Live now
Live now
Masquer
©Arnaud Borrel / UGC Distribution
Revues de films

Tamara, volume 2 : apprendre à vivre libre

04 juil 2018
Tamara volume 2, avec Héloïse Martin, débarque au cinéma le 4 juillet 2018. Clémence a adoré cette invitation à kiffer « les meilleures années de la vie ».

En partenariat avec UGC Distribution (notre Manifeste)

Publié le 2 juillet 2018 — Dès le générique, j’avais la chair de poule et les larmes aux yeux. Je n’ai pas vu le premier volet de Tamara, sorti en 2016, mais ce n’était pas indispensable pour se mettre immédiatement dans les pompes de l’héroïne.

Icona Pop - I Love It (feat. Charli XCX) [OFFICIAL VIDEO]

Si tu veux te mettre dans l’ambiance, lance la bande-son de cette critique.

Le film s’ouvre sur un quai de gare, lors d’adieux inégaux. Des parents inquiets rechignent à lâcher la bride de leurs anciennes ados, qui n’en peuvent plus et trépignent d’impatience dans les startings blocks.

Et pour cause : au bout des rails, Paris, et la vie étudiante.

Tamara et sa meilleure amie embarquent dans un TGV direction « les meilleures années de ta vie » comme disent ceux qui les fantasment autant que ceux qui les regrettent.

Impossible de ne pas se laisser soulever par l’énergie mêlant espoirs, attentes et envies qui transporte les héroïnes et le train entier, muté en boîte de nuit mobile, lorsqu’il s’arrache de ses rails pour serpenter à travers la ville Lumière.

Plus efficace qu’une DeLorean bricolée par un savant fou, le générique de Tamara, volume 2 te propulse directement dans la belle époque des premières fois étudiantes.

Tamara 2 - Bande Annonce Officielle - UGC Distribution

Tamara, volume 2 : premières galères d’adulte

Premières fois, et premières galères : se loger à Paris n’est pas chose aisée lorsque l’on ne jouit pas de ressources illimitées. Système D et compromis amènent Tamara et sa meilleure amie Sam à emménager en coloc avec Wagner, riche héritier loufoque mais pas méchant — interprété par Jimmy Labeeu.

Tamara m’a replongée dans cette folle période de ma vie, et ça m’est apparu comme une évidence : c’est le film que j’aurais voulu voir lorsque j’étais moi-même une nouvelle étudiante, fraîchement débarquée à la ville.

Tamara volume 2 : les affres de la vie étudiante

Ce deuxième volet de Tamara aborde une multitude de sujets. Moi qui suis friande de teen movies à l’américaine, j’ai toujours regretté la faiblesse du genre en France.

J’aime les histoires de jeunes adultes qui gèrent des fortunes, ou les dépensent sans compter, les hésitations amoureuses de lycéen·nes ou encore les choix cornéliens d’étudiant·es persuadé·es de jouer toute leur existence sur un choix de master.

Tamara 2 Héloïse Martin
©Arnaud Borrel / UGC Distribution

À de rares exceptions, je trouve que le teen movie version française manque de ce charme excentrique. Et c’est exactement ce que j’ai trouvé dans Tamara : cet improbable qui me séduit, me fait rêver.

Tamara volume 2 : tous les possibles

Tamara se rêve une nouvelle vie à Paris, et effectivement, elle ne se laisse aucune limite. Elle oscille entre l’excès et la contrainte, en permanence.

Cette intensité est d’autant plus forte qu’en contraste, Sam entre en première année de médecine. On ne la voit pas du film, sinon en train de s’enterrer dans ses études. Hors de question de se planter. Elle bosse comme bossent ceux qui n’ont pas le loisir d’échouer.

À côté, Tamara expérimente tout ce qu’elle peut, et l’on perçoit que les questions qu’elle se pose ne sont pas si elle a le droit ou non de tenter, mais plutôt : « quelle est la meilleure manière de réussir ? »

tamara égérie nyx
©Arnaud Borrel / UGC Distribution

Tamara volume 2 m’inspire à nouveau ces temps de vie où l’on ne transige pas : on vient de trop loin pour ne pas profiter à fond du moment présent, et la route qui nous attend demain est trop longue pour ne pas s’accorder, ici, à cette étape, un repos (déjà) bien mérité.

Profiter de tout, ne renoncer à rien, être fière de son parcours jusqu’ici et chérir ses espoirs pour celui qu’on empruntera demain : c’est pour ça que les années d’études sont les meilleures de la vie, selon moi. Parce qu’on y apprend à vivre libre et dans une relative insouciance.

Tamara volume 2 : un casting 7 étoiles

Si Tamara volume 2 m’a tant plu, ça tient beaucoup à son casting. Héloïse Martin, dans le rôle titre, porte avec brio tous les tumultes de cet entre-deux vies que son personnage explore sans retenue.

À ses côtés, Noémie Chicheportiche incarne la stabilité dans le rôle de Sam. Rayane Bensetti, aka Diego (l’ex de Tamara, dans le premier volet) campe un personnage masculin loin des clichés du macho fier, tombeur et méprisant.

Voilà pour le trio de tête, dont les mésaventures sont enrichies par de brillants seconds rôles.

Le duo entre la mère de Tamara, jouée par Sylvie Testud, et sa voisine Valérie est rendu savoureux par la divine prestation de Blanche Gardin, parfaite dans ce rôle de quadra blasée sarcastique.

Tamara 2 Blanche Gardin Sylvie Testud
©Arnaud Borrel / UGC Distribution

Jimmy Labeeu, comique sur YouTube, amène ce qu’il faut d’excentricité au groupe, sans trop alourdir la caricature du jeune déjà vieux riche.

Et que serait un bon teen movie sans sa mean girl attitrée ? Karidja Touré (révélée par Bande de filles) endosse à merveille la froide jalousie d’une Queen B de la Sorbonne.

Tamara volume 2, raconté par Héloïse Martin

J’ai pu échanger avec Héloïse Martin, lors de son passage à la rédac. Elle m’a parlé de sa vision de Tamara, et de combien elle a mis d’elle-même dans ce personnage.

Si le premier film tournait beaucoup, me dit-elle, autour du poids, et du rapport de Tamara à son propre corps, ce n’est plus du tout le sujet du deuxième film.

« Tout ça, c’est derrière elle » affirme-t-elle. Et effectivement, j’ai beaucoup apprécié le traitement du poids de Tamara dans ce deuxième volet : ce n’est pas le sujet du film, ce n’est pas ce qui caractérise Tamara, un personnage riche à bien des égards.

Cette histoire de poids, c’est un bruit de fond qui parfois refait surface, parfois fait trébucher l’héroïne, et la recentre sur l’essentiel. C’est-à-dire au centre de l’attention et de la bienveillance des gens qui l’aiment, et pas au devant de l’aigreur des cons.

Tamara volume 2 est LE film que j’aurais voulu voir à 20 ans, à ces moments de ma vie où j’avais trop d’envies pour pouvoir choisir lesquelles suivre. Et voir ce film maintenant m’a rappelé que j’avais toujours le droit de suivre ces envies. Il suffit de ne pas avoir peur d’aller vers l’inconnu.

Tamara volume 2 sort le 4 juillet au cinéma !

À lire aussi : Le jour où j’ai réalisé que ma vie n’était pas un film

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin