5 films d’horreur inspirés de faits réels qui vont te donner des sueurs froides

Par  |  | 2 Commentaires

À l'occasion de la sortie du film Verónica, réalisé par le créateur de Rec, Kalindi te propose une immersion au coeur de l'angoisse avec sa sélection de films inspirés de faits réels !

5 films d’horreur inspirés de faits réels qui vont te donner des sueurs froides

Cet article a été publié dans le cadre d’un partenariat avec Wild Bunch distribution.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Ce qui m’excite encore plus que les films d’horreur, ce sont… les films d’horreur INSPIRÉS DE FAITS RÉELS.

La dimension : « peut-être que ça c’est vraiment passé comme ça » me colle les frissons, ce qui n’arrive que très rarement quand je regarde de la fiction pure.

Entre faits véridiques et éléments fictifs, voilà cinq films qui devraient t’empêcher de fermer l’œil ce soir…

Verónica, la bombe horrifique de l’année

Verónica = GÉNIE ! Voilà.

Je ne fais que très peu dans l’emphase, d’ordinaire (mensonge éhonté). Mais là, je dois y avoir recours.

Car Verónica est vraiment mon coup de coeur horrifique de ce début d’année. Et dieu sait que je bouffe du film d’angoisse à la pelle.

J’aime tellement l’horreur que lorsqu’il n’y en a pas assez au box-office, je regarde d’obscurs projets sortis directement en DVD, réalisés par des ados disposant de 4,58 € de budget.

Alors, au milieu de l’amas infini de longs-métrages plus que médiocres que je mange en entrée, en plat et en dessert, Verónica fait figure de Saint Graal !

« Pourquoi donc ? », te demandes-tu, l’oeil brillant de curiosité…

Tout simplement parce que le réalisateur Paco Plaza (déjà derrière Rec) a TOUT compris.

Il ne s’est pas contenté d’adapter un fait divers mais l’a transcendé, lui a donné du corps et de l’esprit.

Inspiré de l’angoissant Dossier Vallecas, Verónica met en lumière le seul cas d’activité paranormale officiellement reconnu par la police espagnole.

Loin de tourner l’affaire en ridicule, Paco Plaza réalise un vrai drame. De ceux dont on se rappelle tant ils sont puissants.

Le pitch ?

Verónica (ou plutôt Estefania Gutierrez Lazaro dans la vraie vie), c’est une jeune lycéenne qui a décidé, un jour d’éclipse solaire, de faire un séance de spiritisme avec deux camarades de classe, dans la cave de son école.

Une séance qui a tourné au drame…

Vraie expérience cinématographique, Verónica est mon conseil ciné du mois. Si tu aimes l’horreur, fonce le découvrir en salles ce 24 janvier !

Ils, le doute permanent

Réalisé par Xavier Palud, et David Moreau, Ils est un film franco-roumain inspiré d’un fait divers tchèque.

Il met en scène Lucas et Clémentine, deux trentenaires expatriés en Roumanie qui mènent une vie paisible dans une maison isolée de Bucarest.

Si l’endroit semble idéal et propice à l’écriture (Lucas est écrivain), il va pourtant s’avérer être le théâtre d’ignominies.

En effet, un soir, « Ils » s’introduisent dans la maison. Qui sont-«ils» ? Que veulent-«ils» ? Autant de questions qui planent lourdement sur ce drame horrifique.

Tout ce que je peux te confier, c’est qu’« Ils » ne sont pas ceux que tu crois…

Autant te le dire tout de go, ce film n’est pas le CHEF-D’ŒUVRE du siècle, je l’admets volontiers. Cependant, la tension y est palpable et son dénouement est étonnant.

Le Dernier Rite, la force de la famille face à l’enfer

Sorti en 2009, Le Dernier Rite s’inspire de l’enfer vécu par la famille Snedeker.

Alors qu’ils cherchent à faire des économies, Allen et Carmen Snedeker s’installent avec leurs enfants dans une maison bon marché de Southington, dans le Connecticut.

Des événements étranges commencent alors à se produire. La famille finit par se rendre compte que sa demeure est en réalité… un ancien dépôt mortuaire.

Face à des phénomènes paranormaux toujours plus inquiétants, les Snedeker finiront par faire appel à un exorciste en 1986.

C’est ce fait divers qui a inspiré Le Dernier Rite (The Haunting in Connecticut, de son titre original).

Plutôt bien menée, cette intrigue m’a tenue en haleine pendant 1h30.

Et pour la petite histoire, il s’agit du film d’horreur qui a le plus fait flipper Jennifer Lawrence (oui, c’est pour cette raison que je me suis procuré le DVD) !

The Conjuring, le blockbuster maîtrisé

Aaaaaah, je me frotte les mains et les babines à l’idée de revoir ce bonbon de suspense signé James Wan.

Globalement bien accueillie par la critique et encensée par le public, la saga Conjuring a mérité son statut d’incontournable dans le milieu de l’horreur.

Gros succès au box-office lors de leurs sorties en salles, les deux volets s’inspirent de faits réels.

Ils suivent les pérégrinations flippantes d’Ed et Lorraine Warren, des chasseurs de fantômes plutôt renommés dans les années 70.

Le premier opus (The Conjuring : Les Dossiers Warren) se concentre sur la famille Perron, qui après avoir vécu 10 ans d’enfer dans une maison aux « présences maléfiques », finit par appeler le couple Warren à la rescousse.

Et hop, ni une ni deux, les tourtereaux (interprétés par Vera Farminga et Patrick Wilson) s’en vont virer ces saletés d’esprits maléfiques.

Avec une grande justesse, le réalisateur James Wan fait vivre les affreux démons qui hantent la maison des Perron. Cinéaste passionné d’épouvante, il jongle sans aucune peine avec les codes du cinéma de genre et ceux d’un cinéma plus classique.

Wan livre un film qui évolue sur le fil tendu de l’angoisse. Un bonheur ! Je vous le conseille mille fois.

Wolf Creek, la mort au bush (wink wink)

Très librement inspiré du rapt de Peter Falconio et Joanne Lees, un couple d’amoureux qui a eu le malheur de tomber sur la mauvaise personne au mauvais moment, Wolf Creek vaut le coup d’oeil.

Tombés en panne lors d’un trip dans le bush, deux touristes se font récupérer par un homme qui dit vouloir leur venir en aide. Bradley John Murdoch n’est pourtant pas un ami qui leur veut du bien…

Si le film fait davantage la part belle à l’horreur qu’à la véracité de l’histoire, il faut reconnaître son efficacité.

Stressant à souhait et brillamment interprété par Kestie Morassi, John Jarratt, et Nathan Phillips, Wolf Creek a été présenté en 2005 lors de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, ainsi qu’au Festival de Sundance.

Il a su y faire son petit effet.

Voilà, il est l’heure pour moi de te laisser à ta délibération… Lequel de ces films oseras-tu regarder ce soir, recouverte de ta couette/ton mec/ton chat/un plaid/la fourrure de Jon Snow ?

À lire aussi : Neuf films d’horreur récents qui vont vous faire frissonner !

Commentaires
  • Kalindi
    Kalindi, Le 18 janvier 2018 à 15h40

    Haha, ton commentaire m'a tant fait rire @Ally-wonderland !
    Sans aller jusque là, je dirais qu'il est plutôt médiocre ;). Son intérêt principal réside surtout dans sa résolution. D'où son existence dans un article qui parle de la mention « inspiré de faits réels ». C'est la chose intéressante du film, selon moi =).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!