De l’utilité des chansons tristes

Miss Lu aime écouter des chansons tristes. Elle vous raconte pourquoi ça peut parfois faire du bien !

De l’utilité des chansons tristes

Quand j’étais en deuxième année d’études, en colocation pour la première fois, on mettait souvent de la musique pour s’attaquer à la montagne de vaisselle ou pour faire la cuisine. Régulièrement, ma coloc se plaignait que sur mon iPod, je n’avais que de la musique triste. Et je dois dire que c’est un peu vrai…

À lire aussi : Comment ma coloc est devenue ma meilleure amie

Chansons tristes VS chansons joyeuses

Je trouve qu’écouter des chansons tristes, c’est tout aussi important — voire plus important — que d’écouter de la musique joyeuse et boute-en-train. Me voilà partie vous expliquer mon point de vue.

Empathie : être capable de ressentir la douleur de l’autre

D’abord, quand on écoute de la musique triste, on est en empathie. Et c’est bien là l’une des plus belles capacités de l’humanité : être capable de ressentir la douleur de l’autre ! C’est assez facile de se mettre de bonne humeur avec un rythme entraînant qui donne envie de danser ; c’est autre chose que de trouver les mots pour toucher un maximum de gens et leur transmettre sa peine, de savoir choisir les expressions qui feront en sorte que d’autres personnes se sentiront concernées. Rendre les gens tristes, c’est tout un art !

À lire aussi : Ces clips qui me font pleurer… à chaque fois

Le fond du puits

Ensuite, et pour moi c’est essentiel, écouter une chanson triste permet… de toucher le fond. Et il n’y a que comme ça que l’on peut taper du pied et repartir. Quand vous vous sentez triste, une petite chanson joyeuse ne vous remettra pas d’aplomb. Mais écouter une chanson triste qui parviendra enfin à exprimer exactement ce que vous ressentez sera un véritable catalyseur, et vous pourrez trouver les mots à mettre sur vos émotions.

À lire aussi : Pourquoi les films tristes peuvent-ils nous faire du bien ?

Pour taper du pied et repartir, il faut être au fond du trou

Être coincé•e à la verticale, un pied sur chaque paroi d’un puits, c’est très inconfortable comme position. Être au fond du trou, au moins, c’est un peu plus reposant… et ça permet d’envisager les différentes options pour en sortir. Vous voyez ce que je veux dire ? Formuler le mal qui vous ronge est le premier pas vers l’amélioration. Et parfois, c’est bien pratique que des artistes le fassent pour vous.

Cela me fait penser à cette chanson de Simple Plan, qui parle du pouvoir de la musique…

L’universalité de la tristesse

Écouter une chanson particulièrement triste peut permettre de se sentir moins seul•e. Si quelqu’un est passé par là, en a souffert, et a jugé bon d’en faire une chanson, c’est quand même que votre mal est suffisamment commun sur cette Terre pour que quelqu’un d’autre puisse vous comprendre. Et ça, c’est très rassurant !

Vous pouvez vous dire que non seulement le/la chanteur•se a ressenti la même chose, mais qu’en plus, toutes les personnes qui apprécient la chanson s’y reconnaissent aussi ! Vous n’êtes définitivement pas le/la seul•e à passer par là. Alors non, ça ne résout sans doute pas votre problème. Mais la solitude et l’icompréhension du monde n’en font plus partie.

À lire aussi : Ces trucs un peu bêtes qui me rendent triste malgré moi #2

Les dialogues par chansons interposées

Parfois, un morceau peut en dire bien plus qu’un long discours explicatif. Du coup, quand vous n’avez pas le coeur à rire et que vous essayez de vous ouvrir à un•e proche, lui faire écouter une chanson triste qui reflète votre état d’âme peut vous aider à trouver les mots. N’oubliez pas que rester seul•e quand on est triste est rarement une bonne idée… Alors si vous n’arrivez pas à vous exprimer pour dire à vos proches que vous n’allez pas bien, envoyez-leur un titre ! Ils/elles comprendront très bien le message.

Peut-être même qu’ils/elles répondront par une autre chanson… qui saura capter leur bonté d’âme et leur amour pour vous, et vous mettra un peu de baume au coeur.

Être triste fait partie de la vie

Ce n’est pas pour rien que l’humanité chante et fait de la musique depuis des temps immémoriaux ! Il s’agit d’un art hautement lié à l’expression des sentiments, et être triste ou mélancolique fait partie de la vie. Pourquoi ne pas vous mettre à la musique et à la chanson, vous aussi ? Pensez que vous rendrez peut-être service à d’autres personnes en parvenant à exprimer ce qu’elles ont sur le coeur… Vous n’êtes jamais seul•e, autant en faire une force !

À lire aussi : Un couple marié depuis 60 ans joue la musique de « Là-Haut »

Si vous aussi, vous aimez écouter des chansons tristes et vous mettre bien dans votre seum, venez en parler sur le forum ! 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lolimadz ?
    Lolimadz ?, Le 14 décembre 2015 à 21h39

    Oh comment c'est tellement moi également ! Et ça fait du bien de savoir qu'on est pas seule à faire ça, le peu de personnes à qui j'en ai parlé ne le comprennent pas vraiment.
    J'ai toujours intériorisé les choses, je n'ai jamais pleuré devant qui que ce soit, par peur de "déranger", peut être par honte aussi, parce que je me dis qu'il y a des milliers de personnes qui ont une raison bien plus importante que moi de le faire, et parce que j'admire ces personnes qui gardent la volonté de continuer à vivre après ce qu'elles ont vécu. Ça m'a permis d'être plus forte psychologiquement, le problème, c'est que j'en arrive à ne plus savoir où mettre les frontières, ne plus savoir si je vais bien ou si je vais mal, ne plus savoir si j'ai besoin d'aide, quant bien même je sais pertinemment que je n'en demanderais jamais. Et alors le seul moyen que j'ai trouvé pour évacuer, pour me faire encore plus mal, pour me sentir encore exister, c'est d'écouter, parfois pendant des heures, une musique triste, allongée sur mon lit, et attendre, en extériorisant tout ce que j'ai accumulé par les larmes, les discours muets et les réflexions que je me fais à moi même. Et puis, lorsque je n'ai plus rien à pleurer, je m'endors, pour laisser mon inconscient prendre le dessus, et oublier l'espace de quelques heures le monde dans lequel nous vivons.

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)