Enterrement de vie de jeune fille : les DOs et les DON’Ts

Les enterrements de vie de jeune fille vont commencer à battre leur plein. Peut-être êtes-vous d'ailleurs en train d'en organiser un... Voici quelques conseils qui sentent le vécu pour bien le réussir !

Enterrement de vie de jeune fille : les DOs et les DON’Ts

— Article écrit dans le cadre d’un partenariat commercial avec Leetchi.com
Comme le précise notre Manifeste, on l’a écrit en toute indépendance éditoriale.

Cet article est basé sur mon expérience personnelle : l’organisation d’un enterrement de vie de jeune fille, pas plus tard qu’en juillet 2011. Un exercice de haute voltige que j’exécutais pour la première fois, avec l’aide d’autres amies. C’est pourquoi, après avoir cru dur comme fer en notre organisation sans faille (qui n’a pas été parfaite le jour J), je vous livre mes quelques conseils pour réussir un enterrement de vie de jeune fille mémorable.

Ce qu’il faut faire

> S’y prendre tôt

Une chose plutôt mal barrée de mon côté puisque le mariage s’est décidé à peine deux mois à l’avance, sur le plus beau coup de tête romantique du futur époux. Propulsée demoiselle d’honneur avec les trois autres membres de notre crew inséparable, j’étais donc chargée de l’enterrement de vie de jeune fille. Au début on se dit « ÇA VA on est LARGE » et en fait non. Parce qu’il faut penser aux réservations des lieux et qu’on n’est pas les seules dans les starting blocks, loin de là. Si le temps vous manque pour les réservations : pas le choix, il faut inventer des activités dans des lieux publics (en croisant tous les doigts que vous avez pour qu’il fasse beau) ou vous retrancher chez celle qui a le plus grand appartement.

S’y prendre tôt aussi, pour prévenir toutes les participantes, afin qu’elles puissent se libérer pour le jour J. Tout le monde n’habite pas dans le même coin ; si quelqu’un doit venir en train, autant qu’il réserve ses billets suffisamment tôt pour éviter de les payer un rein.

> Faire en sorte d’utiliser les idées de tout le monde pour pas contrarier

Que la future mariée ait décidé ou non de la personne en charge de son EVJF, un principe simple pour ne pas exclure quelqu’un de la fête : utiliser les idées de tout le monde. A priori, tous les participants à cette journée sont des proches de la future mariée et connaissent ses goûts. Si toutes les idées ne sont pas réalisables, on peut néanmoins les adapter d’une autre façon. Je ne vous souhaite pas ce moment très WTF où quelqu’un a proposé un strip-teaser transsexuel pour ma pote ; j’avoue que là, « adapter » cette idée n’a pas été possible. Nous sommes donc passées au niveau supérieur : « Non, désolée elle ne veut pas de mecs à poil », ce qui nous amène à…

> Prendre en compte les avis de la mariée

Pour ne pas risquer de boulette, il ne faut pas passer par quatre chemins : demander clairement à la future mariée ce qu’elle aimerait ou pas lors de son EVJF reste le meilleur moyen de cerner ses attentes. Elle veut une journée délurée ? Faites péter le costume de Sailor Moon, et faites-la défiler dans les rues de la ville en chantant du Tribal King. Elle veut un truc hyper relax pour se détendre avant la dernière ligne droite ? Les instituts de spa seront vont meilleurs alliés. Ne pensez pas que ça va gâcher la surprise : elle veut deux heures de jacuzzi relaxant, certes, mais vous n’êtes pas obligées de lui dire que c’est dans un complexe ultra moderne avec concert de Beyoncé sur écran géant et sauna privatisé (croyez-moi, on l’a fait et ça a eu son petit effet : une future mariée qui pleure devant un jacuzzi, c’est pas tous les jours).

> Être intransigeant sur la cagnotte

Faire le budget total de l’EVJF le plus tôt possible vous permettra de définir un montant fixe et identique pour tout les participants. Pensez à toutes les bourses : si un EVJF revient rarement à 5€ chacun, il ne faut pas non plus voir trop grand. Celui que j’ai organisé nous est revenu à 60€ par personne (nous étions 9). Si vous louez des lieux, vous n’aurez certainement pas d’autre choix que d’avancer de l’argent lors de la réservation. C’est à partir de là que les choses se compliquent : il s’agit pas de déconner, ce sont vos potes certes, mais c’est surtout votre fric. Tenez les comptes et exigez des autres qu’ils apportent leurs contributions au plus tard le jour même de l’EVJF, et pas sous forme de pièces de 5 centimes, merci. Ou mieux, allez sur Leetchi.com !

> Anticiper la météo

Oui alors ça parait bête, mais dans l’euphorie de la préparation on peut rapidement oublier ce détail gênant. De mon côté, ce n’est qu’une semaine avant l’EVJF qu’on a commencé à paniquer vu la pluie battante qui arrosait Lille : nous avions organisé un pique-nique le midi. Et évidemment, le jour J, il pleuvait des cordes. Aucun plan de rechange, rien. Nous avons dû nous rabattre sur la maison familiale de ma co-organisatrice, que nous avons entièrement redécorée en 20 minutes chrono avant de dresser le pique-nique sur la table de la salle à manger. De la puissance de Valérie Damidot à l’inventivité d’un Top Chef, il n’y avait qu’un pas, que nous avons franchi avec brio (et beaucoup de chance).

Ce qu’il ne faut pas faire

> Croire que comme c’est la fête vous pouvez tout faire

On va pas se mentir : pendant un EVJF on turbine rarement à l’Oasis (RAPPEL : si vous devez vous déplacer en voiture dans la journée pour amener la petite troupe sur un autre lieu, les conducteurs sont obligés de ne boire que de l’Oasis, merci). Mais c’est pas parce que c’est la fête au village qu’il faut se croire tout permis. Qui n’a jamais râlé après un groupe d’EVJF (ou d’EVG) un peu trop collant dans la rue, qui veut à tout prix vous faire un bisou et vous filer 3 capotes ? Je sais que vous ne voulez pas être ces gens-là.

Pareil quand vous louez un lieu, le mieux étant de le rendre dans un état décent au risque de voir votre caution s’envoler. Conseils de base, certes, mais noyés dans l’alcool et la rigolade, on s’oublie un peu trop souvent. Nous, par exemple, on l’a oublié, quand on a rendu notre salle de spa privée complètement noyée sous 5cm d’eau et avec deux carreaux au mur cassés par l’explosion d’une bouteille de champagne… (et on en est pas particulièrement fières, croyez-le).

> Se moquer des autres EVJF que vous allez croiser

Évidemment, c’est la saison, et vous ne serez pas seules dans les rues à déambuler avec une pancarte « ELLE SE MARIE DANS UNE SEMAINE« . Chaque EVJF a son style particulier et si vous en trouvez un particulièrement ridicule, ce n’est pas impossible que ceux d’en face pensent la même chose du vôtre. Ça vous évitera peut-être aussi ce moment particulièrement gênant où ma pote, après avoir aperçu une autre future mariée déguisée en abeille (oui bon, soit), a sorti un tonitruant « AH QU’ELLE A L’AIR CON« . Oui, mais toi aussi tu avais l’air con dans ton costume de sumo post-futuriste, il y a trois heures !

> Ne pas vous amuser

Okay c’est vous l’organisatrice de l’EVJF, okay vous avez un plan en béton armé, okay vous voulez la meilleure journée du monde pour votre copine, c’est parfaitement normal. MAIS est-ce une raison pour ne pas vous amuser ? Ne faites pas votre wedding planner du dimanche, ne courez pas partout, calepin à la main en hurlant sur les autres participants parce que « DÉPÊCHEZ-VOUS BOR-DEL ON EST À LA BOURRE LÀÀÀÀ« . Si vous êtes en retard à un rendez-vous, c’est pas grave : un coup de téléphone à la structure qui doit vous accueillir suffit (des enterrements de vie de jeune fille ils en ont vu d’autres, ils se doutent bien que c’est pas une science exacte). Et si la future mariée voit que vous ne kiffez pas, c’est un coup à se crêper le chignon inutilement.

> Forcer des gens à faire une activité

Vous avez programmé un certain nombres d’activités, mais une (ou plusieurs) n’emballe(nt) pas forcément tous les participants (même si ils admettent que ça va plaire à la future mariée). Ne commencez pas à les forcer à faire quoi que se soit. C’est pas parce qu’ils ne participent pas qu’ils vont s’ennuyer ou plomber l’ambiance ; par contre, si le ton monte, l’EVJF va être tout moisi. Si ces personnes ne souhaitent pas participer à une activité, vous pouvez leur proposer d’anticiper la suite de la journée (par exemple en leur demandant de préparer la prochaine animation). Non seulement ça évite un éventuel bug dans votre organisation mais en plus ça les fait participer activement à l’EVJF, ce qui est toujours gratifiant !

Si une de vos animations consiste à alpaguer des gens dans la rue pour réclamer un bisou ou je ne sais quoi d’autre, même principe : ne forcez personne à le faire. Ces gens n’ont rien demandé et on peut-être autre chose à faire que de lécher la joue d’une nana déguisée en lapin.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 30 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Fafette
    Fafette, Le 6 février 2013 à 22h59

    Perso, j'ai simplement passé une super soirée avec mes amies : l'une avait invité les autres en me faisant la surprise... Juste la joie d'être ensemble ! Maintenant, si c'était à refaire, je ferai quelque chose où je me sente plus "reine de la fête"... Un avant-goût du mariage, mais cool, hyper cool, rien qu'avec ses amis très très proches... Quoi de mieux que l'amitié ?

Lire l'intégralité des 30 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)