Les commentaires sur internet – L’Instant Putassier #34

Nom d’une fiche de paie de Christine Boutin, existe-t-il déjection de l’esprit plus nauséabonde qu’un commentaire sur Internet ? Mauvaises ondes et fautes d’orthographes ! Si certains termes (lol, epic fail, nsfw*) sont programmés pour devenir l’esperanto du Grand Internet Mondial, nombre de commentaires flinguent notre foi en l’humanité. Qui a dit que le Professeur […]

Les commentaires sur internet – L’Instant Putassier #34

Nom d’une fiche de paie de Christine Boutin, existe-t-il déjection de l’esprit plus nauséabonde qu’un commentaire sur Internet ? Mauvaises ondes et fautes d’orthographes ! Si certains termes (lol, epic fail, nsfw*) sont programmés pour devenir l’esperanto du Grand Internet Mondial, nombre de commentaires flinguent notre foi en l’humanité. Qui a dit que le Professeur avait pris sa retraite ?

Ce qui va suivre a été écrit dans un ordre aléatoire.

Le commentaire mono-syllabique

Après avoir trop écouté de Michel Berger (« résiste, prouve que tu existes… »), l’internaute souhaite apporter sa pierre à l’édifice. Laissant parler son cœur, il éructe un petit commentaire : « beurk ! », « nul ! », « jador ! », « caca ! » en guise d’avis sur la question. Si quelqu’un a le malheur de lui demander de développer, il a de fortes chances de se voir répondre « pas le temps, j’ai une vie moi ».

Le commentaire du troll

Le plus connu d’entre tous : tel un animal rongé par l’ennui et le poil dans les oreilles, le troll n’intervient que pour enquiquiner son monde. Pire qu’un virus, son but dans l’existence est de vous faire perdre votre temps et de se nourrir de crachats purulents. Exemples de commentaires de troll :

« Encore une note pleine de conneries »
« Quand on voit ta gueule, ça ne m’étonne pas que tu penses comme ça »
« Les PC, c’est de la merde, Mac c’est mieux » (et inversement)

Si vous trouvez que ses arguments sont trop faciles à contrer, ou si vous vous voyez en train de taper rageusement sur votre clavier en pensant « je ne peux pas lui laisser dire ça », vous êtes probablement en face d’un troll. Lui répondre, c’est rentrer dans son jeu. D’où la fameuse expression « don’t feed the troll » (= ne nourrissez pas le troll)

Le commentaire du gars qui débarque

Très facilement reconnaissable. Dans 95%, il tapera ses quelques lignes : « okay j’ai eu la flemme de lire les commentaires précédents, mais je voudrais dire que [insérez ce qui a été dit dans les 105 commentaires précédents] ». Inoffensif, mais participe inconsciemment au tournage en rond du débat.

Le commentaire condescendant

Ou comment se toucher le trilili en rabaissant insidieusement les autres. Une sorte de je-sais-tout ascendant enculeur de mouches.

« heu… ça existe depuis des années, faut sortir de chez soi un peu »
« heu… c’est quoi l’intérêt de ce post ? »
« heu… Jean-Jacques Rousseau est né le 28 juin 1712, pas le 27 juin 1712 comme le laisse entendre cet article, merci de corriger »

Le commentaire illisible

Le commentaire illisible est celui qui nous arrache le plus souvent le cervelet : « excuz moii mais sa se fé pa de critiké comme sa T frustré ou koi ?§ ». Ne sous-estimez pas sa puissance : le langage SMS épileptique a été inventé par des génies de la cryptologie. Il empêche toute personne mentalement stable de le lire sans ingurgiter un ou cinq dolipranes.

Le commentaire-spam

Parce que la plupart des forums sont aujourd’hui munis d’un système anti-spam, les mafiosos ont du ruser. Désormais, nous avons droit à une petite phrase d’introduction (souvent en anglais) avant le pavé commercial : « Super post ! Venez sur mon casino en ligne http//casino-et-fillesdejoie666.co.uk ! http//casino-et-fillesdejoie666.co.uk ! http//casino-et-fillesdejoie666.co.uk ! ».

Variante : le commentateur qui fait de la pub pour son propre blog.

Le commentaire de la déception

Appelé également « le commentaire du Lionel », en référence au retrait du candidat socialiste Lionel Jospin en 2002. L’internaute est déçu, révolté et en pleine hypoglycémie. Il fait part de sa décision irrévocable : puisque c’est ainsi, il ne reviendra plus jamais sur ce site (« Avant je venais tous les jours sur ton site Josiane, mais depuis quelques temps, tu as changé. J’ai surtout été déçu par tes propos sur les chaussettes dans les birkenstock. J’ai donc décidé de ne plus revenir ici. Adieu »).

Le commentaire hors-propos

Le lecteur a lu le papier en diagonale, et prend un élément du texte dont tout le monde se fout pour lancer une discussion parallèle. Imaginons qu’une personne parle de l’iPad durant 15 000 signes, et qu’elle ait le malheur d’écrire « un outil que même Le Docteur Emmett Brown de Retour Vers Le Futur n’aurait pu inventer ». Le commentaire hors-propos sera : « Je suis désolé mais moi je crois que le Docteur Emmett Brown aurait tout-à-fait eu les capacités d’inventer l’iPad » (au premier degré).

Le commentaire du fanboy / hater

Un savoureux mélange du 1) 2) et 5) : incapable de maîtriser leur passion destructrice, le fan hardcore comme la boule de haine pugnace utiliseront de nombreux noms d’oiseaux et d’adjectifs dithyrambiques pour manifester leur joie, leur mécontentement et leur mal-être. L’argumentation n’est pas leur fort, mais qu’importe : ils essayeront de vous convaincre qu’ils ne sont pas là pour vous convaincre.

La seule solution : ignorer. Ignorez le commentaire mono-syllabique, le troll, le condescendant, le hater, le déçu et bloquez l’ip du spammeur.

Mais en toute objectivité, il faut reconnaître que nous avons tous déjà posté un commentaire bébête d’un des genres suscités. C’est normal. Qui ne dit jamais de connerie, de temps à autres ? Un élément important est à prendre en compte : l’intonation fait toujours défaut. Reste que la majorité des commentaires sur Internet sont bien heureusement drôles, complices et instructifs.

La prochaine fois je vous parlerai des gens qui ne peuvent s’empêcher de commenter les décisions des femmes enceintes (« tu te rends compte elle ne veut pas allaiter » ; « tu te rends compte elle a mangé du saumon à son 4ème mois » ; « tu te rends compte elle veut l’appeler Johnny » etc.)

*lol = laughing out loud = je ris devant mon écran – si vous riez vraiment devant votre écran, un LOL tout en majuscules sera plus approprié ; epic fail = grosse honte suite à un échec ; nsfw = no safe for work, précision utilisée devant un lien ou un site contenant des photos qu’on ne peut regarder au travail sans se prendre un avertissement de la part de son boss.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 31 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nausicaa_G
    Nausicaa_G, Le 26 juillet 2012 à 1h03

    Ah ah! Gros fou rire grâce à cet article!
    Le pire pour moi reste le commentaire "illisible", j'en ai marre de m'arracher les yeux et la cervelle pour essayer de comprendre ce que la personne a pu écrire!
    Sinon je me reconnais dans certains d'eux aussi :P

Lire l'intégralité des 31 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)