Live now
Live now
Masquer
Srge Gainsbourg // Source : Wikipedia commons
Culture

Baptiser une station « Gainsbourg », c’est accepter le sexisme et l’inceste selon cette pétition

À Paris, une nouvelle station de métro sera baptisée du nom de Serge Gainsbourg, un homme dont l’œuvre et la vie privée est marquée par les violences misogynes et supposément incestueuses. Diffusée sur Change.org, une pétition alerte la RATP sur la dimension intolérable de cet hommage.

Quelques mois après l’ouverture de la Maison Gainsbourg, les militantes féministes doivent à nouveau faire de la pédagogie pour rappeler combien cet homme serait problématique. Cette fois, ce n’est pas entre les murs d’un musée à son effigie mais d’une station de métro que Serge Gainsbourg sera glorifié. À moins que cette pétition ne soit enfin entendue.

À lire aussi : #MeToo Inceste : Édouard Durand écarté de la présidence de la CIIVISE

Des violences connues de tous

À première vue, on pourrait penser qu’il ne s’agit que d’une simple référence à une chanson. Auteur et interprète du morceau « Le poinçonneur des Lilas », Serge Gainsbourg a été choisi pour donner son nom à la nouvelle station de métro de la ligne 11 située aux Lilas.

Or, le 26 novembre, une pétition a vu le jour pour dénoncer la décision de baptiser cette station du nom « d’un homme violent, misogyne notoire et chantre de l’inceste ». Lancée par Marie G., la pétition offre tout un travail de pédagogie pour rappeler « les tendances pédocriminelles voire incestueuses » de Serge Gainsbourg, dont le chanteur ne se cachait pas, dans sa musique ou l’espace public.

Srge Gainsbourg // Source : Wikipedia commons
Serge Gainsbourg // Source : Wikipedia commons

« Un crachat à la figure des victimes »

La pétition cite la dessinatrice Cécile Cée, qui avait mis en images ce qui pose problème avec Serge Gainsbourg lors de l’ouverture de son musée en septembre dernier. À partir des travaux de la dessinatrice, l’autrice de la pétition rappelle que l’œuvre de Gainsbourg « contribue à créer un climat présentant l’inceste comme une relation d’amour, sensuelle et désirable. »

Quel message cette décision d’inscrire son nom dans l’espace public envoie-t-elle ? Qu’il est acceptable, voire encouragé, d’être violent envers les femmes, les enfants si on le fait au nom de l’art et qu’on est un homme.

Afficher son nom dans une station de métro, cela revient à banaliser ces violences. « Cette décision de rendre hommage à Gainsbourg est un crachat à la figure des victimes »

À l’heure actuelle, la pétition a dépassé les 4000 signataires.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

1
Avatar de Perseperse
13 décembre 2023 à 19h12
Perseperse
Bientôt une station "Matzneff"
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Bilal Hassani pour Zalando // Source : Zalando
Mode

Bilal Hassani : « Le vêtement peut nous rassurer et nous armer de confiance »

The Beatles // Source : tmdb
Culture

Les Beatles auront chacun droit à leur biopic pour raconter leur légende

Judith Godrèche // Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Aux César, Judith Godrèche prendra la parole sur les violences sexuelles dans le monde du cinéma

1
Source : lumineimages
Daronne

Nostalgie : la suite de ce dessin-animé culte débarque sur les écrans

Anny Duperey  // Source : Capture écran YouTube
Société

Anny Duperey n’est plus marraine de SOS Villages d’enfants après sa prise de parole sur Judith Godrèche

3
Bye Bye Tibériade  // Source : JHR
Culture

Bye Bye Tibériade : tout savoir sur ce docu sublime sur l’exil de femmes palestiniennes

1
Source : Samantha Morton - BAFTA
Daronne

Bafta 2024 : l’actrice Samantha Morton dédie son prix aux enfants placés

1
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
J.K Rowling // Source : capture d'écran youtube
Culture

J.K. Rowling verse 81 000 euros à une association transphobe en prise avec la justice

31
Oppenheimer // Source : affiche du film
Culture

Oppenheimer écrase tout, Anatomie d’une chute salué : 3 faits marquants aux Bafta 2024

La pop culture s'écrit au féminin