« Que ce soit une leçon pour les pervers » : la championne Maddie Groves claque la porte des JO


Parce que l'omerta autour des violences sexuelles règne dans la natation, la championne Maddie Groves a décidé qu'elle ne tentera pas sa chance pour être sélectionnée aux JO de Tokyo.

« Que ce soit une leçon pour les pervers misogynes dans le sport et leurs lèche-bottes. Vous ne pouvez plus exploiter les jeunes femmes et les filles, leur faire avoir de leur corps, les manipuler médicalement, et attendre d’elle qu’elles vous représentent pour avoir votre bonus annuel. Ça suffit. »

Ce n’est pas JUSTE un bon gros coup de gueule que la championne de natation australienne Maddie Groves a poussé sur les réseaux sociaux. À 26 ans, elle a aussi carrément claqué la porte des sélections pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui doivent avoir lieu ce week-end à Adelaide.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Maddie Groves (@mad_groves)

Double médaille d’argent aux JO de Rio en 2016, au papillon et au relais 4×100 mètres, la jeune femme prend donc le risque de passer à côté d’une place sur le podium cette année.

Une impunité au sein de la natation de haut niveau ?

On n’en saura (pour le moment) pas davantage sur les personnes qu’elle dénonce dans son tweet. « Toute allégation concernant des abus d’enfants ou des des comportements sexuels abusifs sont pris au sérieux par Swimming Australia », a fait savoir l’instance chargée de la natation australienne de haut niveau.

Pourtant, ce n’est pas la première fois que Maddie Groves dénonce certains comportements dans la natation : en novembre dernier, elle évoquait le fait d’avoir déposé une plainte quelques années auparavant contre une personne qui la mettait mal à l’aise et la fixait de façon insistante. Selon elle, cette personne avait reçu par la suite une promotion.

Face à des instances sportives qui font la sourde oreille, et face à l’impunité, Maddie Groves a donc opté pour une solution radicale et risquée, se priver de compétition olympique.

Est-elle là, la solution ? Mettre la pression au point de renoncer à des compétitions importantes pour que les plaintes et les comportements sexistes soient enfin pris au sérieux ?

À lire aussi : Supporters, laissez les femmes journalistes de sport tranquilles

Maëlle Le Corre

Maëlle Le Corre


Tous ses articles

Commentaires

LNOG

Devoir risquer sa carrière pour se faire entendre. C'est vraiment triste..
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!