J’ai testé pour vous… être animatrice sur un chantier de volontaires

Les chantiers de volontaires, vous connaissez ? Ces évènements bénévoles sont encadrés par un animateur ou une animatrice, qui motive des jeunes gens venus du monde entier à mener un projet à son terme. Une expérience passionnante !

J’ai testé pour vous… être animatrice sur un chantier de volontaires

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de l’animation de chantier de volontaires. Un chantier de volontaires, c’est quoi ? C’est un séjour d’environ trois semaines, quelque part dans le monde, pendant lequel on vit avec un groupe de volontaires venus de tous les pays, pour travailler sur un projet solidaire (en général assez basique et ne nécessitant aucune compétence particulière). L’animateur, c’est la personne en charge du projet. Il est là pour gérer le chantier dans son ensemble, mais aussi le choc culturel (« Il y a du vert sur mon fromage !! ») et faire le lien entre les volontaires et la population locale.

Neuf compères en Haute-Savoie

Cet été-là, je n’avais pas trouvé de stage, je n’avais pas les moyens de partir en vacances, et j’avais envie de quelque chose de plus enrichissant que le fast-food du coin. Ayant participé à un chantier au Maroc l’année précédente (expérience que j’avais adorée), j’étais sur la mailing list de l’association avec laquelle j’étais partie, et j’ai reçu une offre pour encadrer bénévolement un chantier en France. Aucune expérience requise, juste un bon gros paquet de motivation et d’enthousiasme, tous les frais remboursés, et en prime, trois semaines immergée dans une ambiance interculturelle avec un groupe de volontaires venus d’un peu partout. Ni une ni deux, j’ai sauté sur l’occasion.

Après une formation de deux jours, j’ai choisi le chantier qui me plaisait, en tenant compte de plusieurs facteurs (taille du groupe, lieu du chantier, type de travail), et je me suis retrouvée avec un chantier de huit volontaires dans un village de 300 habitants, là-haut-sur-la-montagne en Haute-Savoie, pour aider à la construction d’un chemin de randonnée.

Cuisine, budget, organisation et grand sourire

Le jour de l’arrivée des volontaires, j’ai eu un gros moment de trouille. Comment est-ce que quelqu’un comme moi, qui n’a jamais encadré rien ni personne, allait être capable de gérer tout ce petit monde ? Et finalement, c’était beaucoup moins difficile que ce que j’imaginais !

Au quotidien, on fait un peu tout et n’importe quoi. On fait en sorte que tout le monde se réveille à l’heure, que l’équipe cuisine (deux volontaires chaque jour) prépare bien le petit-déjeuner, que tout le monde ait bien ses outils avant d’aller travailler, comprenne bien les tâches à effectuer (un encadrant technique est présent sur chaque chantier pour coordonner le travail, mon rôle ici était surtout de traduire), on propose des activités pour l’après-midi (en général le travail s’effectue uniquement le matin) et les week-ends, on répond aux questions des volontaires, on règle les éventuels conflits, et la partie un peu barbante : on gère le budget. Ça paraît un peu impressionnant aux premiers abords mais au final il s’agit simplement de mettre des chiffres dans des cases et de s’assurer qu’on n’arrive pas à zéro avant la fin du séjour…

Le rôle le plus important de l’animateur, c’est d’être motivé et de motiver les volontaires. On se lève en premier, on se couche en dernier, et bien entendu on est jamais fatigué et on fait toujours tout avec le sourire ! C’est un peu sportif mais ça fait aussi partie de l’expérience (et croyez-moi, dans la vie de tous les jours, je suis une grande feignasse).

Qu’est-ce que j’en retire ?

  • C’est une expérience extrêmement enrichissante, grâce à la vie en communauté et au partage des différentes cultures.
  • C’est un dépaysement total, même à 3h de route de chez moi : pas de réseau, pas d’Internet, pas d’électricité et les vaches qui meuglent en bas de la fenêtre, ça change ! (Je vous rassure : c’était comme ça sur mon chantier, mais ce n’est pas forcément aussi rudimentaire partout.)
  • Ça booste la confiance en soi : eh oui, moi, j’ai été capable de mener ce projet jusqu’au bout et de faire en sorte que tout le monde en soit satisfait.
  • C’est un plus sur le C.V. : encadrer seule un groupe de volontaires avec qui on parle uniquement en anglais, ce n’est pas négligeable !

En bref, je le conseille à tou-te-s. Il suffit d’être disponible 3 semaines entre juin et septembre, d’être majeur-e, de pouvoir se débrouiller en anglais, et surtout d’être motivé-e pour mener le projet jusqu’au bout.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter un organisme de chantiers, comme Jeunesse et Reconstruction ou Concordia et ils vous expliqueront la marche à suivre !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cleos
    Cleos, Le 2 juillet 2013 à 14h10

    Oyé oyé!
    via : https://www.facebook.com/groups/6099037764/

    si vous êtes dispo, intéressé ou que vous connaissez quelqu'un qui connait quelqu'un...etc : merci de faire tourner c'est urgent !
    Nous recherchons des animateurs pour les chantiers suivants:

    MONTMORIN (AUVERGNE) – du 7 au 20 juillet 2013
    Petit village rural de 518 habitants situé à 25km de Clermont-Ferrand, la commune de Montmorin est constituée de 40 hameaux et s’étend en partie dans la région des Buttes, en partie dans le Livradois, qui fait partie du Parc Naturel Régional Livradois-Forez. Montmorin possède un riche patrimoine sur son territoire et est très attachée à la remise en valeur de tous ces éléments historiques. Pour cette 11ème édition, les volontaires achèveront la restauration d’un four à pain, encadrés par un professionnel des techniques traditionnelles. Ils remettront également en marche un des fours de la commune.

    MILLE PATTES (MIDI-PYRENEES) – du 8 au 27 juillet 2013
    L’association Mille Pattes accueille pour la première fois un chantier international de jeunes volontaires autour du château Saint-Barthélémy. Fondée en 1987, elle s’est fixée comme objectif de créer un lieu culturel de rencontres et d’échanges en Ariège. En 1990 elle acquiert une colline de 18 hectares située au dessus des gorges de l’Arize, sur la commune de Durban-sur-Arize, abritant en son sommet les vestiges d’un château médiéval et d’une chapelle. Aujourd’hui, l’association souhaite aller plus loin dans la conservation de ces édifices, continuer la protection du site, sécuriser l’accès au château et parfaire les conditions d’accueil permanent des visiteurs et des bénévoles.
    Encadrés par un bénévole de l’association Mille Pattes, les jeunes volontaires participeront à divers travaux d’entretien et de mise en valeur sur le site du château Saint-Barthélémy situé à Durban-sur-Arize (travaux de nettoyage, déblaiement et remaniement de pierres dans l’enceinte du château…).


    CAP GENERATIONS (RHÔNE-ALPES) – du 13 juillet au 3 août 2013
    Pour la deuxième année consécutive, les communes de Châtillon, Chessy-les-mines et Le Bois d’Oingt s’associent pour accueillir un groupe de volontaires internationaux au cœur du Beaujolais ! L’association Cap générations, un centre social et de loisirs qui accueille différents publics, est à l’initiative de ce projet et accompagnera le groupe de volontaires pendant tout le séjour. Encadrés par des bénévoles et des employés des services techniques, les volontaires effectueront divers travaux d’entretien, d’aménagement et d’embellissement sur différents sites : peinture, petite maçonnerie, terrassement, menuiserie…


    CHÂTEAU DE FICHES (MIDI-PYRENEES) – du 14 juillet au 3 août 2013
    Un petit groupe de passionnés a créée en mai 2007 une association qui a pour but la rénovation, la conservation, la mise en valeur du château de Fiches, de ses plafonds peints (bestiaire fin XVIème, décors floraux XVIIème), des dépendances et du parc à travers des activités éducatives, des animations artistiques et culturelles, des visites du château et divers ateliers. Elle a entrepris de nombreux travaux de rénovation et accueille cet été pour la 2ème fois un chantier international afin de l’aider dans la réhabilitation d’une ancienne étable. Encadrés par un professionnel, les volontaires participeront à la réhabilitation d’une ancienne étable, comprenant la pose d’une charpente ainsi que des travaux de maçonnerie au niveau des murs. Ils travailleront en hauteur sur un échafaudage. Le site est classé monument historique.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)