5 endroits un peu fous où se baigner cet été

L'été se décide enfin à atteindre la France, et ça donne à Jack Parker des envies folles de baignades paradisiaques dans des lieux magiques.

5 endroits un peu fous où se baigner cet été

Publié initialement le 23 juillet 2012

À moins que vos finances se portent à merveille, que votre emploi du temps soit libre comme l’air et que vous ayez l’âme d’une globe-trotteuse, il y a de fortes chances pour que les destinations suivantes vous paraissent inaccessibles. Après, tout est possible hein, quand on veut on peut, tout ça, mais en attendant, ça fait pas de mal de rêvasser un peu.

Voici donc 5 endroits paradisiaques (ou cauchemardesques) dans lesquels je rêverais de faire trempette.

1. Le Lac Retba – Sénégal

Située au Sénégal, la Presqu’île du Cap Vert est déjà une destination assez sympa en soi – mais quand on sait qu’on peut également y trouver un lac tout rose, ça triple un peu son capital coolos. Imaginez une seconde pouvoir vous baigner dans une immense piscine de Candy Up – sans l’odeur, sans le côté poisseux et sans l’aspect dégueu du « Aaaah j’me baigne dans du lait fraise putain ».

Sa couleur n’a rien à voir avec des colorants chimiques ou un trip de fan hardcore de Mon Petit Poney puisqu’elle tient en réalité à la présence d’une cyanobactérie qui fabrique un pigment rouge pour résister à la concentration en sel. Cette bactérie n’est absolument pas nocive pour l’Homme, sinon ce serait pas très très drôle. En parlant de sel, sachez que le Lac Retba est encore plus salé que la Mer Morte – il contient 380 grammes de sel par litre contre 275 pour la Mer Morte.

Alors comme le rose c’est un peu surfait, j’aimerais un lac violet, un rouge pour la psychopathe qui sommeille en moi, un pailleté, un tout blanc pour faire comme si c’était du lait d’ânesse et un jau… ah, non, non pas jaune non, mauvaise idée.

2. The Devil’s Pool – Chutes Victoria

Avec un nom pareil, qui signifie littéralement « Piscine du Diable », on se doute qu’il y a moyen de se prendre un gros shoot d’adrénaline en plein dans les fesses. Et effectivement, il s’agit d’un petit bassin naturel situé au sommet des Chutes Victoria. On y accède via Livingstone Island, en Zambie, et inutile de préciser que si vous avez le vertige, c’est même pas la peine d’y songer.

devilspool

LOL CÉ TRO SUPAIRE DE PRESK MOURIRE

Lorsque vous vous baignez dans la Piscine du Diable, vous faites trempette avec la Mort. Il n’y a rien qui vous sépare vraiment du bord des chutes, et si vous faites un peu trop le guignol, vous êtes bonnes pour faire un super vol plané avec atterrissage qui pique fort dans la gueule. Mais si la perspective de finir en smoothie ne vous pose pas trop de problème, y a moyen de S’É-CLA-TER. Sans mauvais jeu de mots.

Et pour répondre à la question qui vous brûle les lèvres, oui, il y a déjà eu des morts (vous noterez la merveilleuse photo qui illustre ce joyeux fait divers).

3. La Baie Bioluminescente – Vieques, Porto-Rico

Vous avez toujours rêvé de vider vos glow sticks dans une baignoire pour barboter dans des litres de fluorescence et vous sentir comme une créature mystique fan de dubstep ? Ça peut s’arranger. Si vous passez dans le coin, arrêtez-vous donc sur l’île de Vieques, à Porto-Rico, là où vous pourrez enfin réaliser votre rêve.

La bioluminescence de l’eau est causée par la présence de micro-organismes, les dinophytes, qui se mettent à briller dès que l’eau est agitée (par la présence d’un être humain qui nage en criant « WOOOAAAAH » par exemple) et laissent derrière eux une traînée semblable à un gros néon bleu. C’est un mécanisme de défense, utilisé par ces micro-organismes pour signaler à d’éventuels prédateurs que ça va bien deux minutes les conneries mais si tu continues à m’chauffer ça va mal aller pour ta gueule j’te préviens j’rigole PAS. En vrai, c’est surtout pour les déstabiliser et les désorienter, perturber un peu leurs sens le temps de se faire la malle quoi. C’est pas non plus des Chuck Norris, faut pas déconner.

Si vous vous arrêtez de bouger dans l’eau, elle reprendra sa couleur naturelle, mais l’effet néon reviendra dès que vous ferez le moindre mouvement. Un petit pestacle de natation synchronisée là-dedans, ça pourrait avoir de la gueule.

Faire une bombe dans un endroit pareil, ça donne ça (à 17 secondes) :

Eh ouais.

4. Dean’s Blue Hole – Bahamas

Le Trou Bleu de Dean (si tu es fan de Supernatural et que tu te pisses dessus de rire tape dans tes mains) est l’équivalent aquatique d’un gros trou noir qui fait mourir. Non, c’est faux, mais quand on voit ce que ça donne de l’intérieur, y a moyen de faire une sacrée crise d’angoisse donc permettez-moi d’exagérer un peu.

Petite leçon de géologie avant tout : un trou bleu est une grotte sous-marine qui ressemble donc à un énorme trou tout bleu en plein milieu d’une étendue d’eau. Et le Trou Bleu de Dean (j’ai envie de faire un milliard de jeux de mots j’vous jure c’est dur) est le trou bleu le plus profond du monde, avec un magnifique score de 202 mètres de profondeur.

Vous vous demandez ce que ça peut bien donner vu de l’intérieur ? Prenez une grande inspiration et regardez donc cette vidéo en plein écran, immersion totale garantie (et possible début de crise d’angoisse si vous êtes comme moi, donc).

5. Le Lac aux Méduses – Palaos

Alors là, je sais pas si ça tient du masochisme, de la curiosité morbide ou simplement de mon côté Indiana Jones, mais malgré le dégoût profond que j’éprouve pour les méduses, je suis intriguée.

Le Lac aux Méduses se situe dans les îles Chelbacheb, aux Palaos, au milieu de l’océan Pacifique. Il ne fait que 460 mètres de longueur pour 160 mètres de large, avec une profondeur de 30 mètres seulement. Et cette toute petite mare entourée de verdure est blindée de milliers de petites méduses. Alors qui pourrait bien avoir envie d’y plonger ? Pourquoi ça me démange autant ?

Eh bien parce que ces méduses se sont retrouvées là à cause d’un tunnel qui reliait autrefois le lac à l’océan. Aujourd’hui totalement obstrué, ce passage ne laisse plus entrer ni sortir quoi que ce soit – ce qui fait que les méduses n’ont plus à craindre aucun prédateur depuis belle lurette. Résultat, elles sont devenues totalement inoffensives, n’éprouvant plus le besoin de se défendre à coups de lassos empoisonnés. Elles ont toujours leurs cellules urticantes mais elles n’ont plus aucun effet sur les humains, ou si peu que les morsures sont complètement invisibles à l’oeil nu (et ne provoquent aucun effet désagréable).

C’est donc une super occasion d’aller observer ces bestioles de plus près sans courir le risque de ressembler à une énorme cloque purulente à la fin de la journée. Forcément, quand on retire tout ce qui craint chez les méduses, ça réduit largement la liste de raisons qui nous poussent à les éviter. Alors pour le sport, pour l’expérience, je tenterais bien un petit plongeon au milieu des méduses. Et aussi pour jouer à Bob l’éponge.

Sinon y a aussi les sources chaudes d’Islande, mais ça j’ai déjà testé alors ça va.

Vous en voulez encore ? Direction Quatre (autres) endroits un peu fous où se baigner cet été !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 38 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Titpuce
    Titpuce, Le 15 juillet 2014 à 14h28

    Pfff je pensais lire un nouvel article mais non c'est un article qui tourne en boucle depuis deux ans :facepalm:

Lire l'intégralité des 38 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)