Typologie des pipis

Comparons ensemble les différents types d'urine à travers cette typologie des pipis. Un article indispensable.

Typologie des pipis

Ah, l’urine… Cette miction qui traverse notre urètre pour sortir par le méat urinaire fait bien trop partie de notre quotidien pour nous fasciner. Qui se pose encore des questions sur son pipi ? Qui l’observe de jour en jour ? Plus personne.

Et pourtant, les pipis sont multiples, les pipis sont légion. Pour mieux les connaître, pour mieux les cerner, je te propose cette petite typologie qui les confrontera qualitativement sur plusieurs critères.

Cette personne s’est endormie à trop se comparer l’urine.

Le pipi du matin, dit « le concentré »

Coloris : doré comme un soleil d’automne ou un Muscat très moelleux et liquoreux.

La première miction de la journée est toujours la plus concentrée. Elle est souvent la préférée de ceux et celles qui aiment se peser au saut du lit, parce qu’elle fait perdre les quelques grammes qui encombrent la vessie et le reste du corps. « Se peser sans uriner, c’est partir sur un résultat faussé » est par ailleurs la citation préférée des vérificateurs de poids matinaux.

Après une longue nuit sans avoir vidé son corps, le pipi du matin fait plaisir : il est purificateur et donne parfois le sentiment à l’individu de se débarrasser, en même temps de quelques déchets de l’organisme, des rêves et cauchemars qui encombrent encore son esprit endormi.

Le pipi furtif, dit « le faux discret »

Coloris : teinte le bitume d’une couleur un peu plus foncée.

La miction furtive, c’est celle qu’on fait entre deux voitures quand on ne tient plus. Elle a le goût* du rire, lorsque l’évènement a lieu pendant une soirée animée, ou de la honte, quand l’accroupisseuse est totalement sobre.

(*Façon de parler)

La honte, oui, même si ce n’est pas un sentiment qu’on devrait connaître parce que YOLO, mais qui survient souvent dans le coeur de l’urineuse au moment où, le soulagement passé, elle réalise qu’en se cachant entre deux voitures, elle ne cache que deux faces de son corps.

À noter, par ailleurs, l’incohérence dont on fait preuve quand notre vessie est gonflée comme un pamplemousse, puisque la plupart des personnes que j’ai vues s’accroupir entre deux voitures pour uriner se mettait dos au trottoir, face à la route, alors que la manière la plus discrète de faire est définitivement de cacher ses deux parties en dévoilant ses flancs aux passants et aux voitures.

Le pipi qu’on attendait trop, dit « le Graal »

Coloris : Tout dépend du liquide que tu as ingéré en grandes quantités avant de subir l’insurmontable.

Tout le monde a un jour vécu cette scène, dans des contextes différents :

  • Un embouteillage long de plusieurs kilomètres t’empêche d’espérer te soulager dans les toilettes d’une aire d’autoroute. À moins d’ouvrir la portière, de te cacher faussement entre deux files et d’uriner, c’est mort.
  • Tu es au bureau et une fuite d’eau vous a forcé-e-s à appeler un plombier qui a dit après un bref diagnostic « Bon, j’en ai pour trois petites heures. Va pas falloir utiliser les toilettes pendant ce temps ». Et la pensée de tes douze thés du matin de te frapper, férocement. Désespoir.
  • Tu es dans une file d’attente et une envie pressante t’empêche d’écarter les jambes. Il reste dix personnes devant toi. Derrière toi, il y en a vingt. Si tu passes par la case toilettes, tu devras refaire la queue depuis le début. Si tu n’y vas pas, seul le dieu de la vessie sait combien de temps tu devras encore attendre.

Alors au moment où, enfin, tu peux courir jusqu’à la porte des vécés tout en déboutonnant ton jean, que tu poses tes fesses sur la lunette et que tu lâches les vannes, l’orgasme n’est pas loin. Probablement le meilleur pipi, de loin, celui qui surpasse tous les autres. D’ailleurs, présentement, je me retiens d’y aller pour ressentir un peu de cette sensation délicieuse.

Rien, jamais, ne me rendra plus heureuse que ce bonheur intense, rien.

PAREIL.

Le pipi de la nuit, dit « L’échappée belle »

Coloris : R.A.S.

Selon un sondage du Parlement International du Physique Externe des Êtres (PIPEE), le pipi le moins apprécié est celui qu’on va faire en pleine nuit. Pourquoi ? C’est pourtant bien simple : il nous réveille et nous force à quitter le chaud cocon du lit pour aller se geler la couenne sur la lunette.

Pour peu que tu sois du genre à être angoissée par la nuit, en plus, tu frémis en essayant d’atteindre tous les interrupteurs pour ne pas avoir à traverser les pièces qui te séparent des toilettes dans le noir. Nul.

Le pipi de l’après-sexe, dit « Le mélange des genres »

Coloris : Normal à mousseuse — dans le cadre d’un rapport avec un homme sans préservatif.

Il est conseillé, après avoir eu un rapport sexuel, d’aller aux toilettes pour éviter les infections urinaires : ça permet d’éliminer les germes qui auraient pu se frayer un chemin jusqu’à la vessie pendant l’acte.

Du coup, même si l’urine sort du méat urinaire alors que les sécrétions et semences diverses s’échappent du vagin, t’as un peu de tout là-dedans, quand tu te retournes pour tirer la chasse (d’autant plus si tu as des rapports avec un homme sans préservatif, ce qui ne doit se faire que si vous êtes tous les deux sûrs d’être cleans, on le rappelle en passant).

Cet ingrat ne profite même pas de la chance qu’il a de pouvoir uriner debout.

Le pipi après la bière, dit « L’ouverture de vanne »

Il existe des phénomènes inexplicables, et la conséquence de l’absorption par le corps humain de quelques décilitres de bière est de ceux-là. Laystary t’en avait d’ailleurs parlé dans Ces trucs absurdes et chiants qui m’emmerdent : boire de la bière donne envie d’uriner. 

Mais c’est à partir du moment où on accepte d’aller se vidanger la vessie une fois que l’inondation commence réellement : la marée monte plus vite, et on finit par ne plus pouvoir compter sur les doigts des deux mains le nombre de fois où on a côtoyé les toilettes du bar. Ta vessie devient frénétique, épileptique. 

La légende voudrait que la calvitie d’Einstein trouve sa source dans cette incohérence corporelle.

Le pipi en pleine cystite, dit « La miction Old El Paso »

As-tu déjà eu l’impression qu’on enfonçait un concombre imbibé de Tabasco dans ton intimité ? As-tu déjà passé des heures entières pliée en avant, à ne pas pouvoir tenir debout sans hurler de douleur ? As-tu déjà cru avoir envie de retourner aux toilettes trente secondes après en être sortie, tout en sachant qu’aucun liquide ne s’échapperait de ton joli corps ?

Félicitations : tu as un jour été l’heureuse et fière détentrice d’une cystite. Alors « La miction Old El Paso », ça te connaît. Et ça n’a rien d’une partie de plaisir gustatif saucée à la Piña Colada.

Et toi, quels sont les pipis que tu trouves les plus parlants ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 57 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • LisaV
    LisaV, Le 1 septembre 2014 à 18h01

    Si y'a bien un pipi que je déteste c’est le pipi d'après sexe ! Je sais pas vous mais moi je souffre pendant celui ci :sad: Et le pipi pendant la cystite, n'en parlons pas j'en ai eu deux dans ma vie (de cystites) et ça a été l'enfer !
    Mon pipi préféré c'est celui qui presse parce que je viens de boire une bière ou une canette de coca ou même de l'eau, quand ta vessie te hurle que tu dois abandonner ce que tu es en train de faire pour aller te soulager sur le trône. Et une fois sur la cuvette, c'est le bonheur quand t'es enfin vidée !

Lire l'intégralité des 57 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)