« reglements-compte-alice »
Couple

Alice, 27 ans, touche 130.000€ par an : « Je n’ai jamais été une grande dépensière »

Combien gagnez-vous par mois ? Comment dépensez-vous cet argent ? Qui paye quoi dans votre couple ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous nous attaquons dans notre nouvelle rubrique Règlement de comptes !

Le 26 février 2021

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant, et par certains aspects féministes. Dans notre nouvelle rubrique Règlement de comptes, des femmes viennent éplucher leur budget et nous parler de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Alice (le prénom a été modifié) qui a accepté de nous ouvrir ses comptes.

  • Prénom d’emprunt : Alice
  • Âge : 27 ans
  • Métier : responsable du développement commercial
  • Salaire : plus de 130.000€ par an
  • Famille : Son conjoint avec qui elle est pacsée
  • Lieu de vie : Un appartement en région parisienne
Retrouvez tous les épisodes de Règlement de comptes ici !

Pour participer à la rubrique, écrivez-nous à l’adresse : salut[at]rockiemag.com en indiquant en objet « Règlement de comptes » et en vous présentant en quelques lignes.

Les revenus d’Alice et de son conjoint

Alors qu’elle n’a même pas 30 ans, Alice s’estime « très bien rémunérée ». De fait, elle est mieux payée que 98% des salariés en France.

Issue d’un milieu « assez modeste », la jeune femme exerce aujourd’hui le métier de responsable du développement commercial dans le secteur de la gestion de patrimoine, après avoir eu une promotion l’été dernier. 

« Je suis en CDI depuis deux ans dans une plateforme distribuant des placements financiers et des assurances. Jusqu’en juin dernier, j’occupais un poste de chargée de relations commerciales, sans responsabilités particulières ni attribution géographique. Depuis cet été, je suis responsable de plusieurs régions de France, toujours au sein de l’équipe commerciale de mon entreprise. »

En additionnant son salaire fixe, sa rémunération variable et son bonus, la jeune femme gagne plus de 130.000€ par an. C’est beaucoup plus que son conjoint, avec qui elle est depuis huit ans, et qui est rémunéré environ 30.000 € par an (primes incluses).

L’organisation financière du couple : pragmatisme et compte commun

Alice et son conjoint ont ouvert un compte commun quelques mois après s’être installés ensemble. Ils s’en servent pour toutes les dépenses communes (l’appart, les courses, les assurances, etc.), mais ils ont conservé leurs comptes personnels pour la perception de leurs revenus et leurs dépenses personnelles.

Avant la promotion d’Alice, le couple partageait tout à 50/50, mais les choses ont un peu changé depuis… 

« Désormais, je paie deux tiers des dépenses courantes communes (courses, vacances, meubles, décoration, etc.). Par contre, tout ce qui touche à l’appartement (remboursement du prêt, travaux, charges de copropriété, impôts fonciers, taxes d’habitation) reste payé à parts égales, car la propriété est partagée à 50/50.

Comme nous sommes en séparation de biens, il n’y aura aucune récompense entre ex-conjoints en cas de séparation. Désolée d’être si pragmatique, nous n’avons bien entendu pas prévu de nous séparer, mais c’est probablement une déformation professionnelle. »

Le principal poste de dépense du couple : l’appartement

Le principal poste de dépense du couple est le remboursement du prêt immobilier contracté il y a deux ans pour acheter leur appartement : 1.430€ par mois, divisé en deux donc, auquel il faut ajouter environ 240€ de charges de copropriété et 218€ d’impôts fonciers et de taxe d’habitation.

Le couple ne paie pas l’électricité et le gaz qui sont pris en charge par l’employeur du conjoint d’Alice.

Côté assurances et frais bancaires, Alice et son conjoint ont trouvé des tarifs intéressants : leurs comptes personnels sont chez des banques en ligne, sans frais.

Le couple privilégie les loisirs, sorties et vacances aux achats matériels

Lissé sur l’année, Alice estime que le couple dépensait environ 750€ par mois pour ses loisirs avant le Covid : restaurants, bars, concerts, cinéma, activités sportives…

« Avec le contexte actuel, j’ai constaté l’économie réalisée (plusieurs milliers d’euros en un an), mais avec du recul, les sorties et les additions dans les restaurants et les bars font partie des dépenses qui me font réellement plaisir, car ce sont des moments partagés, donc je n’essayerai pas de les réduire le jour où la vie reprendra son cours.

En dehors de cela, je ne suis pas une grande acheteuse. »

Le seul poste budgétaire qu’Alice aimerait réduire ? « Les clopes », mais ce n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant.

L’épargne et le rapport à l’argent

Chaque mois, en fonction de sa rémunération variable, Alice arrive à économiser entre 6.000 et 12.000€

« Je dispatche cet argent sur un livret et une assurance-vie principalement. J’ai également d’autres comptes que j’alimente plus rarement.

Quand j’étais plus jeune et encore à la charge de mes parents, je n’avais pas l’habitude de gérer mon argent et j’étais régulièrement à découvert. Je n’ai jamais été une grande dépensière pour autant et mes découverts étaient de l’ordre d’une centaine d’euros à la fin du mois. »

Depuis ses 21 ans et son indépendance financière, Alice a appris à gérer les factures et elle n’est plus jamais à découvert. 

Des éducations différentes vis-à-vis de l’argent

Lorsque je demande à Alice si elle a le même rapport à l’argent que son conjoint, elle m’explique qu’ils viennent tous les deux d’un milieu assez modeste, mais que leurs familles ont des modes de fonctionnement différents.

« Mon conjoint a grandi avec une éducation où il fallait dépenser ce qu’on avait et profiter pleinement. De mon côté, le maître mot était d’économiser pour se protéger en cas de souci.

Avec le temps, mon conjoint a appris à maîtriser ses dépenses et à épargner pour des projets. À l’inverse, j’ai lâché du lest au fil du temps et je me fais désormais un peu plus plaisir. Néanmoins, ma situation actuelle me le permet et je sais qu’en cas de changement professionnel et surtout financier, je privilégierai toujours la sécurité et la prudence vis-à-vis de mes dépenses. »

Aujourd’hui, le couple ne se dispute jamais à cause de l’argent, et ne se cache aucune dépense non plus. En dehors de la somme versée sur le compte commun en début de mois, chacun est libre ensuite de faire ce qu’il ou elle souhaite de son argent. 

Les Commentaires
101

Avatar de KrissdeValnor
30 juin 2021 à 07h30
KrissdeValnor
Je suis très loin de gagner autant que la madz de l’article, mais une part non négligeable de mon salaire est constitué de primes.
Pour ma part ces primes sont attribuées selon les gains de la société et le bon vouloir exclusif de mon patron qui est seul décisionnaire. C’est donc aussi influencé selon si nos clients nous payent en temps et en heure, si mon patron décide d’investir dans du matériel, s’il veut récompenser tel ou tel salarié, etc.
Selon les années cette prime a pu doubler mon salaire ou à peine payer un restaurant pour l’année. En 8 ans dans cette boite la prime n’a jamais été la même d’une année sur l’autre et aucun des salariés ne touche la même (mais si la prime est bonne, elle l’est pour tout le monde ou l’inverse). Et on ne connais le montant de la prime qu’à la fin de l’année, pour l’année à venir (donnée en 3 fois sur l’année).
J’ai pas trop compris cette histoire de payer moins d’impôts par rapport aux primes, c’est plutôt l’inverse en fait, on paye des cotisations sur ces primes au même titre que le salaire, et le jour où le salarié est en arrêt maladie/chômage ou autre, les primes ne sont pas comptabilisés, uniquement le salaire de base (ou comment l’état arrive à avoir le beurre et l’argent du beurre sur le dos des salariés).
Big pu au GP de mon mari dont la moitié du salaire a été constitué de primes, aujourd’hui à la retraite il a donc la moitié de ce pourquoi il a cotisé pendant toute sa carrière à l’usine.
Les primes ça arrange uniquement les patrons qui payent moins de charges dessus, et ça les arrange aussi beaucoup de pouvoir la modifier d’une année à l’autre (pas comme un salaire qui ne peut être que maintenu ou augmenté).

Il y a tout de même un moyen légal pour le salarié de contourner l’IR en mettant ces primes sur un placement financier type PEI ou PEE, à condition que l’entreprise en ait un à disposition des salariés, que les salariés soient au courant et il faut attendre ensuite au moins 5 ans sur ce placement plus ou moins risqués.
17
Voir les 101 commentaires

Plus de contenus Couple

Parentalité
technique-lacer-chaussures

Cette technique pour apprendre à lacer ses chaussures est géniale

Manon Portanier

26 juil 2021

Daronne
enfant-plage-soleil-chapeau-lunettes

Désinfecter les mains des enfants à la plage au gel hydroalcoolique : bien ou pas bien ?

Manon Portanier

26 juil 2021

Série télé
modern-family-fin-serie

Au fait, ça se termine comment Modern Family ?

Manon Portanier

25 juil 2021

Sélection shopping
selection-piscine-enfant

Et plouf ! Voici notre sélec de petites piscines pour bébés

Manon Portanier

25 juil 2021

Parentalité
enfant-pipi-parents

Les fails de la parentalité : vous n’êtes pas seule (et sûrement pas la pire)

Manon Portanier

24 juil 2021

12
Livres
la-remplacante-bd-interview

Découvrez « La remplaçante », la BD qui explose les injonctions autour du post-partum

Manon Portanier

23 juil 2021

3
Grossesse
video-accouchement-tiktok

Ces vidéos montrent la réalité de l’accouchement (et on serre les cuisses)

Manon Portanier

23 juil 2021

16
Parentalité
rachel-emma-friends

« Alors, vous le faites quand le petit frère ? » Mais vos gueules !

Manon Portanier

22 juil 2021

22
Règlement de comptes
2 parents et leurs 2 enfants dans une cuisine

Alice, 3.314€ par mois pour 4 :  « On achète selon les besoins et non les envies »

Aïda Djoupa

22 juil 2021

4
Grossesse
femme-enceinte-allongee

Ok je suis au troisième trimestre de grossesse, je dois faire quoi ?

Manon Portanier

22 juil 2021

La société s'écrit au féminin