Sélection shopping beauté — Spéciale « cache-misères » !

Un petit bouton qui pointe son nez ? Virginie te propose une sélection de produits « cache-misères » et te donne quelques conseils pour bien les appliquer.

Le correcteur, c’est la baguette magique Photoshop des peaux qui ont quelque chose à cacher. Comme il arrive à tout le monde d’accueillir un bouton de temps en temps (oui, c’est un accueil !), voici quelques rappels sur l’utilisation des bien nommés cache-misères ainsi qu’une sélection des produits les plus performants.

À lire aussi : Anti-cernes et correcteurs : comment les choisir ?

Un cache-misères, c’est quoi ?

Comme son nom l’indique, le cache-misères (ou correcteur pour les pros) sert à cacher la misère que sont les boutons et autres imperfections cutanées. Souvent présenté sous forme de stick ou dans un petit pot, le cache-misère a une texture épaisse et est très concentré en pigments, le tout pour pouvoir parfaitement masquer les indésirables.

Comment choisir son cache-misères ?

Ton cache-boutons doit être de la même teinte que ta peau, ni plus foncé, ni plus clair. Si le correcteur vert (pour atténuer la rougeur de l’imperfection) est une étape dont tu préfères te passer, choisis un correcteur dont la teinte tire légèrement vers le jaune. Le jaune, même s’il est moins efficace que le vert, floutera légèrement la couleur rouge de tes boutons.

Comment appliquer le cache-misères ?

Pour un résultat presque invisible, le correcteur en stick/tube/pot s’applique directement sur la peau nue, après le fond de teint liquide ou avant le fond de teint poudre. Dans tous les cas, n’oublie pas de fixer tes petites corrections avec un peu de poudre libre.

Le cache-boutons existe aussi sous forme de poudre minérale. Applique-le en dernier dans ta routine de correction du teint.

À lire aussi : « Dis-moi où sont tes boutons et je te dirai ce qui les provoque » : la technique du « face-mapping »

Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)