Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Télé

Tell Me You Love Me (HBO) : le buzz par le cul ?

Du cul du cul du cul… la formule marche depuis fort longtemps et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Les séries américaines, qui commencent à avoir fait le tour de leurs thèmes de prédilection des dernières années (les terroristes sont des méchants / Bush est un con / la mort, ça tue) ont fait du cul leur nouveau fer de lance. Californication en exploite quelques ficelles – si je puis m’exprimer ainsi et même si on voit du téton saillant à l’écran, ça reste relativement soft.

Tell Me You Love Me passe encore un cap dans l’exploitation du seske à l’écran : ici, point de doublure corps, point de plans serrés suggérant le coït. Dans cette nouvelle série diffusée sur HBO, ça y va franco : suçage de zizi, pignolade en veux-tu en voilà, plans larges permettant d’apprécier vraiment l’anatomie des actrices (mais également des acteurs, c’est trop rare pour ne pas le préciser). Que du vrai.

Si bien que la polémique a grondé autour de la série : les acteurs simulent-ils ou s’éclatent-ils vraiment devant la caméra, façon Clara Morgane et Rocco Siffredi ? Et comme ils sont malins, l’équipe de production a répondu de façon évasive à la question, alimentant un peu plus le buzz autour du show.

En voyant une scène tout à fait digne d’un film interdit aux moins de 18 ans, une pensée m’est venue à l’esprit : on a beau dire que les américains sont des puritains… avant de voir une telle scène dans une série française sur nos chaînes nationales, va encore falloir faire péter deux-trois barrières dans notre pays du fromage qui pue.

Et bref, une fois passée l’amusement de voir tous ces corps nus faire toutes ces cochonneries (voyeur inside), on prend deux minutes de recul sur la série en elle-même et on se pose la question : la qualité est-elle au rendez-vous ?… Là, par contre, c’est moins sûr. J’avoue, j’ai arrêté après deux épisodes, saoulé par les côtés caricaturaux des personnages. C’est bien dommage, d’ailleurs, parce que l’idée de base est bonne : montrer la vie de différents couples et de leur façon d’appréhender la chose sexuelle.


Jamie (Michelle Borth)

Du jeune couple prêt à se marier (engagement pour la vie, ou pas ?) au couple qui a oublié ce que voulait dire « s’accoupler » en passant par les sexagénaires toujours en pleine forme, il y avait pourtant de la matière à exploiter.

Mais non, c’est véritablement pas top. Chacun reste dans son répertoire et n’évolue pas d’un poil (de cul). Et y’a rien de plus agaçant dans une série – et c’est ce qu’il y a aussi de plus compliqué à faire pour les scénaristes, j’en conviens. Si on ajoute à ça que les acteurs ne sont pas convaincants, Tell Me You Love Me finit vite par devenir lassant.

Et apparemment, le public américain n’est pas si con qu’on veut bien nous le faire croire, puisque l’audience n’est pas réellement au rendez-vous. Du cul du cul du cul… mais pas à n’importe quelle sauce.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

1
Avatar de Spry
29 octobre 2007 à 19h10
Spry
Rrrraaaaaa...
C'est sûr qu'avec seulement deux épisodes, on a pas vraiment une idée précise de la série. Mais bon, au-delà de l'image sexuelle de la série (qui est peut-être surexploitée dans les premiers épisodes, comme dans Californication), la série s'attarde sur les problèmes de couple...
Question "caricatural", c'est un peu le but de toutes séries américaines, non ? Desperate Housewives, 24, Prison Break, etc... Autant de séries qui se posent sur leurs personnages courus d'avance pour essayer d'en faire quelque chose de bien... Mais je suis bien d'accord que ça ne marche pas toujours...
Et pour l'audience, faut pas juger là-dessus... Sinon, ça ferait passer "Les Experts : Miami" pour la série la plus intelligente des Etats-Unis... surtout que bon, n'oublions pas que ça passe sur HBO, et non pas sur la Fox ou ABC...
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Télé

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
on sait enfin quand va reprendre l'émission, avec Christophe Beaugrand à la présentation // Source : Capture d'écran twitter de TF1
Télé

Secret Story : on sait enfin quand va reprendre l’émission culte de TF1, avec Christophe Beaugrand à la présentation

Inès Reg / Natasha St-Pier
Culture

Clash Inès Reg/Natasha St-Pier : 4 questions simples pour comprendre la polémique

3
La Grande Dame révèle tous ses secrets dans un Chit Chat Makeup LÉ-GEN-DAIRE // Source : Inès Pollon pour Madmoizelle
Beauté

La Grande Dame révèle tous ses secrets dans un Chit Chat Makeup LÉ-GEN-DAIRE

Judith Godrèche revient sur l'émission de Laure Adler en 1995 - C Ce soir du 12 février 2024 // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« On s’en fiche bien que j’y aille ou pas » : Judith Godrèche balaye les rumeurs sur sa présence aux César 2024

Pierre Garnier / Star Academy // Source : capture d'écran youtube
Télé

Star Academy : Pierre remporte la onzième saison du télécrochet culte

Star Academy pour un journal d’extrême droite sur scène durant la finale, Endemol lance une enquête // Source : Capture d'écran vidéo Twitter
Télé

Star Academy : pour un journal d’extrême droite sur scène durant la finale, Endemol lance une enquête

Dans le docu « Ukraine, sur les traces des bourreaux », 2 journalistes retracent les crimes de guerre de Poutine // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

Dans le docu « Ukraine, sur les traces des bourreaux », 2 journalistes retracent les crimes de guerre de Poutine

Bienvenu au monastère // Source : C8
Société

C’est quoi le problème avec Bienvenue au Monastère, la téléréalité religieuse de C8 ?

2
police justice complices collages feministes
Société

Violences conjugales dans les forces de l’ordre : un « Complément d’enquête » à ne pas manquer

La pop culture s'écrit au féminin