10 leçons de répartie que nous offre l’histoire #2

Qui veut avoir plus de répartie ? Voici 10 conseils / exemples que l’Histoire nous offre. Et qui peuvent nous inspirer dans la vie quotidienne.

10 leçons de répartie que nous offre l’histoire #2

Suite au succès de 10 leçons de répartie que nous offre l’histoire, on a voulu vous redonner une flopée de répliques cultes pour vous inspirer et vous aider à mieux tourner les situations à votre avantage, avec humour.

Ne vous fiez pas aux gens qui disent « la répartie, on l’a ou on ne l’a pas« . En vérité, cette catégorie de personnes ne cherchent qu’à reproduire une société de castes, composée de ceux qui détiennent le plaisir de se défendre et de surprendre par l’art et la manière de manier les mots… et les autres.

EH BIEN TOUT ÇA EST FAUX. Pour avoir de la répartie, IL SUFFIT d’arborer l’air confiant de Helga Pataki, se nourrir de punchlines de morceaux egotrip de rap et… lire le papier qui suit. OU PRESQUE.

1. User de la très infantile rhétorique « Et toi ? »

Henri Poincaré, à l’issue d’un séminaire sur l’astrophysique :
Un auditeur : « Mais enfin, à quoi tout cela sert-il ? »
Poincaré : « Et vous, Monsieur, à quoi servez-vous ? »

2. Personnaliser sa réplique en fonction de la première caractéristique de son interlocuteur

Paul Valéry dîne en société. Soudain, il lâche un pet furtif qu’il s’empresse de masquer d’un grincement de sa chaise. Son voisin, qui avait l’ouïe fine, se penche alors vers lui : « Maître, voilà une rime qui n’a pas dû être aisée à trouver… »

3. Être tout simplement pédant

Audiard : « J’parle pas aux cons, ça les instruit.

4. Envisager un cliché de façon jusqu’au-boutiste et ainsi rendre le lieu commun absurde

Un spermatozoïde peut devenir un futur Mozart ? Cavanna : « Ne jetez plus les préservatifs à la poubelle, mettez-les directement dans le piano. »

5. Répondre à son interlocuteur sur le même modus operandi

Jean Anouilh reçoit d’un directeur de théâtre deux places pour une première, avec le mot suivant : ?« Vous ai réservé deux places pour la première. Amenez un ami, si vous en avez un. »
Et répond à cette offense bien gratuite par le mot suivant : ?« Présence impossible pour la première. Viendrai à la deuxième, s’il y en a une. »

6. Envisager les expressions imagées de la façon la plus littérale qui soit

Au Conservatoire national d’art dramatique, Louis Jouvet, professeur de François Périer, jeune élève : ?- Si Molière voit comment tu interprètes ton Don Juan, il doit se retourner dans sa tombe.
Et Périer de répliquer du même ton : ?– Comme vous l’avez joué avant moi, ça le remettra en place.

7. Déstabiliser son interlocuteur en répondant par une remarque dont on ne sait pas bien à qui elle profite vraiment

La belle Isodora Duncan poursuivait par ses assiduités Georges Bernard Shaw. Un jour, elle lui murmura, œillade appuyée :
– Quel miracle ce serait d’avoir un enfant ensemble. Imaginez qu’il ait ma beauté et votre intelligence !
– Bien sûr, mais supposez que ce soit le contraire ! répliqua Shaw..

8. Remercier son interlocuteur pour le mettre mal à l’aise

À la fin d’un dîner organisé par Winston Churchill, le maître d’hôtel du héros de la guerre présente la cave à cigares aux invités. L’un d’entre eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et déclare : « C’est pour la route »
« Merci d’être venu d’aussi loin », lui lance alors Churchill.

9. Caca, pipi, prout, bite, chatte, couille, cul : en boucher un coin à son fatiguant interlocuteur par une réponse triviale

La dessinatrice Claire Bretécher est interrogée par une journaliste à propos d’un livre contentant des dessins (surtout des portraits) de ses amis. Tout au long de l’interview, la journaliste est particulièrement agaçante de préciosité : « Et donc, pour conclure, lequel de ces portraits préférez-vous ? » demande-t-elle à Claire.
L’avant dernier ! répond-elle sans ouvrir le livre
Ah oui, et pourquoi ? demande la journaliste qui, elle se met à le feuilleter
Parce que c’est un cul !

10. Tourner l’histoire à son avantage

« Le Christ est, paraît-il mort pour nos péchés. La moindre des choses, c’est de continuer à en faire pour qu’il n’ait pas l’impression d’être mort pour rien. » (J. Feiffer)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Pantoufle
    Pantoufle, Le 7 juillet 2012 à 1h57

    J'adore cette rubrique :jv:

    (et j'avais envie de m'exclamer "Oh BAM !" à chaque phrase lue haha)

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)