« Georges Clooney, une histoire vrai » : interview de l’auteur

« Georges Clooney, une histoire vrai », c'est un webcomic délicieusement crétin qui a été publié en BD. Elsa a interviewé son auteur, le talentueux Philippe Valette !

« Georges Clooney, une histoire vrai » : interview de l’auteur

Georges Clooney, webcomic dont le succès n’est plus à démontrer, est paru en BD il y a quelques semaines, dans la collection Tapas de Delcourt. Le format ressemble à celui de la collection Shampooing chez le même éditeur (où sont parues de nombreuses versions papier de blogs BD, de Frantico à Chicou Chicou, des Carnets de Lewis Trondheim aux Notes de Boulet). Pour Georges Clooney, il s’agit donc de l’édition papier des tomes 1 et 2 que l’on pouvait déjà lire en ligne, ainsi que des tomes 3 et 4, encore inédits pour les lecteurs.

Georges Clooney divise. Il y a ceux qui trouvent ça vraiment trop débile, et ceux qui adorent, justement, cette overdose d’humour crétin. C’est l’histoire d’un super-héros un peu idiot et obsédé, à qui la police demande de l’aide pour résoudre une sombre affaire de braquage, avec une Tortue Ninja pour principal suspect. Au programme, une aventure très rythmée, bourrée d’humour trash, de dialogues absurdes (et pleins de fautes) et de références à la pop culture. L’histoire est découpée en grandes cases qui donnent l’impression de regarder la télé (dans la version papier, il y a deux cases par page, pour un total de 350 pages) et les plans, très efficaces derrière le n’importe quoi de façade, renforcent encore ce côté cinématographique. Le dessin est réalisé aux feutres, pour un résultat ultra coloré et faussement naïf.

Un petit tour sur le site de Philippe Valette pourrait bien surprendre certains. Car si Georges Clooney est sa première incursion dans la bande dessinée, on découvre un artiste touche-à-tout qui fait de la vidéo, de l’animation, de la photo, de l’illustration, des effets spéciaux, du graphisme…

Philippe Valette, l’interview

Philippe Valette a très gentiment répondu à mes questions à propos de Georges Clooney.

Pouvez-vous vous présenter, nous raconter un peu votre parcours ?

Je dessine depuis tout petit, et je me suis mis très jeune à faire des courts-métrages avec mes amis. J’ai passé toute mon enfance à imaginer des histoires et à bricoler tous les accessoires imaginables en matant des making of de film. J’ai fait un bac art appliqué, et des études d’animations 3D à Paris. Depuis je bosse dans la pub, la post production, le jeu vidéo et l’animation.

Comment résumeriez-vous Georges Clooney ?

Je dirais que c’est l’histoire d’un super-héros grande gueule et foireux, en quête d’amour, de reconnaissance et de double cheese.

Et si on parle au sens large, je le définirais plus comme un essai décomplexé, construit avec un empilement de références « pop-culturo-web ».

Ou on peut dire aussi dire que c’est un vilain gribouillage rempli de fautes d’orthographe, que la fée d’Internet a transformé en prince charmant.

Comment est née l’idée de cette histoire ?

C’est un hasard, je n’avais pas vraiment l’intention de faire une BD de super-héros. Je cherchais une façon simple et rapide de raconter une histoire, pour me sortir des contraintes dont j’ai l’habitude dans ma profession. C’est plus une expérience, je voulais voir si un récit pouvait se construire en totale improvisation. Je cherchais vraiment à me décrasser.

Dans Georges Clooney, il y a des références aux comics, au cinéma américain, aux séries… Mais quelles ont été vos principales influences pour créer l’univers, les personnages ?

C’est difficile à définir, il y a vraiment de tout dans Georges Clooney. Je pense que c’est le principe même de ce récit, de tout balancer comme ça vient. C’est un peu le fast-food de l’humour.

La recette :

  • Faire cuire un personnage de super-héros dans des problématiques du quotidien, agrémentées de références extraites de notre enfance.
  • Laisser reposer sous un nom de célébrité.
  • Saucer à l’humour Internet, et servir le tout frénétiquement.

L’histoire a d’abord été publiée en webcomic : aviez-vous déjà dans l’idée de la publier en livre ?

Non pas du tout, c’est même quelque chose que je ne pensais même pas publier sur Internet à la base. C’était censé n’être qu’une expérimentation personnelle.

Comment s’est déroulé votre travail sur l’histoire ? Est-ce que derrière le grand n’importe quoi, il y a un scénario écrit en amont, ou s’est-il construit au fur et à mesure ?

Le début de l’histoire est une complète impro. Je dessinais des gags case après case. Au fur et à mesure il y a une petite intrigue qui s’est installée un peu toute seule. Je me suis fixé pour but de résoudre les deux ou trois problématiques en place, tout en balançant les différentes conneries qui me venaient sur le moment, ou que j’avais notées à droite à gauche.

Mais le résultat est à des kilomètres de ce que j’avais imaginé en cours de route. Il y a des idées qui ont débarqué au dernier moment, et qui ont vraiment changé le cours de l’histoire.

Vous faites de l’animation, de la photo, de la vidéo, de l’illustration… Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la bande dessinée ?

J’avais envie d’essayer, et c’est surtout la simplicité d’exécution de la bande dessinée qui m’a attiré. J’étais à la recherche de la façon la moins contraignante et la plus spontanée de raconter une histoire. On peut tout faire en BD, il n’y pas de problème de budget comme au cinéma, ou de limite technique comme en animation, c’est extrêmement libérateur.

Un petit tour sur votre site permet de se rendre compte que vous maîtrisez très bien beaucoup d’outils différents. Alors pourquoi le feutre ?

C’était parfait pour faire des dessins aussi décomplexés que l’histoire. En prenant des feutres, je savais que je n’allais pas essayer de faire un beau dessin, mais que j’allais juste aller à l’essentiel de la narration, pour que ce soit dynamique et lisible.

Et le style enfantin/foireux des dessins assume bien le fait que ce projet n’est qu’une bêtise sans prétention !

Merci beaucoup à Philippe Valette !

– Georges Clooney : Une histoire vrai sur Amazon et chez votre libraire préféré.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Deetz
    Deetz, Le 5 juin 2013 à 14h44

    Autant j'ai totalement accroché aux deux premiers tomes sur Internet autant ça m'a confirmé que l'impro' ça fonctionne moyen quand on arrive au dénouement d'une oeuvre. J'ai pas du tout adhérer à la fin de l'histoire qui part en saucisse complet (et qui ne m'a même plus fait rire :erf:)
    Du coup, on ne sait pas si l'auteur a dans l'idée de retenter l'expérience ?

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)