Pourquoi Top Chef me fait me sentir vivante ?

Par  |  | 19 Commentaires

Top Chef est de retour ce soir sur M6 à 21h pour un nouveau choc des brigades. C'est une des émissions préférées de Lucie, et elle vous confie pourquoi.

Pourquoi Top Chef me fait me sentir vivante ?

Affutez vos couteaux, sortez la mandoline (et les pansements) et passez votre tablier à la machine parce qu’il commence à être dégueu là : TOP CHEF revient ce mercredi 31 janvier à 21h sur M6.

L’émission en est à sa neuvième saison. Oui c’est beaucoup. Mais le plaisir est intact à chaque saison. Voici pourquoi.

Gloire à la nourriture

Je comprends tout à fait l’argument des détracteurs de Top Chef qui lui reprochent de donner faim. Il est clair que passer une soirée devant l’émission nécessite d’avoir un repas satisfaisant dans l’estomac, sinon c’est excessivement frustrant d’être confronté•e à tant de nourriture désirable.

Mais en tant qu’amoureuse de belles assiettes, de mousses vaporeuses de légumes, de tas de riz emporte-piécés, de Saint-Jacques poelées et autres juliennes de légumes taillées finement, j’aime la sublimation du produit – qui est le critère numéro uno du cahier des charges de l’émission.

J’adore manger, et j’adore la créativité mise à l’œuvre dans Top Chef quand il s’agit de détourner des plats, et de faire découvrir de nouvelles façons de cuisiner.

Je n’irai peut-être pas jusqu’à dire que l’émission m’inspire quand je cuisine, car je cuisine très peu. Mais ce qui est sûr, c’est que ça ouvre des perspectives, ça suscite des envies, et que sans cette émission, je n’aurais pas autant de plaisir à entendre le mot yuzu.

Va-t-il finir sa sauce au poivre dans le temps imparti ?

Non, Top Chef n’est pas une simple émission de gens qui cuisinent. Top Chef est un spectacle !

C’est une farandole de couteaux rythmés, c’est un arc-en-ciel de légumes de saison, c’est un numéro de voltige d’assiettes chaudes qui, dans une harmonie visuelle et gustative est un enchantement pour les yeux à s’en décrocher la mâchoire de béatitude.

Top Chef est une émission qui a des temps forts, des moments que l’on attend impatiemment chaque année quand elle ne nous réserve pas de nouvelles surprises (c’est une vraie relation amoureuse en somme).

Les épreuves sont très astucieuses, et tout le monde y va de sa petite préférée : la guerre des restaurants (ma favorite), la boîte noire, le trompe-l’oeil, la cuisine de trucs honteux (pardon, d’aliments qu’ils ne portent dans leur cœur) pour des enfants, les spécialités régionales, la cuisine avec les mentors, la cuisine dans des endroits relous comme un bateau !

Et le spectacle ne se limite pas à la contemplation. On vit ce qui se passe. Le suspense tenaille le bide : ce candidat va-t-il réussir à finir sa sauce au poivre avant que Stéphane Rotenberg ne lui hurle « On lève les mains ! » ?

Que vont penser les jurés lorsqu’ils vont découvrir que sa pâte à tarte s’est fendillée ?

L’œuf sera-t-il bien mollet, et non miroir ?

Ce qui m’amène au point suivant.

De l’amour à la haine

Je me sens rarement aussi humaine que lorsque je regarde une épisode de Top Chef. L’émission suscite en moi une profonde empathie envers les candidats, qui sont dans un concours qui les met tout de même en vrac du point de vue de leur ressenti, alternant des blizzards de seum à des cascades de joie, le tout agrémenté d’un brouillard de nervosité permanente.

Quand ton ou ta candidate gagne une épreuve, l’allégresse que tu ressens ne connait aucune limite.

Quand ils renversent leur poêle, quand ils se rendent compte qu’ils ont mis du sel à la place du sucre (ce qui est tout de même extrêmement teubé), quand leur coéquipier leur vole le poireau sur lequel repose toute leur revisite du gratin de coquillettes, ça me fend l’âme.

Je me sens émotionnellement très investie par le programme.

Et cela va aussi avec le positionnement inverse, c’est-à-dire celui de détester un candidat. J’adore détester les candidat•es. J’adore m’insurger devant leur égoïsme, leur prétention, ou parce qu’ils arrêtent pas de dire que mettre des fleurs comestibles rend l’assiette très féminine.

Cette émission concentre tout ce que la vie peut nous apporter comme émotion. Top Chef est un concentré de l’Humanité. En dehors du fait que ça manque CRUELLEMENT DE FEMMES !

À lire aussi : Top Chef et ses petits éléments très agaçants

Philippe, Michel, et Hélène

Que seraient Top Chef sans… eh bien sans les chefs.

J’ai un attachement particulier pour les chefs qui font le concept actuel avec la guerre des brigades : Philippe Etchebest, Michel Sarran et Hélène Darroze. Tous ont leur personnalité, leurs voix off plus ou moins réussies, et surtout leur sensibilité.

Leur complicité crève l’écran et j’ai tendance à penser qu’ils s’amusent pour de vrai, et prennent vraiment du plaisir à faire cette émission et à se vanner. Leur bonne humeur est communicative !

J’aime la bonhomie absolue de Michel Sarran, qui transpire la bienveillance sous sa tunique de cuisinier. J’aime la gentillesse d’Hélène Darroze et son impertinence discrète. J’aime la rudesse de Philippe Etchebest qui cache souvent une sensibilité pudique. Et j’aime lancer des débats sanglants à base de : alors, Team Sarran, Team Darroze ou Team Etchebest ?

(Team Sarran, de loin).

Merci pour le vocabulaire

Top Chef, c’est aussi mettre en avant une profession qui est loin d’être simple au quotidien, qui demande une sacrée rigueur et aussi beaucoup de sacrifices.

L’émission rend hommage à la profession en montrant un savoir-faire qui fait le prestige de notre pays de gastronomes, et qui peut susciter des vocations.

Et d’un point de vue plus personnel, n’étant pas une habituée des livres de cuisine, je crois que je n’aurais jamais eu autant de vocabulaire culinaire et de culture générale sans avoir regardé l’émission. Si un jour j’écris de la poésie, j’aimerais y mettre des mots comme yuzu (encore lui), fève tonca, julienne et brunoise, tempura et polenta, ainsi que cromesquis. C’est si joli !

Et toi, seras-tu devant ton écran ce soir pour la nouvelle saison de Top Chef ? Pourquoi aimes-tu l’émission ?

À lire aussi : 4 leçons que Top Chef m’a enseignées

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
  • Ginnouip
    Ginnouip, Le 31 janvier 2018 à 20h07

    J'aime bien Top chef, mais étant végétarienne, c'est parfois compliqué...
    Sinon je suis évidemment Team Sarran :d

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!