Audrey Pulvar : « Lutter contre le changement climatique, c’est d’abord lutter contre les inégalités »

Par  |  | Aucun Commentaire

Journalisme et engagement sont-ils incompatibles ? Audrey Pulvar revient sur sa carrière, et sur l'évolution du métier qu'elle a quitté pour prendre la présidence de la Fondation pour la Nature et l'Homme, l'une des ONG derrière l'Affaire du Siècle.

Abonne-toi à Sois gentille, dis merci, fais un bisou !

Sur YouTube • Sur iTunes • Sur SoundCloud • Sur FeedPress

J’étais pas prête du tout pour le pire conseil qu’on ait donné à Audrey Pulvar, donc je préfère ne pas choquer le lectorat en le transcrivant ici, dès les premières lignes. Je vous renvoie donc à l’écoute du podcast !

Audrey Pulvar a été journaliste pendant plus de 25 ans, elle a quitté cette profession en juin 2017, pour assumer la présidence de la Fondation pour la Nature et l’Homme.

J’avais énormément de questions pour Audrey Pulvar, l’une des premières journalistes dont j’ai retenu le nom, lorsque je la voyais présenter le journal télévisé sur France 3.

Journalisme et militantisme sont-ils incompatibles ?

À plusieurs reprises, Audrey Pulvar s’est trouvée sous le feu des critiques : est-elle journaliste, ou militante ? Trois occurrences en particulier m’avaient marquée.

En 2010, alors qu’elle était en couple avec Arnaud Montebourg. Lorsqu’il se déclare candidat à la primaire socialiste, Audrey Pulvar est écartée des émissions d’informations généralistes et politiques.

En 2016, lorsqu’elle avait signé un appel féministe lancée par Laurence Rossignol, alors Secrétaire d’État en charge des droits des femmes, contre Marine Le Pen. Audrey Pulvar avait été temporairement suspendue, pour avoir « manqué à son devoir de réserve et de neutralité. »

Mais où est la limite entre l’engagement et l’information ? Y a-t-il une neutralité dans le report, l’analyse et le commentaire des injustices et des discriminations ?

Si le féminisme est un mouvement prônant l’égalité entre les individus, est-ce qu’être ouvertement féministe est nécessairement une rupture de neutralité journalistique ?

Qui décide que le monde tel qu’il est serait le neutre, et celui de l’Égalité serait « militant » ?

La troisième occurrence est celle de sa sortie du journalisme, en juin 2017, lorsqu’Audrey Pulvar est élue à la présidence de la Fondation pour la Nature et l’Homme, que Nicolas Hulot vient de quitter pour devenir ministre.

Où s’arrête le devoir d’informer, et où commence le militantisme ? Et lorsque l’on milite pour défendre la véracité des faits face aux conspirations et aux mensonges, on se place où dans ce dilemme ?

À lire aussi : Des religieux font leur beurre sur les fake news au sujet de l’éducation sexuelle

Audrey Pulvar révèle le secret des femmes froides, distantes et « pas sympa »

Quiconque a déjà vécu dans un environnement professionnel, public, privé ou associatif, en aura entendu parler : il y a bien souvent une ou plusieurs femmes à très mauvaise réputation.

Elles ont souvent de l’ancienneté sur leur poste ou dans leur domaine, elles sont assez haut dans la hiérarchie, elles ont pas mal de pouvoir, et elles ont une sale réputation : pas sympa, pas cool, pas amicales, oh là là vraiment pète-sec celle-là, et je m’arrête ici avant d’arriver dans les insultes sexistes et misogynes à caractère sexuel.

Incroyable mais vrai : il existe une explication rationnelle à ce phénomène.

J’invite toutes les femmes de pouvoir #PasSympa à raconter leurs propres stratégies défensives et offensives, ce qu’elles ont développé pour être toujours en poste et toujours respectées là où elles sont.

Partagez vos histoires sur les réseaux sociaux #PasSympa, envoyez-moi un email si vous préférez rester anonymes (j’en ferai une compilation de témoignages), mettez #PasSympa en objet.

Et passons ensemble à l’étape suivante : construire un monde dans lequel se traiter mutuellement avec respect sera la norme, où il ne sera plus nécessaire de développer des techniques de mises à distance pour éviter de subir des agressions.

Audrey Pulvar et l’Affaire du Siècle

Cette rencontre avec Audrey Pulvar était aussi l’occasion de revenir sur l’Affaire du Siècle : la Fondation pour la Nature et l’Homme est l’une des 4 ONG qui ont déposé un recours contre l’État français, pour que le juge contraigne nos pouvoirs publics à appliquer les lois et les accords internationaux sur la protection de l’environnement.

Audrey Pulvar explique l’intention de cette action, les effets escomptés, et revient surtout sur le changement politique majeur qui doit intervenir : aborder l’ensemble des problèmes à travers le prisme écologique, et cesser d’opposer aux urgences écologiques les urgences économiques, sociales et politiques.

À lire aussi : Le réchauffement climatique, un problème de riches, vraiment ?

Shownotes de l’épisode avec Audrey Pulvar

Où retrouver la Fondation pour la Nature et l’Homme ?

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à écouter cette interview que j’en ai eu à la faire !

Qui voulez-vous entendre au micro de Sois gentille, dis merci, fais un bisou ? Partagez-moi vos suggestions dans les commentaires !

Retrouve tous les épisodes de Sois gentille, dis merci, fais un bisou !

— Photo de ©Gilles Crampes

Abonne-toi à Sois gentille, dis merci, fais un bisou !

Sur YouTube • Sur iTunes • Sur SoundCloud • Sur FeedPress

Clemence Bodoc

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires

youpyoup

Comment peut-on mener la "Fondation pour la Nature et l'Homme" parler d'écologie etc tout en portant des lunettes en écailles de tortue. Je sais que cette histoire date mais je suis désolée elle est vraiment mal placée pour nous parler sur ce sujet. Je sais que personne n'est parfait mais y a des limites !