Instant putassier # 31 : les filles qui n’aiment pas les filles

BONJOUR, HUMANITE EN PUTREFACTION.
Ca faisait longtemps que je n’avais pas été d’aussi bonne humeur. Sûrement parce que cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas vu(e)s. Aussi parce que j’écoute le live de Blink-182 et ça me rappelle quand j’étais au collège et qu’on s’envoyait des petits mots en classe disant « prout + caca = toi » et que ça pouvait nous faire rire comme des autruches pendant le reste du cours. Mais vous savez ce qui pourrit mon funk comme un barbecue qui prend l’eau ? Les filles qui n’aiment pas les filles.

Il s’agit d’un concept assez simple : vous avez sûrement déjà entendu / lu une fille répéter régulièrement « je m’entends mieux avec les garçons » ? Cette fille a 74% de chances de développer cette peur prosaïque qu’est la peur de l’autre fille.

Concrètement, le fait de déclarer publiquement qu’on s’entend mieux avec les garçons est une manière à peine voilée de dire l’inverse, qui est : « je ne suis pas une fille comme les autres ». En sous-entendant que ELLE, elle a des relations privilégiées avec les garçons, elle sous-entend également par-là que les autres filles sont des êtres indignes d’intérêt, passionnés par l’épilation de leur moustache, le bronzage de leur raie des fesses et Brad Pitt. Et qu’elles ne sont pas comme ces filles là. Qu’elles sont plus profondes, moins chiantes, plus marrantes, qu’elles sont comme un meilleur pote avec des nichons.

Voici comment la F.Q.N.A.P.L.F (l’acronyme prenant plus de temps à écrire que la phrase en entier, ce sera la seule fois que vous le verrez ici) se voit :
2009 07 28 fqnplf1 Instant putassier # 31 : les filles qui naiment pas les filles

Et maintenant dont elles perçoivent les centres d’intérêts des autres femelles :2009 07 28 fqnplf2 Instant putassier # 31 : les filles qui naiment pas les filles

Grande nouvelle : on peut être une fille et aimer le skate et les Super Héros et le vernis à ongles, et être un garçon et aimer lire la presse people et écouter Cat Power et regarder des films de guerre ou de voitures.

Voici pourquoi les filles qui n’aiment pas la majorité des filles sont pénibles : car, en voulant affirmer une pseudo-différence, elles participent aux clichés sans s’en rendre compte. D’ailleurs est-ce que vous avez déjà entendu / lu une fille affirmer qu’elle « s’entend mieux avec les filles » ? Non, parce que ça sous-entendrait qu’elle considère alors tous les garçons comme des gros beaufs qui aiment le tunning et péter devant PES. Ou qu’elle est lesbienne.

BIEN, maintenant, voyons comment reconnaître une F.Q.N.A.P.L.F (en fait ce n’est pas si dur à écrire). Si vous cochez plus de trois affirmations, c’est que la fille que vous soupçonnez de misogynie est bien une F.Q.N.A.P.L.F, ou si vous le faites pour vous-même, c’est que  vous êtes bien une F.Q.N.A.P.L.F (celui-là je viens de le taper les yeux fermés)

  • Mépris et/ou disputes fréquentes envers des filles sans réelle raison
  • Disparition des soirées testostérones dès qu’une autre fille fait son apparition
  • Roulage de pelles et/ou relation sexuelle avec chacun ou presque de ses amis
  • Sentiment de décalage par rapport aux autres personnes de sexe féminin
  • Rappel fréquent de la blague « tire mon doigt »
  • Allusions réitérées au sexe
  • Description du moi enfant comme étant « un garçon manqué avec des couettes »

En réalité, la fille qui n’aime pas les filles n’est pas réellement anti-filles, elle se sent simplement en danger face aux autres brebis alors qu’elle voudrait être choisie par le grand méchant loup. Il ne s’agit ni plus ni moins qu’un sentiment de compétition exacerbé. Un mélange subtil entre absence de confiance en soi et vanité. La F.Q.N.A.P.L.F ne peut s’empêcher de se placer en rivale face à ses pairs – d’où les conflits fréquents. A noter qu’elle a tout de même des amies, mais elles sont relativement rares.

Comment s’en débarrasser, me direz-vous ? Il est quasiment impossible d’entamer une discussion avec la F.Q.N.A.P.L.F étant donné qu’elle est souvent en mode agressif ou qu’elle se contente tout simplement de vous ignorer. Le mieux est d’interagir le moins possible avec elle si vous sentez qu’elle est sur la défensive avec vous : contentez-vous d’être copine avec des filles qui acceptent de jouer à Street Fighter 4 sans se sentir à part pour autant (je ne connais personne qui n’aime pas mettre des coups de boules à Ryu) et avec qui vous pourrez aussi parler de la crise de la Converse All Star©.

La prochaine fois je vous parlerai des gens qui disent irrémédiablement aux mecs qui font plus d’1m95 : « tu fais du basket ? ».

Tous les articles L'Instant Putassier
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 90 commentaires !

Lire l'intégralité des 90 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • Versus
    Versus, Le samedi 13 octobre 2012 à 20h41

    Je ne comprends même pas comment on peut définir la personne qu'on a en face de soi par son genre. Celles qui ne fréquentent que des gars ou que des filles doivent projeter sur le sexe opposé ou le leur l'image de l'un ou l'autre parent, j'en sais rien, faudrait demander à tonton Freud (même s'il dit de la merde.)

    J'ai connu une femme qui affirmait bien mieux s'entendre avec les hommes, et sa description correspond tellement bien à celle de l'article que c'en est fendard. Elle se croyait exceptionnelle alors qu'elle était d'un ennui affligeant, et elle avait juste peur de la comparaison. Bref, elle voulait juste pouvoir séduire n'importe quel mec n'importe quand sans se préoccuper de la concurrence. C'est pour ça que les filles qui disent qu'il n'y a aucune ambiguïté avec leurs copains mecs, quand elles se revendiquent "fille à mec", me paraissent hypocrites : quand on réduit toute personne à son genre, on réduit tous rapports au sexe. Je trouve Thon particulièrement franche.

  • Jojo el asticot
    Jojo el asticot, Le dimanche 14 octobre 2012 à 01h58

    Merci pour cet article délicieusement hilarant et criant de vérité!

  • Jellybelly
    Jellybelly, Le dimanche 14 octobre 2012 à 20h01

    J'ai trainé avec quasi uniquement des mecs pendant une période, pour des raisons déjà citées plus haut, c'était plus facile parce que je n'avais même pas réellement besoin de parler, je pouvais juste être là et faire mes trucs.
    Je sortais d'une rupture difficile et je n'avais pas envie de parler de moi, de ce que je ressentais etc. Je voyais bien qu'ils voulaient me demander si ça allait mais ils n'osaient pas, on passait notre temps à boire, regarder des films cons ou sortir à des concerts.
    Une amie m'aurait directement parlé de moi, dit que je pouvais compter sur elle etc, elle aurait été directe, honnête et franche en fait.
    D'ailleurs je ne comprends même pas comment certaines peuvent parler de franchise masculine, D'après ce que j'ai vu avec la plupart des mecs que j'ai côtoyé, ils n'osent jamais se dire les choses en face, à chaque fois mes potes venaient me dire à moi des trucs qui s'étaient mal passés avec un tel au lieu de le dire au mec en question. De plus, ils se feintent l'un l'autre constamment, au début je faisais pas attention à ça puis j'ai fini par remarquer qu'en fait ils se disaient des saloperies qu'ils pensaient l'un sur l'autre mais sur un ton humoristique pour éviter d'avoir réellement une discussion.

    Ca me rappelle certains posts sur 9gag qui montraient que les filles se disaient tout le temps "t'es ma meilleure amie", "je t'adore" etc et puis qui se disaient des horreurs l'une sur l'autre deux jours plus tard alors qu'au contraire l'amitié entre mec était plus "vraie", alors que bon, dans la réalité les mecs aiment aussi clamer leur amitié bien fort, le bro code et tout ces trucs, genre "les potes avant les meufs" , pourtant je me rappelle bien d'un mec qui après avoir lâché cette phrase a passé la soirée à draguer une fille alors que ses potes avaient juste envie de rentrer.

    Bon j'ai beaucoup redescendu les mecs dans mon post et je sais que c'est naze parce je fais un peu pareil que celles qui mettent toutes les filles dans le même sac, mais je pense honnêtement qu'il n'y a pas d'amitié plus sincère chez les unes que chez les autres ou que les filles parlent de choses plus superficielles et se font des sales coups plus que les mecs, mon post était juste pour montrer que les critiques qu'on fait habituellement aux filles ben moi je les ai retrouvées chez des mecs. Voilà.

  • BloodyBee
    BloodyBee, Le jeudi 20 mars 2014 à 14h08

    Pr. Bobby Freckles à dit : Il est quasiment impossible d’entamer une discussion avec la F.Q.N.A.P.L.F étant donné qu’elle est souvent en mode agressif ou qu’elle se contente tout simplement de vous ignorer.

    Oh ! Qu'elle petite vipère ! Mais pourquoi réagit-elle comme sa ? Je ne comprends pas du tout !

    Pr. Bobby Freckles à dit : Comment s’en débarrasser, me direz-vous ?

    A méditer..

    Mais on est en droit de se demander : Pourquoi ? Pourquoi cette fille n'aime pas les filles ?
    Peut-être que cette fille qui n'aime pas les filles aimait les filles mais que les filles ne l'aimaient pas.
    Aujourd'hui est-elle devenue une fille qui dit ne pas aimer les filles parce que c'est plus simple que d'avouer qu'elle aime les filles mais que les filles ne l'aiment pas...?
    Et les filles qui font un article sur cette fille, sont des filles qui n'aiment pas les filles qui n'aiment pas les filles.
    Donc des filles qui ne l'aiment pas, alors pourquoi devrait-elle les aimer ?

    La boucle est bouclée. :)

  • Moothie
    Moothie, Le samedi 22 mars 2014 à 18h10

    Wow, je m'entend globalement mieux avec les mecs mais je ne pense pas pour autant être une F.Q.N.A.P.L.F ! :oo:
    C'est juste que les mecs sont (en général) tellement moins prise de tête ! Genre, ils vont pas se râler dessus 40 ans parce qu'ils ont les mêmes chaussures où qu'ils trouvent la même fille pas mal du tout.. Et, franchement, c'est tellement reposant.. :free:
    Alors heureusement, y'a des filles pas du tout comme ça, et j'ai quelques très bonnes amies dans ce genre, mais, étant donné que je suis timideàmort et que les filles m'intimident 40 fois plus que les mecs (non, je ne sais absolument pas pourquoi..), je passe ma vie avec des garçons :B

  • Gargouillette
    Gargouillette, Le dimanche 23 mars 2014 à 10h53

    J'ai souvent tendance à parler aux garçons, ou à préférer leur compagnie, mais je ne le fais pas exprès. Et je ne le fais pas parce que je trouve les filles méchantes, au contraire, je ne connais pas tellement de filles telles que vous les décrivez (vous parlez de filles qui font des coups dans le dos etc). En fait, j'aime beaucoup rire et je trouve plus d'occasions de rire avec les garçons. Par contre, il faut aussi voir de quel genre de garçon on parle, je ne suis pas à l'aise avec tous les types de garçons, j'aime surtout ceux qui aiment rigoler et sont sains ;) et puis j'ai aussi des amies filles, c'est juste une généralité que je préfère la compagnie des mecs, qui me font me sentir moins stressée et me permettent de voir la vie en rose. Après, je ne suis peut-être pas si saine que ça comme fille, j'ai peut-être un manque de confiance en moi qui explique certaines choses.

  • Upermuk
    Upermuk, Le lundi 24 mars 2014 à 15h05

    Oh ben... Je trouve cet article horriblement sexiste. Quoi, t'as une nana devant toi qui te dit qu'elle n'aime pas "les trucs de fille" (ce qui veut dire "je n'aime pas les choses qu'on construit socialement pour les filles", ce qui est véritablement le droit de tout un chacun, toute une chacune :) ), et tu l'envoies péter sous prétexte que tu ne peux pas parler de la crise des converses avec elle?

    Franchement les meufs faut se calmer là. Je trouve cette opinion vraiment très triste. Et cette discrimination à paillettes, je me suis déjà vue obligée de la combattre en parlant de teinture de cheveux, de chaussures, de rouges à lèvres, alors que tout ce bazar ne m'intéresse que très moyennement.

    Pourquoi diable sujet-de-filles = trucs consuméristes à la con? J'ai le droit de haïr la société de consommation, l'astrologie et les huiles essentielles sans qu'on me taxe de fille qui n'aime pas les filles. L'autre jour je cherchais un bouquin sur la musique. Dans le rayon loisirs (de couleur rose), j'ai pu découvrir comment élever mes enfants, j'ai pu choisir entre 25 000 huiles essentielles et savoir comment parler aux anges, mais pas comment lire une partition. (Remarque: il n'y avait pas non plus de rayon voiture ou maths, parce que tout le monde sait que les mecs ça lit pas). Là se loge le pire des sexismes, et je refuse de me catégoriser dans des sujets-de-fille des sujets-de-mec.

    Qui plus est, conseiller d'ignorer les pauvres fâmes atteintes de ce mal... Oh là là. Vous vous relisez? Pourquoi croyez-vous qu'elle est devenue comme elle est? Je pense à l'article sur Lilly Allen, que je n'aime pas spécialement, qui se fait démonter parce qu'elle ose prétendre que les femmes sont les premières ennemies des femmes... Cet article prouve qu'elle a au moins en partie raison.

    Les personnes qui ont été les plus tolérantes envers mon envie de m'habiller comme un sac, de travailler avec des machines, de ne pas m'épiler, etc, eh bien c'étaient les mecs. Mon type se fiche que je grossisse ou non de 10kg, du moment que je suis bien. D'ailleurs mes amies filles aussi -mais je les sélectionne parmi les punks à chiens, je le reconnais. Mais je dois reconnaitre que les regards d'horreur en voyant mes mollets poilus, ils viennent des femmes.

    Je n'en veux à aucune femme de s'épiler la moustache, si ça l'aide à se sentir bien. Ce que je ne supporte pas, c'est le retour de pression: son regard fulmine de "putain, comment elle ose draguer tout le monde en étant aussi peu soignée alors que moi je souffre tous les jours et j'ai peur????!!!!" Je suis toujours gênée face à autant de haine et/ou de méfiance.

    Et effectivement, nous sommes différentes parce que différenciées, nous, les femmes qui n'aiment pas les femmes. Il a suffi en général de quelques différences de fille/garçon en primaire pour foutre les crocs à Angela Merkel et produire cette créature. En famille, je remarque toujours que je reste dans la partie mec de la réunion, dans le salon, et pas dans la cuisine avec toutes mes tantes qui parlent du houmous à la betterave. (Que cette situation me désole)

    Que faire quand on est une femme et qu'on se fiche des tenants et aboutissants des grandes marques? Quand on est un mec et qu'on hait le foot et les voitures? Que faire quand on veut être neutre? Moi j'aimerais bien pouvoir parler avec des filles d'autre chose que de règles, de cheveux, et d'ongles - sujets de dédouanement typiques, en particulier chez les françaises. Pensons à autre chose. Oublions le couple bourgeois. Vivons. Disons merde au sales types qui nous harcèlent et aux femmes qui nous regardent haineusement. Ca m'a donné envie d'écrire un article.

  • Adita
    Adita, Le lundi 24 mars 2014 à 15h22

    upermuk;4664333
    Moi j'aimerais bien pouvoir parler avec des filles d'autre chose que de règles, de cheveux, et d'ongles - sujets de dédouanement typiques, en particulier chez les françaises. Pensons à autre chose. Oublions le couple bourgeois. Vivons. Disons merde au sales types qui nous harcèlent et aux femmes qui nous regardent haineusement. Ca m'a donné envie d'écrire un article.
    C'est justement ce que l'article dénonce! Il nous parle des filles qui pensent que les sujets de conversations des autres nanas portent obligatoirement sur ce genre de sujet (règles, maquillage, mode):cretin:

    Si tu cherches bien (ou même si tu cherches pas très loin) je suis sûre que tu peux trouver des filles qui ne parlent pas toujours de ces sujets là.
    Après il faut en avoir envie, et ne pas partir avec des a priori négatifs sur la gente féminine.

  • Upermuk
    Upermuk, Le lundi 24 mars 2014 à 17h10

    adita;4664354
    upermuk;4664333
    Moi j'aimerais bien pouvoir parler avec des filles d'autre chose que de règles, de cheveux, et d'ongles - sujets de dédouanement typiques, en particulier chez les françaises. Pensons à autre chose. Oublions le couple bourgeois. Vivons. Disons merde au sales types qui nous harcèlent et aux femmes qui nous regardent haineusement. Ca m'a donné envie d'écrire un article.
    C'est justement ce que l'article dénonce! Il nous parle des filles qui pensent que les sujets de conversations des autres nanas portent obligatoirement sur ce genre de sujet (règles, maquillage, mode):cretin:

    Si tu cherches bien (ou même si tu cherches pas très loin) je suis sûre que tu peux trouver des filles qui ne parlent pas toujours de ces sujets là.
    Après il faut en avoir envie, et ne pas partir avec des a priori négatifs sur la gente féminine.
    Oui, je vois bien qu'il y a du second degré. Mais il me fait grincer quand même. Le ton est pas très sympathique, malgré l'ajout d'un trademark à côté de Converse. Au total, je ressens quand même un genre de grief dans cet article (on va me demander pourquoi je lis l'instant putassier alors :p).

    Parler d'un truc de meufs dans la file de la cantine, c'est un peu comme un salut franc-maçon. J'imagine que les hommes ont aussi leur truc à eux.

    Enfin comme je disais, j'ai un peu de mal avec ce genre de second degré quand il sert à exclure - l'humour, comme on le signale bien souvent chez les féministes, est une forme d'exclusion et de conservation de clichés et qui ici, du moins il me semble, ne prend pas une forme très heureuse.

  • Biscottine
    Biscottine, Le mercredi 11 juin 2014 à 00h09

    je suis vraiment, entièrement, d'accord avec cette article. Cela m'a toujours un peu embêté comme comportement, "ha bah non moi j'aime pas les filles, je m'entend tellement mieux avec les mecs !" Cool, tu te fais tout tes potes ou/et tu les prends pour tes serviteurs...

    Je dois avouer que j'ai toujours été en compagnie de garçons plus que de filles, mais je ne suis pas une fille qui n'aime pas les filles.
    Ce qui m'a toujours fait de la peine, c'est que les autres filles me détestent, je ne sais pas pourquoi mais depuis que je suis petite c'est le cas... Elles se moquaient moi pour des raisons x ou y, le pire c'était au lycée, de nature très blagueuse j'en faisait pas mal, autant mes amis sans "e" se fendait la poire autant les filles restaient de marbre ou se moquaient de moi.
    J'avais l'impression qu'elles me détestaient parce que je ne traînais avec des gens "trop bizarres" (genre des geeks boutonneux dont elles faisaient des cauchemars), enfin pourtant quand on y réfléchi ce n'était pas très logique, ça ne pouvais pas être de la jalousie... Du coup je me suis mise dans la tête "les filles sont méchantes avec moi, elles le seront toujours" même à 20 ans je me méfie toujours, quand un groupe de filles rient, oui j'ai vraiment l'impression qu'elles se moquent de moi.
    Je me suis faite tout de même des amiEs (et heureusement !), pas des masses mais j'en ai.

    L'histoire du "garçon manqué" je trouve ça vraiment con, surtout que certaines filles (voir toutes) se définissent comme tel pour pas grand chose. Petite, j'aimais me bagarrer (j'étais la plus petite, j'étais persécutée :'( ), j'aimais faire des cascades avec mon vélo, monter dans les arbres et je rêvais d'être exploratrice ou batman. Est-ce que j'étais un garçon manqué ? NON. Juste une enfant dont les parents n'avait pas rempli le crâne de stéréotypes honteux. Quand j'ai dis à la maîtresse que je voulais faire exploratrice, elle m'a dit que c'était original pour une fille, BIM ma première claque qui m'a ramené à ma "condition sociale".

    La fille qui n'aime pas les filles c'est une biatch, une grosse allumeuse qui aiment faire croire aux autres filles qu'elle est au-dessus d'elle, qu'elle a un truc en plus, parce qu'ELLE, elle comprend les garçons. Désolée poupée, mais t'es loin d'être une rareté. Les garçons ont tous des goûts différents, on n'est pas assurée de tirer le gros lot parce que ça y est, on est un peu geek et on parle de cul. Toutes les filles mériteraient de ne plus être enfermées dans leur auto-censure, ça s'est sur, mais chacune peut être ce qu'elle veut, y'a pas de lois qui définit une césure entre les chaussures à talons et les skate shoes...

Lire l'intégralité des 90 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)