Live now
Live now
Masquer
loki-serie
Série télé

Avec « Loki », Marvel nous fait des nœuds au cerveau et on en redemande

09 juin 2021 9
Loki a enfin débarqué sur Disney+ ! Le premier épisode promet déjà une série charmante, ambitieuse et riche en questions qui font mal à la tête.
Alerte spoilers

Cet article révèle l’intrigue de Loki, épisode 1

Sah quel plaisir ! Après WandaVision et The Falcon and the Winter Soldier, Marvel continue à dérouler son univers en format série télé, et offre tout un programme à son « méchant » (ça se débat) (bon, quand même, oui, c’est un connard) le plus sympathique : ce bon vieux Loki avec ses daddy issues plein les poches.

Chez Madmoizelle, on ne recule devant aucun sacrifice, c’est pourquoi j’ai passé ma pause dej à manger d’excellentes lasagnes devant Loki épisode 1, diffusé ce 9 juin 2021 ! Alors, qu’est-ce que ça vaut ?

Que raconte Loki, au juste ?

Dès la bande-annonce, le ton est posé : des décors hallucinants, une bureaucratie rigide, et presque un petit air de Legion (une autre ambitieuse série adaptée des univers Marvel) ! À cela près que Loki n’est pas enfermé dans un hôpital psychiatrique, mais dans un… disons… bâtiment administratif un peu particulier.

Loki - Bande-annonce officielle (VOST) | Disney+

Après avoir échappé à Tony Stark (Robert Downey Jr.) et ses potes en s’enfuyant à l’aide du Tesseract dans Avengers: Endgame, Loki (Tom Hiddleston) a perturbé le continuum temporel : il a créé une fourche, une dimension parallèle qui doit être réabsorbée dans la timeline principale. Car « il n’était pas censé survivre », selon les mystérieux Gardiens du temps, protecteurs surpuissants mais pourtant inconnus des Avengers comme du tyran asgardien.

Capturé par la Time Variance Authority ou TVA qui s’occupe de repérer et éliminer les « criminels temporels » dans son genre, Loki va devoir :

  • Comprendre que des policiers temporels existent, c’est quand même un délire
  • Comprendre qu’il est beaucoup moins puissant que ce qu’il pensait
  • Comprendre qu’à l’image de Jon Snow, il ne sait rien
  • Comprendre que son destin est de mener sa mère à sa perte puis de mourir lui-même après s’être enfin réconcilié avec son frère, wow, super

Et ça, c’est juste dans le premier épisode. Quel mercredi, mes aïeux !

Bien évidemment, notre héros ne va pas se faire pulvériser sur place puisque M. Mobius (Owen Wilson) le réquisitionne afin de l’aider à capturer une étrange figure masquée éliminant des agents de la TVA à différents points de l’histoire. Le twist ? Cette figure semble être Loki lui-même…

Loki, une série audacieuse

Il me faut vous faire une confidence : j’ai tant trépigné de joie devant Loki que j’ai failli mettre de la bolognaise sur mon beau t-shirt blanc. Car je voue une passion au voyage temporel et à la figure des time cops, présente dans de nombreuses œuvres de science-fiction : des agents hors du temps naviguant de siècle en siècle à la poursuite d’incongruités dans le continuum spatio-temporel, qu’y a-t-il de plus excitant que cela ?

Le Marvel Cinematic Universe a déjà trempé un orteil timide dans les eaux agitées du voyage temporel avec Avengers: Endgame, mais a prudemment renoué toutes les timelines par la suite, à deux exceptions près : Captain America qui ne revient pas dans le présent, et Loki qui crée une divergence en s’évadant.

WandaVision nous avait déjà prouvé que le studio osait des concepts un peu plus complexes que ses affrontements humains-aliens habituels en évoquant des dimensions parallèles, des réalités distordues… et ce n’est pas étonnant quand on sait que Wanda Maximoff reviendra dans Doctor Strange 2, officiellement baptisé The Multiverse of Madness. Car voyage temporel et multivers sont étroitement liés : chaque anomalie dans le continuum crée une dimension alternative, et tous ces « possibles » ajoutés forment ce qu’on appelle un multivers.

À trop réfléchir devant Loki épisode 1, on se fait des nœuds au cerveau. Puisque les agents de la TVA peuvent voyager dans le temps, pourquoi semblent-ils surpris de voir arriver Loki ? Ne l’ont-ils pas « déjà vécu » ? Les Gardiens du temps n’étaient-ils pas au courant ? Pourquoi M. Mobius peut-il perturber « ce qui est prévu » en sauvant Loki d’une condamnation à mort, alors qu’il semble sous-entendre que l’Asgardien est justement la personne qu’il poursuit ? Où se trouve la TVA, ou plutôt « quand » se trouve la TVA ? Quels liens entretient-elle avec des êtres que nous connaissons, comme Thanos (qu’elle ne semble pas avoir empêché d’agir) ou Stephen Strange ? Pourquoi la magie ne fonctionne-t-elle pas au sein de la TVA — et d’ailleurs, qu’est-ce que la magie au juste dans l’univers Marvel ? Qui sont les gens de la TVA, d’où viennent-ils, sont-ils seulement humains ?

Tant de questions, mes aïeux ! Tant. De. Questions. Ça fait du bien de voir une série aussi grand public affronter le sujet toujours casse-gueule du paradoxe temporel ; des superproductions comme Tenet ou Interstellar s’y sont certes essayées, mais Marvel nous avait habituées à des histoires plutôt linéaires et à une science-fiction somme toute assez terre à terre. On ne s’embarrasse pas de questions complexes comme le fait que le voyage à vitesse supraluminique suppose une dilatation de l’espace-temps : on dit au pilote de mettre les gaz, et on fonce à travers la galaxie !

Rien ne dit que Loki répondra à toutes les questions que ce premier épisode pose — les dénouements de WandaVision et de The Falcon and the Winter Soldier ont prouvé qu’il faut parfois savoir revoir nos attentes à la baisse. Mais elles ont le mérite d’être posées, et ce choix fait souffler un vent de fraîcheur sur des productions Marvel qui commençaient à manquer d’audace.

Cette audace, d’ailleurs, on la remarque jusque dans les décors ; malgré une réalisation assez classique, Loki nous en met plein les yeux avec son brutalisme rétro sur fond de cité hallucinante, hors du temps, hors du monde, où les voitures volantes semblent suspendues dans une boucle infinie, car il ne semble n’y avoir ni sol ni cime : seulement la TVA, partout, tout le temps. Comme un rêve fiévreux de Lovecraft mixé avec le space opera des Star Wars originaux.

Vous l’aurez compris, Loki épisode 1 est une belle promesse. Espérons que Marvel tienne la distance ! Rendez-vous chaque mercredi sur Disney+ pour le savoir…

À lire aussi : Déconnez pas, Disney+ : vous avez validé que Loki est gender fluid, maintenant il faut assumer

Les Commentaires
9

Avatar de Nacre
27 juin 2021 à 19h51
Nacre
C'est bizarre que vous n'ayez pas encore sorti un article faisant part
Contenu spoiler caché.
1
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Série télé

Pop culture
Stranger Things Pop up store

J’ai testé pour vous : le pop-up store immersif Stranger Things à Paris

Maya Boukella

26 juin 2022

1
Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Série télé
stranger-things-volume-2-saison-4-

Stranger Things 4 volume 2 : waw, on en parle de cette bande-annonce ?

Manon Portanier

22 juin 2022

Série télé
workin-moms-season-7

Workin’ Moms saison 7 : on a une bonne et une mauvaise nouvelle

Manon Portanier

22 juin 2022

4
Série télé
Netflix First Kill série vampires

First Kill, la série Netflix lesbienne et vampirique à vous mettre sous la dent

Maya Boukella

19 juin 2022

17
Série télé
[Site web] Visuel horizontal Édito (1)

Une pétition dit non à l’exploitation d’une prison nazie pour Stranger Things

Maya Boukella

14 juin 2022

10
Témoignages
how-i-met-your-father-disney-hilary
Sponsorisé

« Cette histoire illustre tellement qui ils sont » : des lectrices nous ont confié la rencontre de leurs parents

Série télé
SquidGames2

Squid Game 2 : une bande-annonce éclair et une lettre du réalisateur

Maya Boukella

13 juin 2022

Pop culture
HIMYF-how-i-met-your-father-disney-hilary-duff
Sponsorisé

How I Met Your Father (Disney+) : comment Hilary Duff est devenue l’actrice fétiche des comédies romantiques

Madmoizelle Brand

12 juin 2022

Série télé
Deux rappeurs en plein battle, capture d'ecran de Nouvelle Ecole sur Netflix

Nouvelle École laisse place aux jeunes talents du rap… et à Niska, accusé de violences conjugales

Aïda Djoupa

11 juin 2022

2

La pop culture s'écrit au féminin