Voici 6 conseils pour une prise de notes à l’épreuve des flammes

Bienvenue dans les études supérieures ! Tu devras désormais affronter les cours magistraux et la tant redoutée prise de notes. Avec ces conseils, tu seras prêt·e comme jaja.

conseils prise de note

Quand tes profs ont toujours distribué des polycopiés, pas facile de se mettre à la prise de notes une fois arrivée en prépa ou en première année d’étude.

Bienvenue dans l’enseignement supérieur, tu vas découvrir la prise en note autonome des cours magistraux.

Un régal.

Pas de panique, mes chères collègues et moi-même avons quelques astuces pour toi afin de mettre au point une méthode qui te convient et qui te permette d’apprendre tes cours (parce que c’est ça qu’on veut).

Prends tes places pour la Grosse Teuf

🎒 Rentrée des classes 🎒

Le 7 septembre à 23h30 au Flow

Ça va être bien, viens !

Ce que tu comprends est plus important

Dans l’enseignement supérieur, tu vas écouter un ou une prof parler pendant plusieurs heures sans souffler entre ses phrases.

Attention, ça va aller très vite et pour éviter de te faire distancer, il faut te rappeler d’une chose essentielle : note le plus important.

Que ce soit avec un ordi ou par écrit, c’est comme tu veux (sauf si les ordinateurs sont interdits dans ton établissement).

À lire aussi : 15 fournitures scolaires pour égayer ta rentrée !

Tout ce que tu vas entendre ne sera pas nécessaire à la compréhension de la leçon ou du sujet. Le but c’est qu’à la fin du cours, tu puisses dire en une phrase de quoi il en ressortait.

Pour la prise de notes c’est presque pareil.

Si le ou la prof répète plusieurs fois la même chose en formulant différemment, c’est sûrement important.

Note les exemples qui t’ont aidé·e à comprendre le sujet du cours.

Quand une notion revient souvent et que des questions sont posées pendant la classe, n’hésite pas à la noter aussi. Fais-toi confiance.

Pour les dates, fais-donc une frise au brouillon plutôt que d’écrire une succession de dates que tu ne retiendras pas.p

La prise de notes est un subtil équilibre entre la synthèse et sa propre impression de ce qui est important.

Les citations

Les citations sont un cas particulier dans la prise de notes.

Si tu estimes que tu dois impérativement écrire une citation dans tes cours pour le comprendre et la réutiliser, je te conseille de bien prendre en note plusieurs choses : les mots importants, le nom de son auteur ou de son autrice, l’ouvrage dont elle provient et la date.

Si tu n’as pas réussi la noter correctement et si le ou la prof ne la dicte pas (ce qui n’est pas très sympa) tu pourras retrouver la citation facilement sur Internet (attention, choisis un site fiable).

Aère ta feuille au maximum

J’avais tendance à écrire comme une sagouin à la fac (au lycée et au collège aussi d’ailleurs).

Un jour, une prof a perdu patience et m’a dit en me rendant une dissertation : « à défaut d’écrire lisiblement, aérez votre copie Juliette, c’est un cauchemar pour les yeux.» 

J’étais triste.

Et j’ai appliqué ce conseil sur mes cours également.

Quand tu aères ta feuille, cela te permet de mettre des notes lorsque tu relis tes cours, de les compléter et d’y voir plus clair.

Cela facilite également la mémorisation, surtout si tu préfères mémoriser de façon photographique.

Les abréviations sont tes alliées

Terminé les cahiers de classes avec des phrases dictées par l’instit’, désormais tu dois noter rapidement ce que tu comprends en cours.

Mais, la bonne nouvelle c’est que tes cours t’appartiennent à toi et à toi seul·e.

Tu as donc le droit d’écrire de la façon que tu veux dans le but de pouvoir te relire et réviser correctement. Pour cela, les abréviations sont le meilleur moyen d’allier clarté, rapidité et efficacité.

Parmi les raccourcis universels il y a la suppression des voyelles. Ainsi « beaucoup » devient « bcp », et « quand » devient « qd », aujourd’hui devient « ajd ».

Un peu comme le langage SMS (en tout cas moi c’est comme ça que j’écris mes messages).

Ensuite, il y a les mots abrégés que tu as peut-être croisé dans un dictionnaire ou sur Internet : « c’est-à-dire » abrégé s’écrit « cad », « chapitre » se raccourcit en « chap. », « exemple » devient « ex. », « figure » c’est « fig. », et ainsi de suite.

Enfin, tu peux te créer ton propre dictionnaire des abréviations et de sigles.

Par exemple, lors de mes classe d’économies, j’écrivais croissance en dessinant un triangle, et je remplaçais la fin des mots en « -tion » avec une boucle.

Comme ceci :

Ta prise notes ce sont tes règles

Tes cours sont désormais ton outil de travail à décliner et adapter selon tes préférences.

Dessins, graphiques, croquis, couleurs, titres et sous-titres, tableaux, marges…

Les possibilités sont infinies, tant que tu parviens à t’y retrouver et à mieux mémoriser ton cours.

Mathilde, grande experte en la question (non, mais presque) a quelques conseils également :

« Tous les cours, même les plus littéraires, peuvent donner lieu à des dessins (illustrations du cours ou explications plus basiques), donc si comme moi tu aimes les crayons, fais-toi plaisir !

N’hésite pas à ressortir tes schémas explicatifs dans tes partiels comme illustrations si tu as le temps et que tes profs n’y sont pas foncièrement opposé·es.

C’est souvent apprécié et vu comme une bonne surprise). »

Bon peut-être quelque chose un peu plus utile que ça évidemment.

Pour les cours bilingues

Après deux mois en hypokhâgne, Elise a préféré partir pour faire une première année d’LLCE espagnol, ce qu’elle a trouvé très réjouissant !

Quand tu n’es pas parfaitement bilingue, les cours peuvent sembler plus compliqué à suivre. « Moi, ça m’a fait transpirer très fort. » m’a avoué Elise.

Voici quelques un de ses conseils pour surmonter le stress d’une formation dans une langue qui n’est pas la tienne :

1. Accepte que ça va être du taf : suivre une nouvelle formation dans sa langue natale, c’est dur, alors dans une autre langue c’est encore plus de travail.

Sois patient·e et sois fier·e, en plus tu seras bientôt complètement bilingue !

2.Demande à ton ou ta prof si tu peux enregistrer le cours avec ton téléphone pour pouvoir le réécouter à la maison.

3. Plutôt que te concentrer sur tout ce que tu ne comprends pas, concentre-toi sur ce que tu comprends. 

Note tout ce que tu captes, et surligne ce dont tu n’es pas sûr·e, tu pourras réécouter ton cours pour vérifier ou compléter avec des recherches.

Ton nouveau pote de fac.

4. Écris en bilingue : accepte de ne pas tout comprendre et d’avoir des failles en vocabulaire : ce n’est pas grave, tu es là pour apprendre !

Note en français si tu ne parviens pas à retranscrire dans la langue du ou de la prof, mais aussi en yaourt si vraiment tu n’as rien compris. Elise te donne sa technique :

« Je notais ce que j’entendais dans une orthographe approximative, et après je corrigeais.

Ça me permettait d’apprendre de nouveaux mots (et de rire car bien souvent je ne comprenais pas ce que j’essayais de dire). »

Demande de l’aide si besoin !

Tu n’as pas à tout comprendre du premier coup et il n’est pas nécessaire non plus te t’isoler dans ton incompréhension.

Dans les moments où tu ne parviens plus à suivre, n’hésite pas à demander à ton/ta prof de répéter, comme le dit Mahtilde : « C’est son travail ! » et tu n’es sûrement pas la seule personne de l’amphi ou de la classe à te sentir perdu·e.

Quand une personne ose poser une question, la classe suit en général.

Tu as aussi le droit de demander à ce qu’on écrive certains termes au tableau pour avoir la bonne orthographe.

« Mieux vaut risquer d’avoir l’air pénible que de ne pas savoir écrire Huitzilopochtli, Tezcatlipoca ou Tenochtitlán en partiel, » concède Mathilde.

Parfois, dans les promotions, un groupe Facebook est créé et permet de partager les cours entres élèves. Vous pouvez aussi vous les envoyer par mail.

Cela permet de compléter tes leçons et de recouper des infos que tu aurais loupées.

Enfin, tu n’es pas seul·e dans ta promotion. Alors demande de l’aide à tes voisin·es après les cours, (évite pendant que le ou la prof parle c’est pas le moment).

Ça te permettra de tisser des liens et de te faire peut-être des potes. Qui sait ?

Pour aller plus loin

Voici quelques ressources vers lesquelles tu peux te tourner pour parfaire ta technique de prise de notes.

Les réflexes dans la prise de notes par L’Étudiant.

La vidéo du Monde très intéressante (mais pas très funky j’avoue).

L’excellente vidéo de la chaîne L’Antisèche :

Quelles sont tes astuces de prises de notes ? As-tu des techniques secrètes que tu voudrais dévoiler ?

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Marylle
    Marylle, Le 5 septembre 2018 à 21h26

    La prise de notes c'est comme le vélo : on apprend surtout avec la pratique :d

    Avec l'expérience j'ai appris que les notes à l'ordinateur me convenaient mieux vu mon écriture, mais les fiches écrites à la main me sont indispensables pour l'apprentissage, avec des codes couleurs bien établis et qui ne bougent pas pendant toute l'année.
    Longue vie aux Stabilo, Staedler et autres messies des études supérieures hihi

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!