Mes seins sont une démonstration de la gravité et j’ai appris à relativiser

Corps à cœur Cœur à corps donne la parole à Camille, complexée par ses seins : 95E, tétons trop gros, glandes de Montgomery ... Mais finalement, d'un œil extérieur, tout ça est très charmant non ?

Salut vous ! Vous passez un bon dimanche ?

Corps à coeur Coeur à corps débarque cette semaine avec le témoignage de Camille, qui a décidé de faire une liste des choses qui l’ont aidé à moins complexer sur ses seins et de vous la partager.

Corps à cœur, cœur à corps

Si tu n’as pas suivi, il s’agit d’une série de témoignages illustrés, mettant en avant des personnes qui ont décidé d’avoir un regard plus positif vis-à-vis de leurs complexes physiques.

Il ne s’agit pas de se sentir bien À TOUT PRIX (ça suffit les injonctions, oh !) ou de dire qu’il y a des complexes plus importants que d’autres, mais d’observer les chemins que prennent différentes personnes pour se sentir plus en paix avec elles-mêmes.

Tous les corps sont différents, ça te dit de les célébrer avec moi chaque semaine ?

Les illustrations sont faites par mes petites mains et à partir de photos envoyées en même temps que le texte. J’en reçois plusieurs et je choisis celle qui m’inspire le plus.

Donc, sans plus attendre, le témoignage de cette semaine.

Je suis une jeune femme de 20 ans
qui vient vous partager son complexe :
ses seins.

Ma gêne est apparue insidieusement, au lycée,
quand ma poitrine a commencé à se sculpter.
A force de voir des films et des publicités prônant
la « femme type contemporaine parfaite »
j’en suis venue à me dire que des seins, des vrais,
des beaux, c’était deux jolies sphères tenant
toutes seules ; agrémentées de minuscules
tétons roses.

Mais voilà, moi, mon 95E ressemble plus
à une démonstration de la gravité qu’à des ballons
remplies d’hélium. De plus, mes mamelons
ne sont pas de jolies petites fraises Tagada
mais bien deux très grandes tâches sombres
(mon plus grand complexe).

Enfin, pour ne rien arranger, 4 glandes
de Montgomery agrémentent le tout, faisant
supposer que mes tétons se sont reproduits
sans mon consentement.

Et puis, petit à petit, j’ai fini par prendre du recul.
Finalement, un peu grâce à moi-même mais
beaucoup grâce aux autres. A force de me heurter
à des questions sans réponses je me suis aperçue
qu’elles n’étaient pas fondées : Pourquoi je déteste
autant mes seins alors qu’ils n’ont pas l’air
de déplaire aux hommes qui les côtoient ?
Pourquoi personne ne m’a jamais fait de réflexion
désagréable s’ils sont si anormaux ?
Et pourquoi mes seins ne se touchent-ils pas ?
Sont-ils fâchés ?!

Les petites astuces qui m’ont permis
de moins les détester :

· La Sainte fresque de madmoiZelle
(photos anonymes de poitrine de madmoiZelles) :
Oh joie ! Oh bonheur ! C’était en fait ça une vraie
poitrine ? Quelque chose d’unique, d’asymétrique,
de toutes les tailles, avec différentes gravités,
rose, rouge, marron… ça a vraiment été
un soulagement de voir que m’a poitrine n’était
PAS anormale, ce qui l’est ce sont la similitude
de seins qu’on nous montre à la TV, en photo etc.

· Découvrir que la normalité n’est pas là où
on pensait. J’ai appris que 2 seins ne pouvaient
pas naturellement se toucher, qu’il était normal
que le sein gauche soit (généralement) plus gros
que le droit et plus important encore,
qu’aucune poitrine n’était anormale.
(Merci L’Émifion <3)

· Accepter les compliments. J’entends par là
ne pas s’excuser de sa poitrine, ne pas toujours
croire que notre partenaire nous dit qu’il l’aime
pour nous faire plaisir. Chacun ses goûts et
ce n’est pas parce que vous trouvez
quelque chose de « moche » chez vous
que tout le monde doit être d’accord !

· Voir ce qu’ils m’apportent de positif.
Chez moi c’est leur taille, quand je porte
un chemisier, je suis finalement bien contente
d’avoir un joli petit décolleté.

· Relativiser. Finalement il s’avère que mes 3
petites glandes de Montgomery ne sont pas là
parce que Dame Nature était d’humeur taquine
mais qu’ils servent à me protéger et hydrater
mon mamelon ; alors au lieu d’essayer
de les percer (ça ne sert à rien et c’est fortement
proscrit) on se dit plutôt que le corps
s’auto-protège et que ça c’est cool !

Alors même si le chemin pour que je regarde
mes seins avec amour est encore loin,
aujourd’hui notre cohabitation
ne s’est jamais aussi bien portée.

N’oublier pas de vous aimer,
personne ne le fera aussi bien que vous.

Témoigner sur ses complexes, ça fait quoi ?

J’ai également demandé à Camille de faire un retour sur cette expérience : témoigner et voir ses seins illustrés, ça fait quoi, qu’a-t-elle ressenti ?

Participer à cette expérience a été très bénéfique.
Pour une fois j’ai dû affronter ce que je n’aimais
pas chez moi, sans détourner le regard.

Et dieu sait qu’on n’est jamais aussi dur qu’avec
soi-même… Alors oui, prendre ces photos et écrire
ce mail n’a pas été simple ; il a fallu que j’affronte
véritablement mon complexe et mon image,
mais, avec du recul, ça m’a apaisée et je n’en
ressors aujourd’hui que du positif.

C’est en affrontant ses peurs qu’on parvient à les
relativiser et à les dépasser. Et au fils des mois
j’apprends à m’accepter et me dire que c’est
MA poitrine, je sais qu’elle ne changera pas,
alors autant commencer à l’aimer tout de suite !
(Personne ne le fera aussi bien que vous.)

Wahou ! Ça m’a fait un petit choc quand j’ai vu
l’illustration ! On ne m’avait jamais dessinée,
donc dans ma tête j’associais toujours un dessin
à une autre personne; du coup, dès que
je regardais l’illustration, j’oubliais que c’était moi
et je me surprenais à m’y reconnaitre !

Et étant beaucoup plus bienveillante avec
les autres qu’avec moi-même, ayant l’impression
que c’était une autre femme, je l’ai trouvée belle.
Alors finalement, c’est peut-être ça la solution,
ne pas se regarder avec son propre regard
accusateur mais seulement avec
de la bienveillance!

Léa, tu as si bien su capter ce qui me définissait
pour que je me retrouve parfaitement
dans ce beau dessin. Et aujourd’hui, j’ai un petit
sentiment de fierté de me dire que ces petites
caractéristiques qui font que je me reconnais,
me définissent et me rendent unique.

Et je trouve que cette illustration fait ressortir
la femme forte qui est en moi, qui s’assume,
qui peut conquérir le monde, son monde.

Merci infiniment,
C’était une expérience formidable
et ton talent n’est plus à démontrer !

Comment participer ?

Toi, oui, toi qui as lu avec attention. Toi qui as envie de dire à ton corps que tu veux enterrer la hache de guerre. Que même s’il y a des jours avec et des jours sans, ça serait déjà un premier pas de partager ton expérience.

Bienvenue dans Corps à cœur Cœur à corps !

Concrètement, si tu veux participer, qu’est ce que je te demande ?

Le témoignage sera en 2 parties : un texte et une illustration.

  • Le texte, c’est toi qui l’écris : tu m’expliques ton rapport à ce(s) complexe(s), pourquoi tu as envie de changer de regard dessus, comment tu t’y prends…
  • Pour l’illustration, j’ai besoin de 5 photos de cette partie de ton corps et/ou de ton corps en entier.

Tu peux les prendre seul·e ou avec un·e proche; l’essentiel est que ça soit ton regard avant de devenir le mien. Ça peut être un exercice difficile, j’en ai conscience, donc je laisse le plus de liberté possible ! Mise en scène, spontanéité… c’est toi qui vois.

Je choisis la photo qui m’inspire le plus et j’en fais une illustration.

Envoie-moi ça à lea.castor[at]madmoizelle.com avec « Corps à cœur Cœur à corps » en objet du mail !

Pour suivre Léa Castor, rendez vous sur Instagram et Facebook !

À lire aussi : J’ai testé pour vous… faire partie de la #FitFamily

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

Léa Castor

Graphiste et illustratrice Castor voyageuse, j'ai décidé de poser mon sac-à-dos et ma palette d'aquarelle dans la madmoiZelle family pour un moment.

Tous ses articles

Commentaires
  • JAK-STAT
    JAK-STAT, Le 11 juin 2018 à 20h11

    Bleu pastel
    @JAK-STAT
    Faudrait quand même ne jamais avoir vu de filles de sa vie pour croire qu'être gaulée comme ça c'est normal (ou naturel).
    [​IMG]
    On peut aussi se demander pourquoi, sachant que ça existe pas chez un vrai être humain, on continue à dessiner la majorité des filles de manga comme ça, et même les persos qui ont 12 ans :hesite:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!