Comment relativiser après un échec

Échouer, c'est pas simple... Mais c'est surmontable. Ça peut même se transformer en gros avantage si tu relativises bien comme il faut.

Comment relativiser après un échec

Publié initialement le 23 juin 2015

« L’important, c’est de participer
Moi-même, un jour, en voulant roter l’alphabet
Je ne sus aller que jusqu’au L
Ça m’a fichu le seum. »
— À peu près Pierre de Coubertin

Dans la vie, on ne peut pas tout réussir. Si c’était le cas, je crois bien qu’on ne pourrait pas s’empêcher d’éprouver une admiration proche de la haine pour ceux et celles qui auraient le don de tout savoir faire, de tout gagner. Imaginons un peu : le grand prix de la kermesse ? C’est Josie Winneure qui l’a eu. Tous les ans. Le bac avec les félicitations du jury ainsi que cent balles et un Mars ? C’est pour Josie Winneure. L’appartement immense pour pas cher ? C’est elle. La plus belle des familles ? C’est elle. Le marathon de New York ? Elle était preum’s. Le meilleur job dans la meilleure entreprise ? C’est elle. Le plus gros salaire de sa boîte ? C’est elle. Ah non mort de rire c’est Jean-Michel Lahouine. On est en France en 2015 et Josie est une femme alors tu penses bien.

Il paraît même qu’une fois, Josie Winneure a passé quatre jours sur le manège de la fête foraine de Monpoil parce qu’elle attrapait chaque fois le pompon. C’est tellement une gagnante, Josie Winneure, que le seul truc qu’elle arrive pas à faire, c’est échouer.

Le quotidien de Josie serait presque difficile à gérer. Parfois, on a l’impression que certains gens ont ce don-là : réussir tout ce qu’ils entreprennent. C’est ne pas connaître leurs échecs, qu’ils taisent peut-être ou ne crient pas sur tous les toits ! Parce que c’est ça, aussi, le truc : tout le monde échoue de temps en temps, mais tout le monde ne ressent pas le besoin ou l’envie de le dire.

Et ça s’explique facilement. Parce que devoir faire face à un échec pique un peu, ainsi qu’avoir à le formuler. Parce que parfois, quand on échoue — à un examen, à une compétition sportive, à arrêter une addiction de type la cigarette… — on ressent une sorte de honte, et l’assumer à haute voix peut faire rosir les joues (souviens-toi un peu de la fois où tu as eu à dire à l’instit en maternelle que tu avais fait dans ton slip parce que t’as pas réussi à atteindre les toilettes à temps).

Le dire, pourtant, c’est l’occasion de recueillir quelques conseils qui peuvent t’être précieux (au moins autant qu’une Game Boy Color ou le dernier crottin de chèvre de ton frigo).

saucisse
Tiens : Ramsay, il a trop fait cuire sa saucisse bah il le vit bien.

La honte de l’échec c’est caca (Sophie Riche, 26 ans)

En plus, il n’y a aucune raison de se sentir humilié par un échec ! Au-delà de toutes les phrases toutes faites qui sonnent pas terribles mais sont pourtant vraies à base de « y a que ceux qui n’essaient pas qui n’échouent jamais », il faut savoir s’éloigner, parfois, du culte de la performance que la société semble prôner.

N’oublie pas que tu n’es pas totalement étrangère à la pression que tu ressens : souvent, sans qu’on s’en rende compte, on a tellement intériorisé la pression qui vient de l’extérieur que même quand elle n’est pas là, on se la fout sur le dos. Alors mon conseil, après un échec, est de respirer un grand coup et de réfléchir pour faire la part des choses : est-ce qu’il est vraiment utile de paniquer et de se déprécier ? Autre façon de tourner cette question, plus simple encore : est-ce que cet échec est irrémédiable ? Il y a peu, très peu de trucs auxquels on peut échouer sans jamais pouvoir les retenter.

Un bac, des partiels, un CAP ou autre diplôme, ça peut se repasser l’année suivante, en étant encore mieux préparée. Bien sûr, faut faire preuve de patience, mais ce qui paraît insurmontable en terme d’attente, si on regarde vers le long-terme, paraît beaucoup moins impressionnant si on y va étape par étape. Au lieu de regarder directement vers la prochaine session d’examen en trouvant le temps long, fixe-toi des objectifs plus courts. Voici un exemple fictif :

  • se prendre trois semaines pour s’aérer l’esprit
  • lire un livre sur une des matières dans laquelle tu as des difficultés avant le 20 août
  • recontacter tous tes potes de primaire pour organiser une soirée avant la rentrée
  • arriver à la rentrée sereine et reposée
  • gagner un point de plus dans la moyenne des matières où tu pèches pour la fin du premier trimestre
  • et ainsi de suite jusqu’au grand jour prochain.

Ça marche pour les examens en tout genre, mais aussi pour le permis, ou pour ta discipline sportive favorite.

fail
Genre le speedboat.

Pour gagner, il faut parfois perdre

Certaines personnes n’ont pas eu besoin d’échouer pour avoir l’esprit de la compétition et de la réussite. Je ne suis pas dans ce cas, et je pense qu’on est tout un tas à ne pas l’être. Je vais prendre l’exemple d’un truc qui m’est arrivé tout récemment.

L’autre jour, je n’ai pas réussi à faire de la plongée parce que j’ai fait trop de pets de trouille. J’ai dû renoncer pour cette fois-ci, mais je sais que je réessaierai un jour, après m’être habituée à respirer dans un tuba. C’était un échec sur le coup, c’est devenu un objectif aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’avant de tenter de plonger, j’étais enthousiasmée et confiante, mais je n’avais pas profondément ENVIE d’en faire.

Le fait de ne pas réussir, de stresser, a transformé cette expérience ratée en challenge : j’ai désormais envie, pour surpasser ce stress, pour me sentir plus forte. Contrairement à l’expression qui dit que « quand on veut on peut », je pense qu’il ne suffit pas de simplement vouloir pour réussir : il faut une volonté active. Une volonté qui peut parfois être rendue plus forte par un échec.

jon snow
Jean Neige n’échoue pas du tout à ne rien savoir depuis 2010. Bravo Jean Neige.

Il y a toujours du bon à prendre d’un échec : ça nous fait réaliser comme certains trucs qu’on n’imaginait pas aussi importants le sont en réalité à nos yeux, pour nous donner l’énergie de tout faire pour réussir la prochaine fois. Ça permet d’enrichir sa persévérance et de gagner en humilité.

Je ne sais pas bien pourquoi on est si nombreux et nombreuses à paniquer en s’imaginant ne pas avoir le permis, le bac, le master, une médaille d’or aux Jeux Olympiques ou autre du premier coup. Je ne sais pas pourquoi on a parfois à ce point l’impression que le temps nous est compté : sur l’histoire d’une vie, un an, après tout, c’est rien, tant qu’on en profite pour s’armer à réussir. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas tout faire ce qui est en son pouvoir pour essayer de réussir tout de suite… ça veut juste dire qu’il faut faire tout ce qui est en son pouvoir pour réussir tout de suite, mais accepter l’éventualité de devoir tenter un autre jour !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 20 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Titesalegosse
    Titesalegosse, Le 11 juillet 2016 à 12h44

    Patrickbateman
    Tu n'es pas la seule rassure-toi. En ce moment, je suis en pleine crise existentielle. Malgré un CV assez bétonné, je n'arrive plus à savoir ce que je veux professionnellement et dans la vie. Mon echec à moi ? Avoir passé plus de temps à chercher un boulot qu'à travailler dans une boite qui me plait :stare:


    Outch. Si ça peut te rassurer je suis pareil. Pour le moment je n'ai eu aucun job (même à McDo hahaha) ou je n'ai pas fondu en larmes à un moment donné. J'ai tendance à prendre toutes les remarques ou critiques de manière très personnelle. Je n'aime pas décevoir les gens et je me met la pression du coup.
    Je comprends ce que tu dis sur tes proches. Après laisse passer un peu de temps... Avec le recul tu te rendras compte que parfois ce n'est pas toi qui est en tord, mais l'autre personne (instructions mal données, attitude peu diplomate...). Courage, te laisse pas abattre ! :top:
    Merci pour les encouragements :unicorn:
    Et comme je te comprend, j'ai aussi passé (et passe encore) plus de temps à chercher un emploi qu'à faire un boulot qui me plait. Et à tout prendre de manière personnelle, en ressassant continuellement les mauvais moments :sweatdrop:
    C'est pas la première fois que je me retrouve dans une boîte où la direction manque clairement de respect envers ses employés et moi ça, ça me fait hurler :non::non:
    Faut croire que je les attire !
    Mais j'ai plein de gens adorables qui me soutiennent et me confortent que c'est un mal pour un bien, ce boulot devenait toxique. Je vais prendre quelques jours pour moi et ensuite recommencer ma recherche d'emploi, Motivée !!:boxing:

    Bon courage à toi aussi, j'espère que tu trouveras une boîte qui te convient :top::hugs::fleur:

Lire l'intégralité des 20 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)