Josée l’Obsédée, à la recherche du plan cul parfait

Josée a essayé de trouver un gentil jeune homme avec lequel s'amuser. Elle s'est très vite rendue compte qu'il n'était pas toujours facile de trouver un plan cul digne de ce nom...

Josée l’Obsédée, à la recherche du plan cul parfait

Le plan cul parfait est aussi difficile à trouver que le fameux grand amour. J’ai toujours été de celles qui ne pouvaient absolument pas coucher avec un inconnu, alors que beaucoup de mes ami•e•s y arrivent. Souvent, mes potes me prenaient même pour une fille prude, une coincée qui ne savait pas s’amuser ! Lorsque je refusais de repartir avec le plus beau mec de la soirée ils me répondaient souvent :

« Tu dis que tu es en manque et tu ne veux pas repartir avec CE mec, alors qu’il est le sosie de Ryan Gosling ?!»

oui mais non

Non je ne veux pas repartir avec lui, et je ne changerais pas d’avis même si C’ÉTAIT Ryan Gosling d’ailleurs (ceci est un mensonge). Après plusieurs mois d’abstinence, j’ai décidé de chercher un plan cul digne de ce nom… et ce ne fut pas de tous repos.

Celui qui n’avait pas le temps pour les câlins

Pour pouvoir m’envoyer en l’air, il faut que je m’entende un minimum avec mon partenaire. Je ne parle pas d’avoir élevé les poules ensemble, ni même de jouer au Uno en mangeant des BN (quoi que…) : je veux juste qu’il y ait une entente entre lui et moi, que je le trouve drôle et un minimum intéressant.

À lire aussi : Typologie (non exhaustive) des plans cul

Et ça, beaucoup d’hommes que j’ai pu rencontrer ne le comprennent pas.

À partir du moment où je laisse entendre que je veux faire des galipettes, sans avoir envie de me marier et faire quatre enfants derrière, bien des mecs semblent arrêter tout effort au niveau personnalité. Mon vagin, tout triste, refuse alors catégoriquement d’être excité à l’idée de faire des galipettes avec cette personne.

Une fois, pourtant, j’ai tenté le plan cul pur et dur, avec une personne que tu vois, que tu baises et que tu ne recroises plus jamais de ta vie.

hasta-la-vista

Il était beau grand, musclé et avait des bouclettes parfaites. Afin de préserver son anonymat, nous allons l’appeler Anthony.

Anthony n’avait pas besoin de faire des efforts pour séduire, puisqu’il avait déjà toutes les filles à ses pieds. Quand il est venu s’asseoir près de moi dans un bar, il avait même l’air de penser que c’était un cadeau qu’il me faisait.

Vous me direz alors :

« Non Josée, non ! Tu n’as pas baissé ta culotte devant ce mec visiblement égocentrique, indigne de ta prestance légendaire ? »

Eh bien si. J’étais à une période de ma vie où je n’avais pas forniqué depuis sept longs mois. Mon frifi m’envoyait un message d’alerte et avait tiré la tronche quand, dans un premier temps, j’avais refusé les avances d’Anthony.

Je décidai finalement de lui laisser mon numéro. Une semaine plus tard nous buvions un verre dans un café. Finalement, Anthony avait le sens de l’humour ! Il souriait et parlait de son chat, Gaspard. C’était un rendez-vous agréable que nous décidâmes de prolonger emboîtés l’un dans l’autre, sur son lit.

Lorsqu’il ouvrit la porte de son appartement, je me tenais là, droite comme un pic. Il s’agissait de mon premier plan cul d’une nuit ! J’avais déjà eu des relations purement physiques avec des hommes que j’appréciais et que je connaissais depuis pas mal de temps. Mais avec un inconnu, c’était une grande première… et ce fut la dernière d’ailleurs.

À lire aussi : Sexualité : ces trucs que je ne veux pas (re)tenter

Après avoir fait semblant de regarder un film pendant vingt LONGUES minutes, ce fut l’heure du baiser. Qui fut très agréable. Mon minou m’envoyait un tas d’encouragements et me remerciait d’être passée à la vitesse supérieure… Mais il déchanta rapidement lorsque tout se mit à avancer trop vite. À peine ma culotte retirée, ce bougre d’Anthony commençait déjà à vouloir me pénétrer !

Malgré le fait que j’essayais de le stopper avec des mots, puis des gestes, il semblait pressé comme si une casserole de Barilla l’attendait sur le feu. Et eut le culot d’être étonné en me trouvant relativement sèche :

« Bah tu n’es pas très ouverte…»

La colère montait en moi, et puis… Je n’avais même plus envie. Ni une ni deux, j’ai refermé les cuisses, remis ma culotte et je lui ai dit calmement :

« Bien sûr que ça ne rentre pas, vu que je ne mouille pas, BORDEL ! »

vagin sec

Mon vagin (une allégorie)

J’ai décidé de partir, et il ne m’a pas retenue. Anthony voulait tremper son biscuit, sans préliminaires ni câlins. Et moi, ce que j’aime dans le sexe… c’est aussi les câlins.

Celui qui était trop triste pour rendre son pénis heureux

Après ma rencontre avec Anthony, je ne savais plus comment faire pour niquer dans la joie et la bonne humeur.

Des hommes me draguaient parfois, mais j’avais peur de retomber sur le prototype du mec égoïste. Alors je ne cherchais même plus : j’acceptais simplement d’être perdue à tout jamais dans le désert de l’abstinence sexuelle.

À lire aussi : Josée l’Obsédée redécouvre maladroitement le célibat

tumbleweed

Un jour, alors que je dînais avec des amis, l’un d’eux me racontait sa récente rupture avec son ex. Il me disait qu’il n’était pas triste et qu’il voulait passer à autre chose. Nous riions et nous racontions nos vies lorsque, un peu éméché, il me prit la main. Je reculai par réflexe, mais lui rendis tout de même un sourire.

Doug (oui, c’est mon histoire, je choisis les noms d’emprunt que je veux) était un garçon charmant avec lequel je n’avais jamais envisagé la moindre relation. Il était drôle et intelligent mais… je ne savais pas trop. C’était Doug, le mec qui rotait en regardant Fast and Furious, quoi !

Plus tard dans la soirée, il me demanda s’il pouvait m’inviter à manger. J’acceptai et me rendis donc chez lui le lendemain soir. Il m’avait fait à dîner et tout se passait bien. J’avais, bien entendu, mis mon plus bel ensemble de lingerie en prévision d’une nuit torride.

Je fus contente d’avoir pris cette décision quand, il s’approcha de moi pour me voler un baiser. Mon frifri approuvait et espérait que cette fois, j’allais bel et bien passer à l’acte. Tout commença doucement. À chaque fois qu’il me retirait un vêtement, une caresse ou un baiser accompagnait son geste. J’étais heureuse qu’il ne s’agisse pas du même genre d’énergumène qu’Anthony !

Après de longs préliminaires, nous allions enfin fusionner et ne faire qu’un (c’est kitsch je sais, mais je vous mets au défi de trouver une expression similaire à « pénétrer »). Très excitée, j’avais saisi son dos pour accompagner son mouvement. Mais une fois à l’entrée de ma caverne… le chibre de Doug tirait la tronche et ne voulait pas bander.

michael-scott-no

Ma réaction tout au fond de mon coeur

Je vis alors le visage de Doug pâlir. Il marmonna :

« Bon, je …. pardon…. »

Je lui rendis une caresse et lui dis que ça n’était pas grave. Malgré ma tentative de le rassurer, Doug ne se remettait pas de cette situation. J’essayais de le réconforter du mieux que je pouvais.

« Parfois ça vient pas hein, ce n’est pas grave. »

En réalité, j’étais horriblement frustrée ; je me disais qu’une malédiction s’était abattue sur mon vagin et sur ceux de toute ma descendance (si j’en avais, ce qui n’était pas gagné vu mes aventures). Toutefois, vu l’état de panique dans lequel se trouvait Doug, je savais que l’essentiel était de dédramatiser.

Doug me dit que finalement, il ne s’en foutait pas tant que ça de sa rupture avec son ex. Qu’il me trouvait très belle et attirante mais qu’il avait trop de chagrin en ce moment. Lui et moi avons fini par nous endormir dans les bras l’un de l’autre, en parlant de nos problèmes respectifs, avec un album de Nirvana en fond sonore. Même si je n’avais pas réussi à satisfaire ma libido, j’avais enfin eu « les câlins qui allaient avec ».

C’est l’heure de la happy end ; Doug et moi nous sommes revus à plusieurs reprises, et il s’avère qu’il est devenu mon plan cul parfait par la suite ! Comme quoi, un peu de patience ne fait jamais de mal.

À lire aussi : Josée l’Obsédée cède aux sirènes du marketing

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mali26
    Mali26, Le 7 mai 2016 à 21h38

    Doug pour moi c'est le mec sexy de Very bad trip ^^

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)