Une femme, six pantalons… et sept tailles de différences. Quel est le fuck ?

Par  |  | 30 Commentaires

Une Américaine montre en images que les différences de tailles sur les étiquettes de ses pantalons ne se vérifient pas toujours une fois portés.

Une femme, six pantalons… et sept tailles de différences. Quel est le fuck ?

— Article initialement publié le 19 décembre 2016

Tu t’es déjà demandé, au moment de passer en cabine, pourquoi tu ne mets pas la même taille d’une marque à une autre ?

Une femme américaine s’est elle aussi posé la question en rangeant son armoire. Elle s’est rendu compte que des pantalons de tailles différentes lui allaient aussi bien les uns que les autres.

Elle en a profité pour le montrer à tout l’Internet à travers ce post Facebook (qui s’est très vite répandu sur les réseaux sociaux).

Cette femme, Deena Shoemaker de son petit nom, a fait un montage avec différentes photos d’elle sur lesquelles on voit qu’un pantalon en taille 6 (taille 36 en France) lui va aussi bien qu’une taille 12 (soit un 42).

Cette jeune femme Américaine a donc profité de ce constat pour adresser un message aux États-Unis ainsi qu’aux jeunes filles ados et pré-ados en grandes difficultés avec lesquelles elle travaille.

Elle se rappelle de nombreuses conversations qu’elle a pu avoir avec ces jeunes filles qui font face à des histoires de familles très dures et qui sont sujettes aussi bien à des élans suicidaires qu’à la boulimie ou l’anorexie. Elle raconte au Huffington Post :

« Je me souviens de toutes ces fois où j’ai entendu les filles dire qu’elles sont « grosses » parce qu’elles ont pris une taille de pantalon, ou parler des régimes qu’elles sont en train de faire. »

Deena a eu beau leur expliquer que ces histoires de tailles ne sont pas importantes, les filles ne l’ont jamais vraiment crue.

Dans son post, elle pointe du doigt des normes rabâchées et faussées qu’elle accuse d’être à l’origine des maux des filles qu’elle encadre.

« Tu [l’Amérique, ndlr] photoshoppes les mannequins et les actrices avant de les placarder à la une des magazines.

Tout le monde a plus ou moins conscience que tu nous mens et que ce ne sont pas de vraies représentations du corps humain.

Je peux le prouver assez facilement aux filles en leurs montrant comment fonctionne Photoshop. Mais quand tu fais passer une taille de pantalon de la taille 40 à 48 et que tu l’étiquettes « grandes tailles », comment suis-je supposée combattre ça ? »

À lire aussi : La mannequin « grande taille »… qui refuse d’être considérée comme telle

Ce que Deena attend de la société pour encourager une vision positive du corps, c’est de privilégier un discours autour de la santé plutôt que de la taille.  Perdre une ou plusieurs tailles de pantalon n’est pas forcément le signe d’une meilleure santé. C’est d’ailleurs parfois le signe de rien du tout, comme dans l’exemple de Deena !

Elle conclu son message par ces quelques lignes :

« Mes chères et magnifiques filles. Mes nanas en taille 32 ou celles en 48. Votre taille ne détermine pas votre beauté, c’est votre vie qui le fait.

La taille imprimée dans vos vêtements est soumise au goût de l’industrie de la mode et change rapidement. Arrêtez de croire les normes sociales qui vous disent qui vous devriez être.

Vous êtes adorables et aimées. Exactement comme vous êtes. »

À lire aussi : Lettre ouverte à mon corps que j’ai décidé d’aimer

Pourquoi les tailles varient-elles autant ?

Ce que Deena met en avant est intéressant car nous sommes nombreuses à l’avoir remarqué : les tailles de vêtements varient énormément d’une marque à l’autre et d’un pays à l’autre. Ici, on ne sait pas si elle a acheté un mix de marques américaines et européennes, mais il y a deux principales raisons qui expliquent ces grands écarts.

La première est que les mensurations d’une femme américaine lambda et celle d’une Européenne lambda ne sont pas les mêmes. Il existe des normes françaises, européennes et internationales. Un joyeux bordel.

La deuxième est la muse à laquelle la marque se réfère, sa femme « idéale » qu’elle veut habiller, sa cible, qui a elle aussi un physique défini et pour laquelle ces vêtements sont créés. « Lambda », « défini », ce sont des termes qui sont bien sûr sujets à discussion…

Finalement, le truc le plus casse-couille, c’est pas de savoir dans quelle(s) taille(s) on rentre, c’est surtout de pas savoir quelles tailles embarquer en cabine, non ?

Et toi, est-ce que tu as aussi des vêtements de tailles différentes dans ton armoire ?

620-nique-les-complexes-temoignages

Commentaires
Forum (30) Facebook ()
  • GabrielleV
    GabrielleV, Le 3 avril 2017 à 11h25

    Je travaille comme traductrice pour une entreprise de vente de vêtements en ligne et je peux garantir que même au sein d'une même marque, et parfois d'un même modèle, les tailles diffèrent! Cela est dû aux concepteurs mais aussi aux fabricants, qui travaillent avec des patrons, des tissus et des machines différentes, et qui s'en foutent en fait pas mal de comprendre les différences entre les tailles internationales; ils doivent travailler avec des standards différents pour chaque client et ça les saoule. Mais le plus significatif, ce ne sont même pas les mesures, mais l'équation coupe/morphologie. Personne n'a le même ratio épaules/poitrine, pour les vestes pas example. Donc deux filles de taille 42 vont l'une se retrouver avec une veste 'trop petite' et l'autre 'trop grande', parce que la veste 42 ne va pas les serrer au même endroit. Pareil pour un pantalon avec le ratio taille/fesses/cuisses/mollets. On pense, que la coupe c'est juste le style, et c'est la taille qui compte, mais en fait c'est presque le contraire!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!