellement, je n’avais jamais connu ça non plus. C’est le premier homme qui réussit à me faire jouir, et ce n’est pas rien! Nous arrivons à nous satisfaire l’un et l’autre à 100%.

C’était inattendu, et c’est ma plus belle histoire d’amour

Je n’avais jamais vécu ça avec personne auparavant, et j’ai l’impression d’avoir redécouvert ce qu’est l’amour.

Il y a plusieurs morales à cette histoire. Premièrement, un échec amoureux n’est pas une fin en soi : c’est grâce à ce premier chagrin d’amour que je suis arrivée à cette immense victoire ! Je remercie presque ce premier mec de m’avoir brisé le cœur.

Ensuite, il y a des personnes dignes d’intérêt partout. Avant de rencontrer ce garçon, je n’avais jamais rencontré quelqu’un « au hasard » — en dehors de mon cercle d’amis, de la fac, de mon quotidien…

En tous points, lui et moi sommes différents. Il n’est pas étudiant ; n’aime pas particulièrement le sport alors que je veux en faire mon métier ; nous n’avons aucun ami ou collègue en commun… Et malgré tout cela, nos personnalités sont très similaires et nous nous respectons énormément.

Je me retrouve à m’intéresser au paysagisme (qui est son métier), lui s’intéresse au sport, et nous en parlons tous les jours avec intérêt. Je rencontre ses amis et il rencontre les miens. On s’encourage chacun dans nos parcours même s’ils ne se ressemblent pas.

Cette relation me nourrit comme aucune autre ne l’a fait auparavant et elle m’apporte beaucoup de bonheur.

Cette histoire d’amour était inattendue, insoupçonnée, une surprise. Et c’est la plus belle de ma vie.

À lire aussi : J’ai vécu une romance digne d’un film – Témoignage

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
1

Avatar de LutinDesbois
27 mars 2021 à 10h23
LutinDesbois
Cette histoire est trop pipou uppyeyes:
2
Réagir sur le forum

Plus de contenus Témoignages

Règlement de comptes
Couple qui campe avec un van

Amélie, 1680€ par mois en région rurale : « J’épargne entre 600 et 1000€ mensuellement »

Aïda Djoupa

29 juil 2021

33
Témoignages
femme-lecture-lettre-600

20 ans de lettres érotiques échangées avec un homme… qui n’est pas mon mec

Une madmoiZelle

28 juil 2021

Témoignages
femme épuisée au travail

Épuisée par le sexisme, j’ai quitté mon job et créé ma boîte

Aïda Djoupa

27 juil 2021

Règlement de comptes
2 parents et leurs 2 enfants dans une cuisine

Alice, 3.314€ par mois pour 4 :  « On achète selon les besoins et non les envies »

Aïda Djoupa

22 juil 2021

4
Témoignages
femme aux cheveux afro

J’ai appris à aimer mon afro pour montrer l’exemple à ma petite soeur

Aïda Djoupa

21 juil 2021

5
Témoignages
covid

Réorientation, déménagement, séparation… Comment la pandémie a bouleversé vos vies

Aïda Djoupa

20 juil 2021

Témoignages
Je suis gitane, et je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Je suis gitane, et je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

19 juil 2021

14
Témoignages
deux_femmes

« Sans libération des corps gros, il n’y aura pas de libération des corps tout court »

Aïda Djoupa

19 juil 2021

25
Témoignages
Sans titre

Je photographie des femmes après la ménopause pour lutter contre leur invisibilité

Aïda Djoupa

18 juil 2021

6
Couple
pere-enfant-mer-plage

Mon principal regret ? Avoir donné ce père-là à mon fils

Une madmoiZelle

16 juil 2021

14

La société s'écrit au féminin