Live now
Live now
Masquer
big-bones-laura-dockrill-critique
Body positive

Big Bones, un roman décomplexant sur le poids et l’alimentation

Big Bones raconte l’histoire de Bluebelle, une adolescente anglaise de 16 ans, à travers son journal alimentaire. Drôle, insolent et décomplexé, ce roman fait un bien fou au moral et madmoiZelle en est fière partenaire !

En partenariat avec les éditions Robert Laffont (notre Manifeste)

Je tiens un journal intime depuis mon entrée en première L (plus ou moins assidûment).

Alors quand on m’a proposé de découvrir Big Bones, le nouveau roman de Laura Dockrill sorti le 12 avril dans la collection R, j’ai tout de suite eu envie de savoir ce qui s’y cachait.

En relisant mes cahiers d’adolescente, je me rends compte à quel point j’étais dramatique et emphatique. Tout était décuplé quand je posais mes pensées sur papier.

Avec le recul, c’est un peu ce qui me plaît dans l’adolescence : la demi-mesure n’existe pas.

Même si j’ai parfois envie de me mettre des claques en relisant mes grands discours, ça fait aussi du bien de retrouver ce qui m’a construite et qui m’a forgée pendant la période du lycée.

C’est exactement ce que j’ai trouvé dans Big Bones.

Big Bones, une ode à l’amour de soi

Big Bones, c’est le surnom de Bluebelle, une jeune anglaise de 16 ans. C’est un surnom qu’elle s’est appropriée parce que oui, elle est grosse, mais ça va merci, elle est très bien dans son corps.

Ce que tu t’apprêtes à lire quand tu ouvres Big Bones, c’est son journal alimentaire — qui lui sert finalement de journal intime. Chaque aliment sert de prétexte au récit d’une anecdote ou d’une réflexion qui lui est (de près ou de loin) rattachée.

Après avoir fait une crise d’asthme bien vénère pendant un examen, Bluebelle se retrouve dans le bureau d’une infirmière qui lui demande deux choses :

  • tenir un journal alimentaire
  • se mettre au sport

Le tout, dans l’idée de perdre du poids — ce qui pourrait aider à réduire son asthme. Sauf que Bluebelle s’en fout. Elle se trouve très bien comme elle est, elle s’aime de la tête aux pieds.

« Avant qu’on devienne amis ou quoi que ce soit de ce genre, vous devez savoir que mon corps je l’accepte à fond. C’est le mien. Et je vis à l’intérieur. Et je prends soin de lui. »

Tout au long du livre, elle relève tout de même toutes les petites réflexions (parfois violentes, parfois sournoises) qu’on lui fait sur son poids — et y répond mentalement à coup de « ferme ta grande gueule ».

Un bon moyen de voir à quel point c’est quotidien pour elle et que, malgré le fait qu’elle s’accepte comme elle est, les remarques sur son physique ne sont pas sans répercussions.

D’ailleurs, tout au long du livre, Laura Dockrill insère plein d’observations sur notre manière de juger et percevoir les autres !

DÉCOUVRE UN EXTRAIT DE BIG BONES

Big Bones, l’adolescence à son summum

Bluebelle est l’adolescence dans toute sa splendeur.

Elle est saoulée par ses parents, tout juste séparés, qui se comportent entre eux comme s’ils avaient son âge. Elle se moque allègrement de son père, qu’elle compare régulièrement à un artiste raté.

Pas qu’elle soit sans cœur ou qu’elle ne l’aime pas ! Elle est simplement dans une phase de l’adolescence où elle a besoin de s’émanciper.

D’ailleurs, c’est comme ça que l’histoire débute. Elle accepte de rédiger son journal alimentaire pendant les six semaines des vacances d’été en échange de quoi, elle aura le droit d’arrêter le lycée pour travailler en apprentissage au Planet Coffee.

Elle est en quête d’autonomie, veut faire entendre sa voix et avoir des responsabilités.

Planet Coffee, c’est le café dans lequel elle bosse pour l’été. Elle dépeint ses collègues avec beaucoup d’humeur et de mauvaise foi et rêve de devenir la nouvelle manager avant même d’avoir signé son contrat d’apprentissage.

C’est pour ça que je l’adore, Bluebelle. Elle s’y croit.

Même quand il s’agit de bouffe, elle a TOUJOURS un truc à dire — je me reconnais tant dans ce personnage.

Chaque chapitre est dédié à un plat ou un aliment. L’un d’entre eux concerne les loukoums et se tient en une phrase : « Ne m’en PARLEZ même PAS ».

Comment je me suis retrouvée en Big Bones

Bien sûr, Bluebelle et moi sommes loin d’être identiques. Déjà parce que, pour mon plus grand malheur, je ne suis pas anglaise.

J’imaginais Big Bones comme un mix entre une Rae Earl de My Mad Fat Diary (en moins torturée) et une Georgia Nicolson… je suis ravie d’avoir trouvé ce que je cherchais !

Au contraire de Rae, Bluebelle n’a pas peur du rejet des autres, c’est d’ailleurs elle qui les envoie chier la plupart du temps.

Je hais tout le monde.

Comment savoir si le mec qui lui plaît l’aime bien en retour ? Elle sort de chez elle au naturel, pas de maquillage, fringues les plus bof qu’elle trouve, et attend de voir :

« Si avec une allure pareille, je lui plais, alors ce sera sincère. »

Cette meuf a tout compris.

J’ai fait pareil à mon premier date avec mon mec : je l’ai accueilli en legging et tee-shirt ample de pyjama. Résultat ? Ça a fonctionné.

Bluebelle a un caractère bien trempé ! Parfois insolente, elle ne se laisse pas marcher dessus. Elle est drôle et a de temps à autres des idées complètement tarées. Puis, bien sûr, ne sait plus où se mettre dès qu’un mec lui plait.

En lisant ce livre, j’avais le sentiment me revoir en terminale en train de dramatiser chaque discussion et chaque petit élément qui pouvait se passer dans ma vie.

Je me suis vraiment attachée à ce personnage de Big Bones et j’aurais aimé continuer à la suivre encore longtemps dans ses aventures quotidiennes et culinaires.

big-bones-laura-dockrill

Commande Big Bones de Laura Dockrill

C’est un livre frais, qui se lit très bien (et très vite) dont madmoiZelle est fière partenaire ! J’ai eu envie que Bluebelle soit ma pote tant elle m’a fait rire.

Ça te donnera sûrement envie de manger milles et une choses — sauf quelques exceptions que je te laisse découvrir par toi-même — sans jamais complexer.

Rendez-vous dès maintenant chez ton ou ta libraire préférée pour découvrir l’histoire de Big Bones !

À lire aussi : Lettre ouverte à mon corps que j’ai décidé d’aimer

Les Commentaires
6

Avatar de MissMouette
16 août 2018 à 13h06
MissMouette
Après avoir lu l'article, j'ai été me l'acheter et je l'ai dévoré ! Super bouquin, bien écrit, drôle et feel good.. une super découverte
0
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Body positive

Sorties
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

Lifestyle
Sponsorisé

Deux femmes se confient sur leur réorientation professionnelle

Humanoid Native
Body positive
thought-catalog-fnztlIb52gU-unsplash

« Je créais des régimes mais tout ce que je pensais était faux » : une diététicienne fait son mea culpa

Marie Chéreau

22 avr 2022

15
Body positive
ok_2

À quoi ressemble un corps de 70, 90, 100 kg ? Des femmes le montrent sur TikTok et ça fait du bien

Barbara Olivieri

19 avr 2022

Grossesse
Capture d’écran 2022-04-19 à 09.58.28

Chez Vogue, on adore Rihanna mais on retouche sa ligne de grossesse dans le plus grand des calmes

Camille Abbey

19 avr 2022

Actualité mode
Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Anthony Vincent

12 avr 2022

Body positive
[Site web] Visuel vertical Édito

Cette nouvelle tendance TikTok refuse les filtres et célèbre la beauté « vraiment » naturelle

Marie Chéreau

05 avr 2022

Body positive
Camila Cabello s’épanche sur son mal être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Camila Cabello s’épanche sur son mal-être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Anthony Vincent

04 avr 2022

Société
Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Anthony Vincent

29 mar 2022

2
Parentalité
Capture d’écran 2022-03-25 à 10.19.31

« J’aime quand ton corps dit : pompe, pompe, pompe » : Ashley Graham dévoile l’allaitement sans filtre

Camille Abbey

25 mar 2022

Body positive
brownie_visuel_V

« Pour les hauts, on s’arrête au M » : la marque de mode Brownie est-elle sérieuse ?

Marine Normand

22 mar 2022

75

La vie s'écrit au féminin