Les Affamés, le film d’une génération : celle des jeunes qui galèrent, mais veulent bouffer le monde

Les Affamés est un film qui se fait l'échos de toute une génération. Et bonne nouvelle : il est sorti en DVD.

Les Affamés, le film d’une génération : celle des jeunes qui galèrent, mais veulent bouffer le monde

En partenariat avec Studio Canal (notre manifeste)

Mise à jour du 31 octobre 2018 —

Les Affamés, le film de Léa Frédeval qui questionne les envies de toute une génération, est enfin disponible en DVD !

L’occasion pour toi de (re)découvrir cette petite pépite, dont madmoiZelle a été la fière partenaire.

Tu peux te le procurer pour la somme de 14,99€, sur le site de la FNAC. 

Mise à jour du 27 juin 2018

À l’occasion de la sortie au cinéma du film Les Affamés ce mercredi 27 juin 2018, découvrez une interview de la réalisatrice Léa Frédeval et de l’actrice et chanteuse Louane Emera :

Découvrez aussi le podcast Sois gentille, dis merci, fais un bisou dans lequel la réalisatrice se livre sur son expérience de cinéaste, mais pas que :

Article publié le 20 juin 2018

Mais de quoi donc Les Affamés ont-ils faim ?

De justice, de reconnaissance, et d’opportunités à la hauteur de ce qu’ils méritent.

Les Affamés, ce sont les personnages du long-métrage de Léa Frédeval, dans les salles le 27 juin 2018 et dont madmoiZelle est la fière partenaire !

Mais ce sont surtout des miroirs de la jeunesse d’aujourd’hui dans un film qui inspire l’optimiste et l’envie de se faire sa place dans la société.

Dans Les Affamés, Louane est Zoé, jeune diplômée de 21 ans en galère

Zoé a la fraîche vingtaine, et peu de temps pour elle. Elle jongle entre la fin de ses études, un stage plutôt ingrat dans le marketing, et un petit boulot de serveuse pour subvenir à ses besoins.

Mais Zoé a des perspectives d’avenir, et elles l’aident à tenir le coup. Son diplôme en poche et son stage fini, elle prévoit de décoller pour l’Asie avec son copain, photographe professionnel, dans le but d’y ouvrir un concept store.

Son plan était bien rodé jusqu’à ce qu’elle découvre que celui-ci la trompe. Zoé se retrouve alors du jour au lendemain sans mec, sans appart, et sans plus aucun plan de vie.

Pour elle, c’est le retour chez les parents et le début de l’enchaînement de petits boulots pour réussir à joindre les deux bouts.

Grâce à ses quelques sous en poche, elle va intégrer une colocation avec d’autres jeunes sensiblement dans la même galère qu’elle. Ça va être le déclic : Zoé va prendre conscience de l’injustice de sa situation.

Celle d’une jeune femme diplômée qui ne parvient pas à trouver du travail malgré son niveau d’études. Celle d’une jeune adulte de 21 ans qui peine à être crédible aux yeux des « vieux adultes ».

Celle, plus largement, d’une jeunesse désabusée qui rame pour s’en sortir, et qui peine à voir l’avenir d’un œil positif.

Alors Zoé va avoir envie de faire du bruit, de faire entendre sa voix par le moyen que sa génération maîtrise le mieux : Internet !

Elle va lancer une plate-forme afin de libérer la parole et de sensibiliser le plus grand nombre au quotidien d’une jeunesse qui a envie de dévorer le monde.

À lire aussi : Trois compétences que je dois à mes stages

Les Affamés, le film qui unit les 18-35 ans

J’ai une intuition : Les Affamés est un film qui va entrer si vite en résonance avec ton propre parcours que tu vas te laisser aller à quelques hochements de tête entendus face à la situation traversée par les personnages.

J’en ai la certitude, car Zoé et les autres sont le miroir d’une génération, celle qui essaye de se sortir de la crise, celle des 18-35 ans d’aujourd’hui.

Le film parlera à celles et ceux qui peinent à rentrer dans la vie active malgré leur implication et leur détermination, et qui sentent, peut-être, monter en eux un cynisme irrépressible devant l’avenir…

Les Affamés est un film qui déclenche un bouillonnement intérieur, le même qui naît au creux du ventre quand à son tour, on a envie de prendre la parole pour revendiquer l’injustice qui nous tort le cœur.

Mais là où le propos est particulièrement malin, c’est qu’il invite néanmoins à se décentrer de soi-même. Zoé, dans son engouement, oublie qu’il y a autant de profils différents qu’il y a d’individus, et qu’il n’y a pas de hiérarchie dans la galère.

Pour faire du bruit, il vaut mieux être plusieurs.

Solidarité : tel est le mot qui naît naturellement dans les esprits au sortir de la salle de cinéma !

Les Affamés, le film qui donne envie de croquer le monde

Les Affamés raconte la désillusion, et une forme de souffrance de la part de la jeunesse. Mais il n’est pas un film négatif, construit sur des jérémiades. C’est même tout à fait le contraire.

Le film dépeint la jeunesse sans doute comme les jeunes eux-mêmes pourraient avoir envie de la montrer au monde entier :comme étant débrouillarde, volontaire, active, mais aussi sous-estimée !

Il est une réponse aux détracteurs qui s’attaquent à la fameuse génération Y, lui reprochant d’avoir un poil dans la main, et de ne pas avoir envie de travailler. Il leur renvoie dans le visage leurs réticences et leurs exigences insensées.

À lire aussi : « Les jeunes n’ont plus le goût de l’effort », et pourtant nous sommes 70% à avoir un job d’été

Les Affamés est une image réaliste des jeunes d’aujourd’hui : oui, ils ont envie de travailler. Juste pas pour n’importe qui, pour n’importe quoi, pour n’importe quel salaire moisi.

Le film donne envie de prendre à son tour la parole pour raconter sa propre histoire, et fait l’effet d’un sursaut d’ego pour ne plus laisser qui que ce soit nous rouler dessus.

Il inspire l’indépendance, la motivation de lancer des projets. Il invite à se prendre en mains et à agir ensemble, plutôt que de rester chouiner dans son coin !

Les Affamés et son casting de porte-paroles inspirants

Ce qui participe à rendre le film aussi proche de soi, c’est l’équipe qui le porte, à commencer par sa réalisatrice.

Elle n’a même pas 30 ans et réalise ici son premier film, tiré d’un livre qu’elle a publié alors qu’elle avait 23 ans. Léa Frédeval s’est naturellement imposée comme une porte-parole de sa génération, allons même jusqu’à dire une justicière.

Je vous invite à regarder son TedX pour mieux vous en rendre compte !

Dans le casting du film, Louane Emera endosse le premier rôle, celui de Zoé. À 21 ans, l’artiste, chanteuse et comédienne, était sans doute la personnalité idéale pour être le visage de ce film, compte tenu de son parcours personnel !

Louane s’est faite connaître à 16 ans, lors de l’émission The Voice, et n’a cessé d’enchaîné des projets forts (comme sa prestation remarquée dans La famille Bélier).

Dans ses albums, elle aime mettre au centre de ses chansons la jeunesse, avec ses espoirs et ses regrets. La jouer dans un film générationnel semble alors aller de soi !

Sa personnalité est mise en valeur par toute la bande d’amis qui entoure Zoé, interprétés par Kemar, François Deblock, Nina Melo, Rabat Naït Oufella, Bruno Sanches, et Souheila Yacoub.

Leur complicité à l’écran (qui est aussi celle des coulisses) apporte authenticité et véracité aux propos du film.

View this post on Instagram

Les colocs, ces AMOURS 💓 #OnLâcheRien #LesAffamésLeFilm

A post shared by Les Affamés (@lesaffames.lefilm) on

Les Affamés fait partie de ces films qui ont un effet immédiat sur l’esprit, en plus de rester longtemps dans un coin de la tête. Il donne envie de le propager autour de soi pour s’unir contre les injustices et montrer que l’on vaut mieux que des CDD de 2 mois au SMIC qui demandent 3 ans d’experience !

Alors s’il te manque encore un petit coup de pouce pour avoir envie de changer le monde, direction la salle de cinéma le 27 juin 2018 prochain pour découvrir Les Affamés !

À lire aussi : Les jeunes diplômés et le monde du travail : un choc culturel ?

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
  • Bleu pastel
    Bleu pastel, Le 29 juin 2018 à 23h37

    Sérieux ? Y a encore des mecs de ma tranche d'âge qui veulent toujours "changer le monde" et autres conneries du genre ? Bullshit les mecs.
    On est dans une societe où on nous prend pas au sérieux, où les plus vieux croient qu'on a pas de VRAIS problèmes, qu'on se soucie uniquement de ce qu'on va bouffer ce soir, qu'on est une generation de glandeurs au qi d'huitres et qu'on est dans "nos plus belles années". Alors je vois pas comment ils peuvent faire entendre leurs voix, ni même si ça va déboucher sur quelque chose.
    Ca me fait penser a la chanson "Toute la vie" où le message c'est grosso modo "Bouclez là bande de p'tits cons capricieux. Vous aurez le droit de vous plaindre quand vous serez plus grands."

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!