À voix haute, le film, magnifie la force de la parole et lance une déferlante d’émotions

Par  |  | 6 Commentaires

Le documentaire À voix haute, La Force de la Parole retrace le parcours d’une trentaine de jeunes se préparant au concours de joute oratoire Eloquentia, en Seine Saint-Denis. De l’énergie et de l’émotion à dévorer sans modération, dans un film dont madmoiZelle est partenaire.

À voix haute, le film, magnifie la force de la parole et lance une déferlante d’émotions

Mise à jour du 9 novembre 2017 – À voix haute est sorti en DVD, Blu-ray et VOD ! Si tu n’as pas eu l’occasion de voir le film au cinéma je te conseille fort de te le procurer à présent : c’est une pépite !

À trouver sur Amazon ou sur la Fnac

Article original publié le 23 avril 2017 –

Hier on disait pour la liberté d’expression « Je suis Charlie », aujourd’hui on pourra dire « Je suis SaintDenis ». (Bertrand Périer)

Les larmes qui perlent, qui roulent, et le sourire cramponné aux lèvres.

Si tu m’avais vue ce vendredi soir, alors que le générique d’À voix haute, La Force de la Parole défilait et que les lumières de la salle obscure prenaient la relève du film qui venait de se terminer, c’est le spectacle que j’offrais.

Autant vous dire que madmoiZelle est très, très fière d’être partenaire de ce documentaire hors du commun en salles ce 12 avril 2017.

Eloquentia, ou l’art de donner la parole

Mes yeux rougis sortaient d’une projection en avant-première du documentaire À voix haute que le grand public pourra découvrir le 12 avril. J’y ai fait la connaissance de Souleïla, Franck, Elhadj, Leila, Eddy, Camélia et beaucoup d’autres.

Je les ai accompagné•es dans une course effrénée, pour revivre avec eux six semaines de formation et de concours en 99 minutes. Le concours Eloquentia, je l’ai vécu avec la promo 2015.

L’histoire d’À voix haute est particulière : après plusieurs années de développement (cf. plus bas l’interview des deux producteurs), le documentaire est d’abord sorti sur France 2 dans l’émission Infrarouges, mi-novembre 2016.

Une nouvelle vie sur grand écran lui est aujourd’hui offerte par Mars Films, distributeur d’œuvres magnifiques — ces derniers mois, il a sorti successivement Moonlight, 20th Century Women, Loving et L’Ascension.

Voici donc une fantastique opportunité de (re)voir ce film, rallongé d’une vingtaine de minutes, au cinéma. Un beau symbole à 15 jours du premier tour d’une campagne présidentielle pendant laquelle, des mois durant, la parole aura beaucoup trop été offerte à la peur de l’autre.

À lire aussi : Prendre la parole en public, ça s’apprend — Conseils & astuces

Eloquentia, une formation à la joute oratoire

À voix haute, c’est l’histoire de jeunes étudiants à l’Université Paris 8-Vincennes Seine Saint Denis qui vont bénéficier du soutien de professeurs, ainsi que de celui qu’ils s’apporteront mutuellement, pour devenir le ou la meilleur oratrice du département.

44 heures de formation à la joute oratoire, à l’art de la rhétorique, à la prise de parole en public avec leurs propres mots, postures, et rythmes. Avec en ligne de mire le concours Eloquentia.

Ils en imposent et ils s’imposent : devant cet immense écran, je crevais d’admiration pour la trentaine de jeunes qui prennent leur courage à une main, pour se saisir, à l’aide de la seconde, de cette parole qu’on n’a pas toujours voulu leur donner.

Alors les langues se délient comme les pointes des stylos sur leurs cahiers, les mains prennent vie pour appuyer le propos, et en les regardant, on s’imprègne de leurs messages : tou•tes ont des choses à dire, des combats à porter, et l’envie féroce d’être écouté•es.

À voix haute, un documentaire engagé

Ce documentaire, c’est avant tout un acte militant.

Parce qu’il tend un porte-voix à ceux et celles que l’on entend peu en dépit de leurs cris. Parce que son objet, ce concours, est aussi un formidable moyen de lutter contre l’inégalité des chances et une machine à découvrir des talents.

Parce qu’il lutte contre la morosité ambiante en prouvant que l’engagement vaut le coup.

Souleïla, l’une des participantes au concours

Le concours Eloquentia, monté par une équipe dont le réalisateur du documentaire, Stéphane de Freitas, faisait partie, réussit au moins cela : empouvoirer ces étudiant•es. Il leur permet d’utiliser ces mots qui couvaient en eux, en elles, pour en faire une arme.

Mais pas n’importe quelle arme.

Si certain•es auraient aimé l’avoir plus tôt pour se défendre au sens propre du terme, tou•tes en font un instrument de conquête. Conquête de l’avenir, conquête du monde dans lequel ils apportent tout ce que notre génération a de mieux à offrir.

La conviction que l’on est loin d’être aussi différent•es que ce que l’on a tendance à vouloir nous faire croire, la solidarité et la fraternité contribuent à créer cette énergie faite d’espoir.

À lire aussi : Préparer un examen oral — Conseils & astuces

Une sacrée dose de motivation en sortant d’À voix haute

Car À voix haute a un autre mérite, largement emprunté à ceux qui font le film, il est inspirant. À regarder ces corps, ces silhouettes, ces individualités se jeter dans le vide (presque) sans sourciller, on prend une claque.

Pas de celles qui donnent envie de se cacher sous sa couette non, plutôt de celles qui réveillent, qui motivent à se lever le matin avec autant d’entrain que ce dont ces jeunes font preuve, avec autant de détermination pour aborder les épreuves.

Leila, une autre figure marquante du film

Lorsqu’on voit le cœur et le corps qu’ils mettent à l’ouvrage, impossible de ne pas avoir envie à son tour de soulever des montagnes. En les voyant tenter échouer, recommencer, se faire rabrouer, travailler, on comprend que l’important ici n’était pas de gagner.

Et d’ailleurs, ils l’expliquent mieux que moi :

« On ne s’est pas battu•es les un•es contre les autres, on s’est battu•es ensemble, contre le concours. »

Car même ceux et celles qui ne l’emporteront pas repartiront riches de tout ce qu’ils ont vécu au cours des semaines qui l’ont précédé.

À voix haute fait redécouvrir le langage

En préparant Eloquentia, ces jeunes ont acquis l’art d’utiliser les mots, de construire des phrases comme des flèches qui ne manquent jamais leur cible. Ils savent écrire et parler. Ils savent jouer des consonnes et des voyelles pour déjouer la rhétorique de leur adversaire. Ils savent, surtout, te convaincre et plus que cela : te toucher.

C’est leur atout majeur.

Les discours, la langue, et le pouvoir qu’ils représentent. La beauté qui émane de ces voix auxquelles le monde a fait la sourde oreille trop longtemps. Ce n’est pas toujours en rimes, pas toujours en prose, en revanche c’est toujours juste.

Je ne pense pas prendre de risque en pariant que lorsque les lumières se rallumeront, tu auras toi aussi le sourire chevillé à la mâchoire et l’envie furieuse de rabattre le caquet à tous ceux, toutes celles qui oseront t’opposer le mot impossible.

Tu pourras leur répondre à ton tour que le meilleur n’est pas à venir, non : il faut aller le chercher.

À lire aussi : Comment prendre la parole en public ?

Rendez-vous en salles dès le 12 avril 2017 pour (re)découvrir À voix haute !

En interview : Anna et Harry Tordjman, producteurs d’À voix haute

À lire aussi : « À voix haute », le documentaire sur des jeunes orateurs de Seine-Saint-Denis, va sortir au cinéma !

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
Forum (6) Facebook ()
  • Finch
    Finch, Le 7 mai 2017 à 18h02

    j'ai adoré, je n'ai pas vu le film mais le documentaire ( y'a environ 15 mn en moins)et il m'a beaucoup boulversé, j'aurais pu le regarder encore pendant 3 heures, j'espère qu' il y'aura une suite.
    captivant et ça nous fait prendre conscience de la manière dont on s'exprime à l'orale est vraiment important et qu'en le travaillant on peut s'améliorer !
    Dommage que ce type de cours, d'entrainement n'existe pas au lycée ou à la fac !
    pour les curieuses

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!