J’ai testé pour vous… adopter un lapin

Le lapin est un animal de compagnie un peu sous-estimé, qu'on pense souvent réservé aux enfants, ou moins interactif qu'un chat. Et pourtant, il n'en est rien !

J’ai testé pour vous… adopter un lapin

– Article initialement publié le 16 septembre 2013

Aujourd’hui parlons boule de poils, parlons lapin. madmoiZelle nous gave toujours de vidéos d’animaux mignons, aujourd’hui je tente de vous convaincre de les faire passer de l’autre côté de votre écran !

Un lapin, mais pourquoi donc ?

Quand j’ai commencé à habiter seule, je me suis retrouvée bien embêtée à me parler à moi-même… Pour le bien de ma santé mentale et après moult réflexions j’ai décidé d’adopter un petit compagnon. Habitant dans un petit studio parisien, j’ai vite écarté le chat et le chien (même petit : je ne pouvais pas lui garantir les sorties nécessaires et les problèmes d’aboiements m’inquiétaient un peu).

J’ai ainsi redécouvert ce petit animal qu’est le lapin.Pendant longtemps, j’avoue avoir été persuadée que le lapin nain était un animal peu interactif réservé aux enfants… c’était sans compter la petite boule de poils terrifiée que j’ai fini par ramener avec précautions chez moi !

Dites bonjour !

Je ne vais pas vous mentir, les premières semaines ont été… tendues. Mademoiselle avait pour nouveau domicile une « belle cage spacieuse », néanmoins je souhaitais la laisser en liberté quand j’étais là. Je vous vois déjà ouvrir des grands yeux et dire « Mais elle va faire pipi partout » alors j’en profite pour dire qu’un lapin est propre, si on prend un peu de temps au début !

Elle a d’abord refusé de sortir, avant de refuser de rentrer… Je me retrouvais donc, à l’heure où je rêvais de ma couette, en train de trottiner dans mon appart en ayant peur de « la casser » et ayant la furieuse impression que j’aurais dû prendre un poisson rouge.

Du bonheur sur pattes

Heureusement aujourd’hui tout a changé ! Avec le temps et de la patience, on s’est apprivoisées : j’ai commencé par avoir le droit de la toucher et de la porter sans qu’elle ne se mette à pédaler dans le vide comme une dingue, puis quand je me suis assise par terre elle a commencé à venir vers moi pour sentir, toucher, voir si le grand truc rose était aussi dangereux qu’il semblait l’être…

Aujourd’hui nous sommes comme deux petites vieilles : elle m’engueule à coups de « mouf mouf » et de pattes tapées par terre (avec le temps elle est devenue très bavarde), on se fait des soirées « ciné-gratouilles », elle s’inquiète de mes déplacements et profite toujours des soirées révisions pour dormir « en tas » sur mes pieds.

En plus de ce contact qu’elle cherche à avoir avec moi, je rajouterai que le lapin est une petite dose de bonheur sur pattes quand on rentre d’une journée pourrie. La voir courir partout comme une folle en frétillant à mon retour, se jeter par terre pour se rouler et s’endormir les pattes en l’air ou encore la regarder faire des bêtises vouées à l’échec (la douche de croquette est une de mes favorites, avec le déménagement d’objets qui finit systématiquement sur les fesses)… C’est que du bonheur !

Après 6 mois de colocation je peux désormais vous dire qu’un lapin est aussi interactif qu’un chat. Alors si vous êtes étudiantes, dans un studio et que vous rêvez d’un animal qui ne demande pas 70m2 de territoire, trois promenades par jour et qui est plus interactif qu’un poisson rouge, adoptez un lapin !

Si vous êtes convaincues, voici quelques conseils pratiques.

Préparer l’arrivée du lapin

Bon, vous vous en doutez, un lapin ce n’est pas gratuit : voici un petit résumé du nécessaire et de mes dépenses pour vous faire une idée (j’ai pris pour base les prix de Truffaut mais vous trouverez moins cher chez ZooPlus ou sur Wanimo) !

  • La cage : dans l’idéal elle doit faire plus d’un mètre et laisser au lapin la possibilité de se dresser sur ses pattes. Dans mon cas, un mètre c’était déjà grand pour mon studio, même sous la table. Je m’en suis sortie avec une cage cabane/gamelle/râtelier inclus. Prix : 40-60€ selon la cage.
  • Le bac à litière : il est inutile de mettre de la litière sur tout le sol de la cage car comme je vous l’ai dit le lapin peut être propre (pour l’apprentissage, rendez-vous plus bas) ! Le bac à litière est un véritable plus : c’est plus simple à nettoyer et meilleur pour la santé de votre porte-monnaie. Ça peut être un bac à chat, mais vous pouvez aussi opter pour une bassine, pourvu que les bords ne soit pas trop hauts et que votre lapin puisse se retourner dedans. Prix : environ 5€.
  • La litière en elle-même : le choix est large (copeaux, chanvre…) ; ma préférence va aux granulés de bois, qui retiennent bien les odeurs et ne volent pas à chaque bond. Je la change tous les 3 jours environ. Prix : environ 5€ pour un sac de 10L (qui tient à peu près un mois).
  • Le foin est la base du régime du lapin et lui permet d’user ses dents de façon continue. Il lui faut donc en permanence une bonne quantité de foin pour qu’il puisse fouiller et sélectionner les brins les plus craquants. Prix : environ 5€ pour un sac de 20L compressé (qui tient à peu près deux mois).
  • À cela s’ajoutent les extrudés que l’on donne en petite quantité. J’avoue ne pas être totalement au point sur le sujet mais certaines marques semblent plus plébiscitées que d’autres : Versele Laga, Rongis, Oxbow … Ces marques sont un peu chères mais il faut garder à l’esprit que les granulés discount correspondent à notre junk food et qu’un lapin obèse va souvent chez le vétérinaire. Prix : en moyenne 6,5€/kg.
  • Enfin, bien évidemment vous pourrez lui donner de la verdure autant que vous voudrez ! Je lui en donne tout les jours en essayant de diversifier au maximum et d’en profiter moi aussi. Attention tout de même, on ne donne pas tout et n’importe quoi (ou n’importe comment) à un lapin qui n’a jamais mangé de verdure ! Renseignez-vous ici ou pour éviter tout souci.

Trouver votre lapin

Maintenant que tout est prêt pour son arrivée, il faut aller le chercher ! Mais où ? Trois possibilités s’offrent à vous : soit vous adoptez dans un élevage, chez un particulier (via les petites annonces) soit vous allez en animalerie.

J’ai choisi l’animalerie si vous optez pour ce choix je vous conseille de faire attention…

  • Au prix, qui varie du simple au triple suivant les enseignes.
  • Aux conditions de vie des animaux : présence d’animaux malades, manifestement trop jeunes, litière sale…
  • Aux races inventées : un lapin nain « toy » ça n’existe pas ! C’est un lapin ou un lapin nain, point. Le lapin qui se glisse dans la poche c’est dans le monde de Tumblr.

Aller chez un particulier peut être plus économique mais il faut avoir la chance de tomber sur des gens sympa qui auront dorloté votre lapin en attendant de lui trouver un nouveau maître.

La santé du lapin

Votre petite bête est bien installée, alors il va falloir la vacciner ! Le lapin est sensible à deux virus, le VHD et la myxomatose, même s’il vit en appartement. Pour ce faire, rendez-vous chez le vétérinaire ! À Paris, près de chez moi, le prix de la consultation est de 40€ vaccins compris mais j’imagine qu’ailleurs on peut trouver moins cher.

Vous pourrez aussi stériliser votre lapin. Si c’est un mâle ce n’est pas indispensable, par contre dans le cas d’une femelle cela lui évitera divers problèmes comme le cancer de l’utérus, qui risque d’arriver avec l’âge. Je n’ai pas encore pu faire stériliser ma lapine faute de moyens, mais d’après mes recherches cela tournerait autour d’une centaine d’euros.

Une cohabitation sans drame

Pour une cohabitation sans crise de nerfs voici la solution : la propreté ! J’ai résumé ici la méthode présentée sur le site Marguerite et cie.

  • Mettez de la litière uniquement dans le bac à litière. Très régulièrement, ramassez tout ce que le lapin a fait hors du bac et déposez-le dans le bac pour l’attirer. En une semaine, les progrès se feront déjà sentir.
  • Lors des sorties, remettez le lapin dans son bac à litière toutes les 10 minutes jusqu’à ce qu’il ait lui-même le réflexe d’y aller (personnellement je n’ai pas eu besoin de la mettre dans le bac). Félicitez-le à chaque fois qu’il retourne de lui-même dans son bac (une gratouille, une friandise…).

Une fois que vous n’aurez plus de problèmes, vous allez pouvoir vous découvrir en toute sérénité ! C’est la partie la plus intéressante. Vous allez tous les deux devoir prêter attentions aux expressions, sollicitations, jeux… de l’autre, et comme un petit dictionnaire Lapin-Humain ne fait pas de mal, je vous encourage à parcourir ce site.

N’oubliez pas de lui fournir des jouets (le carton du rouleau de papier toilette, un coussin à détruire…) et de protéger les fils électriques pour éviter l’électrocution et/ou le rachat de chargeur. Car un chargeur de MacBook, ça coûte cher… et oui, c’est du vécu !

Alors les madZ, tentées par le lapinou ? Et celles qui en ont déjà un, vous le vivez comment ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 89 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lilifreewild
    Lilifreewild, Le 4 avril 2016 à 18h48

    d'ailleurs si quelqu'un fait bientôt le trajet d'aix à paris, ça nous dépannerait vaaaachement parceque l'assoc n'a pas l'air de trouver de covoit....

Lire l'intégralité des 89 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)