Live now
Live now
Masquer
principal-licencie-viol-temoignage
Actualités France

Affaire du principal suspendu pour avoir dénoncé un viol : une ancienne élève témoigne

Un principal de collège a été suspendu de ses fonctions pour avoir dénoncé un viol entre élèves. Une ancienne élève apporte son témoignage à propos de cette affaire.

Le 11 juin, je t’ai parlé de cette affaire concernant un principal de collège suspendu de ses fonctions pour avoir dénoncé un viol entre élèves. Si tu n’as pas vu l’information passer, tu peux prendre connaissance des tenants et aboutissants dans cet article.

J’y avais lancé un appel à témoignages, suite à quoi Morgane, une lectrice de madmoiZelle m’a contactée par mail pour me raconter son point de vue sur l’affaire.

Ancienne élève au collège de Saint Ambroix tout comme deux de ses frères et sœurs, elle est toujours en lien avec l’établissement puisque sa petite sœur y fait actuellement sa scolarité.

Morgane a accepté de me raconter son parcours au sein du collège, son point de vue sur la polémique autour du principal, et de me parler de la gestion de l’affaire de viol entre élèves, détaillée également dans l’article cité ci-dessus.

Elle pointe du doigt des changements dans l’école primaire

liée au collège où étudie son petit frère, depuis l’arrivée d’une nouvelle directrice, il y a deux ans.

« Les enfants ne font plus de spectacles, plus d’activités en rapport avec la fête des mères et des pères, plus de sorties scolaires… »

Le principal du collège, une « tête à abattre » ?

Morgane a des termes forts, elle explique que la direction considère M. Gobillot comme la « tête à abattre » de l’établissement, et que pour arriver à ses fins, celle-ci « cherche dans les vieux dossiers ».

Elle détaille :

« Ils cherchent la moindre faute commise par M. Gobillot pour pouvoir appuyer son licenciement. D’après ce qui se dit, tout ça viendrait d’un problème de « rentabilité », d’argent. »

Elle appuie ses propos en mentionnant un autre employé du collège, qui bénéficie du statut de travailleur handicapé et a lui aussi été menacé.
« La directrice lui a reproché son « manque de rentabilité » et lui a ordonné de ne plus adresser la parole aux élèves du collège. »

Une mobilisation en masse en soutien à M. Gobillot

Morgane parle surtout de l’émoi suscité par l’affaire, et sa famille est justement très impliquée dans le comité de soutien au principal de Saint Ambroix.
Elle raconte que sa mère fait partie du groupe de parents mobilisé·es, et que sa petite sœur de 10 ans prend part aux sit-in d’élèves. Elle parle de M. Gobillot comme d’un principal exemplaire :
« Il traite les élèves comme ses propres enfants. Au moindre petit problème, il venait dans les classes, nous expliquer la situation. Même pour une histoire de vol de stylo, il venait pour régler le problème.
Il donne une chance à chaque élève, et beaucoup ont pu trouver une voie grâce à lui et aux enseignants. »
Et d’ajouter :
« Il représente « l’esprit du collège ». Depuis qu’il n’est plus là, des élèves pleurent et vont en cours avec la boule au ventre. »
Morgane cite également des témoignages d’enseignant·es très touché·es par cette décision de la direction diocésaine.
Une page Facebook de soutien au principal a été créée, sur laquelle il est possible d’accéder à d’autres témoignages publics succincts.
temoignage1
Source : Avis sur la page Facebook « Je suis Gobillot »
temoignage2
Source : Avis sur la page Facebook « Je suis Gobillot »

Des tensions qui occultent la gestion du viol

Morgane rend compte de tensions qui augmentent graduellement dans le collège.
Sa famille aurait reçu un courrier suite à la participation de sa sœur aux sit-in, tandis que les autres parents d’enfants mobilisés auraient seulement eu droit à un appel téléphonique. Morgane pense donc que l’envoi d’un courrier a directement à voir avec l’engagement de sa mère dans la mobilisation.
Elle déplore un climat hostile :
« Les « pro et anti Gobillot » se battent entre eux… »
Elle raconte aussi que les enseignant·es prennent des risques en se mobilisant, puisque selon elle ils « sont également menacés de perdre leurs postes, car ils ne sont pas censés donner leur avis sur l’affaire ».
L’étincelle qui a provoqué cette polémique n’était pourtant pas le travail de M. Gobillot, mais une affaire de viol entre élèves lors d’un voyage scolaire. Lorsque je la questionne à ce sujet, Morgane me répond :
« Tout le monde était sous le choc, mais tout a été mis en place pour que tout reprenne son cours. Les élèves ont eu droit à un soutien psychologique, les familles ont été prises en charge. »
Selon BFM, le principal sera reçu aujourd’hui même, mercredi 13 juin, à 18h à Nîmes par la direction diocésaine avant qu’un conseil d’administration ne décide de son sort.
Tu as un avis complémentaire à me communiquer ? Des informations supplémentaires ? Tu étudies dans ce collège, ou tu as un frère ou une sœur qui y fait sa scolarité ? Contacte-moi à mathilde[at]madmoizelle.com, ton témoignage m’intéresse ! 

Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

8
Avatar de skippy01
16 juin 2018 à 12h06
skippy01
C'est toujours très risqué d'instrumentaliser une affaire pour défendre une cause, parce qu'on sera tenté de rogner sur la rigueur journalistique pour traiter l'info de manière partisane afin de lui faire prendre la tournure qui nous arrange et laisser le reste du travail à la dissonance cognitive. Et c'est clairement ce qui se passe ici.
3
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

7
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10
Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

16
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1
macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1

La société s'écrit au féminin