Live now
Live now
Masquer
ca-film-2017-critique
Revues de films

3 raisons de regarder Ça, même si vous avez peur des clowns

Ça, le film avec le clown KIFÉPEUR, est dispo en DVD. Vous voulez le voir mais vous flippez de faire pipi sous vous ? Mymy vous le conseille malgré tout… Parole de coulrophobe !
Ça est sorti en DVD et en Blu-Ray ! Prêt·es à aller flotter vous aussi ?

Publié le 20 septembre 2017

Depuis la sortie aux États-Unis du film Ça version 2017, l’Internet ne tarit pas d’éloges sur cette nouvelle adaptation du diptyque horrifique de Stephen King.

Ça adapté en film d’horreur

Le long-métrage a réalisé des scores historiques de fréquentations, et ça pourrait bien n’être qu’un début puisqu’il ne sort en salles que ce 20 septembre 2017 en France, après de nombreuses avant-premières !

Vous l’aurez compris, Ça promet d’être le it-movie (vous l’avez ?) de cette fin d’année.

Mais voilà, il y a toute une frange de la population qui n’aime pas les films d’horreur et/ou a très peur des clowns et se retrouvera donc exclue de la hype.

Comme moi quand Star Wars 7 est sorti et que j’ai dû redire à tout le monde que j’aime pas la saga. C’était une triste période.

À lire aussi : Je n’aime pas « Game of Thrones » (mais ça va, merci)

Alors j’ai décidé d’essayer de te convaincre, toi, mauviette patentée, et toi, coulrophobe avéré•e, d’aller voir Ça même si tu te feras un peu pipi dessus. Car je hais les films d’horreur, j’ai peur des clowns, j’ai vu Ça

Et j’ai pas juste survécu : j’ai adoré !

Ça - Bande Annonce Officielle (VOST) - Bill Skarsgård

1. Ça n’est pas (juste) une histoire de clown

Replaçons un peu les choses dans leur contexte : Ça, ce n’est pas l’histoire d’un mec déguisé en clown qui piège des enfants.

À lire aussi : Un enfant déguisé en Grippe-Sou le clown maléfique, pour ne plus dormir de la nuit

Ça n’est pas un humain, c’est une entité maléfique qui, un peu comme un Épouvantard, peut prendre l’apparence de ce qui effraie le plus un enfant. Car il se nourrit de la peur qu’il génère.

Et son influence ne s’arrête pas aux plus jeunes : l’esprit néfaste de Ça se diffuse dans toute la ville de Derry, où il se passe bien plus de choses tragiques que dans le reste des États-Unis.

En luttant contre cette chose qui prend souvent la forme d’un clown, les enfants de Ça ne font pas que se défendre : ils tentent de rétablir un semblant de normalité dans la ville qui abrite leur famille, leurs amis…

losers-club-2017

Ça, c’est une histoire de passage vers l’âge adulte, d’entraide, d’amitié. C’est l’histoire de cet été où tout bascule, où on quitte l’enfance pour grandir un peu, sans devenir adulte pour autant.

À lire aussi : Cet été qui a changé ma vie — Témoignages de madmoiZelles

C’est aussi émouvant que flippant, et il serait très réducteur de ne considérer Ça que comme un film qui fait peur !

2. Ça, le film avec les gosses les plus chouettes de l’année

C’est pas simple de faire un film avec des enfants. J’en parlais dans ma critique de l’excellent Mary : l’équilibre entre un gosse intelligent, débrouillard, et un gosse trop malin pour être réaliste est délicat à trouver.

Tous les enfants de Ça, qui forment le Losers’ Club, le Club des Ratés en français, ont leur propre personnalité, leurs démons et leurs atouts. Pas facile de les présenter tous les sept, même en 2h15 de film.

Mais même si le réalisateur s’attarde sur certain•es membres du club (Bill, le « héros », Beverly et Ben, notamment), tous les Losers ont le droit à leur propre petite histoire, et c’est chouette !

loser-lover-it-movie

Le seul moyen de garantir l’immersion dans Ça, c’est de créer assez d’alchimie au sein de cette bande de bras cassés (littéralement) pour qu’on s’y attache. Et le pari est réussi.

Mon petit préféré, ça a toujours été Richie Tozier, le rigolo de la bande qui ouvre toujours sa bouche avant de réfléchir, incarné ici par Finn Wolfhard de Stranger Things. Et il est PARFAIT !

J’avais beau être en PLS à cause du clown et des jump scares, Richie m’a plusieurs fois fait mourir de rire, et le reste de la salle aussi.

En parlant de clown et de jump scares, d’ailleurs…

3. Ça ne fait pas TROP peur (enfin si) (mais ça va)

Je déteste les films d’horreur. Je suis totalement incapable de me forcer à regarder s’il y a des jump scares ou des trucs flippants, et je ne ressens aucun plaisir à avoir peur.

Bon, j’ai quand même été voir Ça parce que je suis une grosse fangirl de Stephen King, en me disant que j’allais passer un mauvais moment. Mais au final… ça allait… à peu près !

À peu près.

En fait, les jump scares sont vraiment amenés de façon « conventionnelle » donc ça me laissait le temps de me cacher les yeux (en laissant les coins de l’écran visibles pour faire genre je suis l’intrigue alors que j’ai envie de crever).

Non j’ai pas honte écoutez on ne lutte pas contre sa nature.

À lire aussi : Pourquoi aime-t-on autant les histoires effrayantes, les films d’horreur, tout ce qui fait peur ?

Une fois que le moment BOUH ÇA FAIT PEUR FORT ET VITE est passé, l’action se pose et il est possible de regarder ce qui se passe — même si y a un clown, oui, et même s’il méchant, oui. Car on VEUT savoir ce qui arrive aux Losers !

En plus du clown, Ça prend diverses formes et certaines sont plus flippantes que d’autres, selon votre sensibilité. Il y en a deux qui ne m’ont pas du tout fait peur, et une qui m’a terrifiée… On verra lesquelles vous font couiner !

Bonus : Ça rend hommage à l’œuvre de Stephen King

Je le mets en bonus parce que je me doute que pas mal d’entre vous n’ont pas lu Ça et ne sont pas forcément familier•es de l’œuvre de Stephen King.

Mais quand on l’est, ce film est un délice. (Pas comme l’adaptation de La Tour Sombre) (ouin.)

En premier lieu, Ça est très fidèle au bouquin, et les changements effectués sont à mon sens très pertinents.

Par exemple, là où un enfant a peur des loups-garous, le film lui invente une nouvelle terreur, plus proche de ce qui effraie les gens à notre époque. C’est nécessaire pour qu’on continue à être impliqué•e dans l’angoisse.

Mais au-delà des détails, Ça est surtout fidèle à l’esprit des œuvres de Stephen King. Cette petite ville polluée par un mal inquiétant, cette bande de gosses unie envers et contre tout, ces adultes démissionnaires…

Si on s’attache tant aux Losers, c’est parce que Stephen King les a bien écrits et qu’Andy Muschietti, le réalisateur de Ça, leur a donné vie avec talent. Et si Grippe-Sou nous terrifie, c’est pour les mêmes raisons !

À lire aussi : Castle Rock, la série basée sur Stephen King, commence aujourd’hui !

Je ne peux donc que vous conseiller de :

  1. Prendre votre courage à deux mains et aller voir Ça au cinéma
  2. (Re)lire les romans et pourquoi pas (re)voir le téléfilm avec Tim Curry, en attendant la suite de Ça, que j’ai hâte de voir sur grand écran !

[mmz_selection slug= »ca-stephen-king »]

Alors… prêt·es à flotter dans les égouts de Derry avec le Club des Ratés ?

À lire aussi : 5 bons films d’horreur qui sont aussi de bons films tout court

Les Commentaires
12

Avatar de Manea
16 janvier 2018 à 03h31
Manea
Des mois après sa sortie, j'ai finalement vu le film. Dans l'ensemble je l'ai trouvé sympa mais il y a un truc qui m'a vraiment déçue à la fin...

Contenu spoiler caché.

Après il y a aussi de très belles idées et trouvailles, la plupart des modifs passent bien. Juste ça qui fait que je fini le film en demi-teinte entre "plutôt cool" et "mouais".
4
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Revues de films

ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Humanoid Native
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
une-femme-du-monde-critique-film
Revues de films

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

La pop culture s'écrit au féminin