5 astuces pour survivre aux vacances entre potes

Vous en avez rêvé toute l'année et vous y voilà : au camping ou dans une villa, vous êtes parti-e-s pour quelques jours de vacances bien méritées... entre potes. Petit guide de survie.

5 astuces pour survivre aux vacances entre potes

Les vacances entre potes sont plus qu’une simple période de repos. C’est le moment de se retrouver en dehors du lycée ou de la fac, parfois ce sont même les premières vacances sans Papa et Maman.

Mais pour que tout se passe bien, il existe quelques règles de survie à garder à l’esprit, histoire que la virée joyeuse ne se transforme pas en camp de survie pour Gremlins.

À chacun son chargeur !

D’après une étude statistique réalisée par l’institut de sondage Moimême, le chargeur de mobile/ordinateur portable/tablette est la cause numéro 1 de conflit au sein des bandes de pote en vacances.

L’objet de la dis-cooor-de

Ça commence toujours de façon insidieuse par une question innocente « Qui a un chargeur d’iPhone 4 ? ». Et ça finit toujours de la même façon : « Mais où est ce que vous avez foutu mon chargeur bordel ?! C’est trop compliqué de le remettre toujours à la même place ? » tandis que Marie, Abel et Jacques se pointent discrètement du doigt pour s’accuser l’un l’autre.

Ne prêtez pas vos chargeurs, étiquetez-le, mettez-les sous coffre : les chargeurs, c’est comme les MST ça ne doit pas tourner entre les copains.

Ne vous mêlez pas des disputes de couple de vos potes, et inversement.

C’est ma règle de survie de base, car qui dit vacances entre potes dit souvent « vacances avec un couple de potes ». Ou bien avec un-e pote et son smartphone qui sonne toutes les 10 secondes pour rappeler l’être aimé à son bon souvenir. À moins que ce ne soit vous, le dit couple ?

Dans tous les cas, cette règle est une règle de survie de base, en cas de dispute de couple au sein de vos amis, prenez la seule et unique résolution tenable : la fuite.

Réaction saine lorsque Brandon vous prend à parti
pour savoir si Mélinda a bien flirté ou non avec le maître nageur

Tournez ostensiblement le dos et les oreilles afin de ne jamais être pris à témoin et persévérez même lorsque Membre du couple n°1 ira chercher du réconfort à vos côtés en retenant votre petit commentaire sur la radinerie/ l’égoisme / l’immaturité de Membre du couple n°2.

Si vous mettez le doigt dans l’engrenage, il n’y a aucune raison pour que cela se finisse bien. Ce sera la boucherie et ce ne sera pas joli-joli à voir.

À l’inverse si vous-mêmes êtes en couple et si des disputes peuvent naturellement survenir, retenez-vous d’en appeler à des commentateurs extérieurs : ils n’en ont rien à faire, fondamentalement.

Dites « merde » à la démocratie

Les vacances entre potes commencent en général pleines de bonnes résolutions : les décisions se prennent à l’unanimité autour d’un verre de Coca bien frais.

Ça ne va pas durer.

Si vous voulez voir ce que donne la démocratie en marche, regardez un débat à l’Assemblée Nationale : la moitié roupille pendant que l’autre se tape dessus. C’est rigolo à voir quand il s’agit de personne de plus de 40 ans mais vous êtes encore trop jeunes pour prendre du plaisir à perdre ainsi votre temps.

En général c’est vers la moitié du séjour que les tensions commencent à apparaître : untel voudrait aller au cinéma voir le dernier blockbuster à la mode, un autre trouve qu’il fait vraiment trop beau pour s’enfermer dans une salle tandis qu’un dernier roupille au bord de la piscine sous les lasers qui gravent « il exagère il en fout vraiment pas une, il pourrait participer » de leurs yeux.

Soyez audacieux : dites zut à la démocratie et agissez. Oui, quitte à vous retrouver seul sur ce petit marché provençal qui ne tentait pas les autres plus que ça. De toutes façons, vous vous retrouverez tous pour manger votre jolie ratatouille dont les parfums auront mis tout le monde d’accord.

D’aucun nomment ce plat « ratatouille », moi je préfère « plat de l’amitié sacrée ». 

Et pourquoi ne pas tenter des modes de fonctionnement alternatif ? Tirez les activités au sort par exemple ! Ou organisez un concours de vaisselle dont le premier prix sera le choix du repas du soir !

Allez-y mollo sur l’apéro

Qui dit vacances entre potes dit relâchement sur la loi Évin, et vous pourriez être tenté-e-s de boire plus que d’habitude voire plus que de raison. Or s’il y a bien une leçon que Josée l’Obsédée nous aura appris, c’est que les meilleures soirées commencent rarement après deux verres !

Ça va des sauts dans la piscine qui se finissent aux urgences avec un sourcil, littéralement, en circonflexe, aux objets cassés qui vous feront perdre la caution en passant par les soupirs lassés de Sophie qui ne boit pas et qui se demande pourquoi elle s’est fichue dans cette galère mais que personne n’écoute vu que tout le monde est occupé à faire la chenille.

Et votre dignité mérite mieux que la chenille.

Après, pour la nudité et la nourriture, c’est comme vous voulez hein…

Alors le but n’est pas ici de faire la mère-la-morale, ça ferait sans doute s’étouffer de rire mes propres compagnons de voyage, mais disons qu’une bonne soirée sous les étoiles avec des criquets en fond sonore, les narines titillées par l’odeur du barbecue, ça peut se suffire parfois à soi-même, non ?

Assumez votre rapport à l’argent… et au ménage

Il y a pire que les radins. Les radins qui ne s’assument pas.

Celui-celle qui a toujours mieux à faire au moment d’aller faire les courses, qui remplace discrètement les produits du panier commun par des équivalents discount au moment de passer à la caisse et qui tient les comptes au centime près, toujours quand c’est à son avantage évidement.

Vous êtes radin ? Assumez-le, quitte à vous tourner un peu en dérision pour faire passer la pilule ! Au moins tout le monde saura à quoi s’en tenir et vous confiera avec plaisir la responsabilité des comptes communs de l’aventure.

Rien ne vous oblige à partir en vacances avec M. Burns non plus…

À l’inverse, si vous êtes de nature généreuse, ce n’est pas le moment de le rappeler à tout le monde pour vous mettre en valeur, le goût des fraises offertes tourne à l’acide quand on nous explique toutes les trois secondes : « C’est une petite folie mais bon, j’ai voulu faire plaisir à tout le monde hein ! Je suis comme ça moi ! ».

Même chose pour le ménage : que les maniaques s’assument et les feignasses aussi, le pire serait de colorer l’effort collectif de mauvaise foi ! C’est le moment pour les feignasses d’apprendre que la vaisselle se fait mieux à l’eau chaude et pour les maniaques de relâcher du lest sur les dessous de verre. Quand on s’assume c’est beaucoup plus agréable de faire des efforts de bon coeur !

Éclatez-vous !

Passés ces petits conseils de base qui sont le lot de toute vie en communauté, les vacances entre potes sont le moment idéal pour profiter de l’instant présent !

Oubliez que vous n’avez pas eu votre bac, que vous allez retaper votre année, que vous vous êtes fait larguer, c’est le moment de se détendre les orteils en éventail et d’oublier la pression du quotidien sous le regard bienveillant de vos proches !

L’avantage des vacances entre potes, c’est que vous n’avez pas à subir la pression des regards inquiets de vos parents qui se demandent ce que l’avenir vous réserve passé la trêve estivale, ou celui réprobateur de vos grands-parents qui se demandent si la longueur de ce short est bien raisonnable.

C’est aussi l’occasion de faire de nouvelles rencontres et d’appliquer la devise : « les amis de mes amis sont mes amis » ! Et ainsi de vous rendre compte qu’en plus d’être le petit copain de Matthieu, Eric est aussi un super gars en qui vous avez enfin trouvé le partenaire idéal pour cette tournée des musées locaux qui n’intéresse personne !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 16 juillet 2014 à 1h24

    Je suis assez d'accord avec presque tout, sauf deux trucs: faire des efforts quand on est radin/feignant au lieu d'annoncer la couleur, et rappeler gentiment à l'ordre ceux qui abusent, parce que y a pas de raison que Jean-Eustache bouffe à l’œil ou que Marie-Eulalie ne fasse jamais la vaisselle. Ensuite, pourquoi se retenir de boire et de se ridiculiser? Tant qu'on ne gêne personne et qu'on est pas dans un environnement à risques (par exemple, la bande d'arrêt d'urgence: mauvaise idée), les beuveries entre copains ça fait des super souvenirs! J'ai des amis qui boivent pas, ça ne les empêche pas de passer une bonne soirée (de prendre des photos et de les mettre sur facebook en direct)

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)