L’herpès vu (et dédramatisé) par Laci Green

Laci Green revient avec une nouvelle vidéo à propos de l'herpès, histoire de dédramatiser cette IST plutôt mal connue.

L’herpès vu (et dédramatisé) par Laci Green

L’herpès, ça semble effrayant au premier abord… mais Laci Green a le don de faire relativiser par rapport à ce genre de sujet et de remettre les choses dans leur contexte.

C’est ce qu’elle fait avec cette thématique un peu taboue qu’est l’herpès dans sa dernière vidéo !

Tout en pédagogie, as usual, la youtubeuse explique qu’il existe différentes sortes d’herpès : les deux plus communs sont les herpes simplex virus 1 (sur la bouche) et 2 (sur les parties génitales). Bonne nouvelle, le premier est le plus répandu mais aussi le moins agressif.

Pour rappel : l’herpès peut s’attraper par contact ou friction avec l’infection.

On a tou•tes plus ou moins idée de ce à quoi peut ressembler l’herpès, et c’est vrai que parfois, c’est pas jojo : ça peut faire des cloques qui mettent plusieurs semaines à cicatriser… mais, en réalité, la plupart du temps, ça ne ressemble pas à autre chose qu’à une piqûre d’insecte, comme on peut le voir dans la vidéo !

À lire aussi : Laci Green se dévoile dans une interview-portrait et répond aux critiques

Au niveau du traitement, on ne peut pas complètement le soigner, mais en revanche, on peut en atténuer les symptômes et faire en sorte de vivre mieux son herpès. D’autant plus que les éruptions cutanées sont de plus en plus légères au fur et à mesure que le système immunitaire du/de la porteur•se s’habitue au virus !

La chaîne TouTube Sex+ porte bien son nom puisque tout ce qui y est publié porte un message… positif : Laci Green explique très bien que le plus dur dans le fait d’avoir l’herpès, ce ne sont pas les symptômes physiques ou les médicaments à prendre.

C’est le stigmate que la société impose aux porteur•ses du virus. Pour le moment, ce n’est pas très positif, mais ça veut dire qu’on peut faire quelque chose à propos de ça !

Comme tous les préjugés en matière de sexe, ceux sur l’herpès viennent principalement du fait que certains aspects de la sexualité restent encore tabous, et que les gens manquent de connaissances à ce sujet.

Alors si, pour commencer, on dédramatisait le sujet, ça rendrait tout beaucoup plus facile, y compris le fait d’en parler à ses partenaires pour celles et ceux qui sont porteur•ses du virus !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Baguy
    Baguy, Le 15 juillet 2016 à 0h54

    Encore une chouette vidéo :) C'est cool qu'elle en parle et surtout qu'elle dédramatise. J'ai de l'herpès depuis six ans (le simplex 1 au niveau génital) et même si au début je pensais effectivement que ma vie sexuelle, qui venait juste de commencer, était définitivement foutue, je m'y suis habituée progressivement, et je peux dire aujourd'hui que finalement c'est pas si terrible. Après c'est sur que l'annoncer à un mec que tu viens juste de rencontrer et avec qui tu veux aller plus loin c'est pas simple (Big up au mec qui m'a foutu un énorme râteau à cause de ça :hello:). Mais je suis en couple depuis 3 ans maintenant et tout roule, mon mec s'en accomode plutôt bien, il a compris les risques de transmission et ça ne nous empêche pas d'avoir une vie sexuelle tout à fait normale (bon, sauf pendant les crises mais on n'en fait pas tout un fromage donc c'est cool :)).

Aller sur le forum pour lire le seul commentaire

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)