Live now
Live now
Masquer
once-upon-a-time-in-hollywood-critique
Revues de films

Pourquoi Once upon a time in… Hollywood m’a laissée perplexe

Mymy s’est précipitée au cinéma pour voir Once upon a time in… Hollywood, le nouveau Tarantino. Elle en est sortie quelque peu dubitative !

Cette critique est garantie sans spoilers !

En ces temps de remakes, reboots, suites, préquelles et autres adaptations, je suis toujours heureuse d’aller voir une idée originale au cinéma.

Quand elle est en plus portée par Leonardo DiCaprio, Brad Pitt et Margot Robbie, c’est la chantilly sur le chocolat viennois.

Et la réalisation par Tarantino, c’est la petite poudre de cacao qui sublime le tout !

Once upon a time in… Hollywood, le nouveau Tarantino

Difficile de passer à côté : ce 14 août 2019 sort en salles Once upon a time in… Hollywood, le nouveau long-métrage de Quentin Tarantino !

Once Upon A Time In... Hollywood - Bande-annonce Officielle - VOST

Hollywood, 1969.

Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) tente de faire vivoter sa carrière d’acteur dans des séries western à la qualité discutable. Au quotidien, il est accompagné de Cliff Booth (Brad Pitt), sa doublure, son ami et son homme à tout faire.

Les deux compères se demandent s’ils ont encore leur place dans une industrie qui évolue à toute vitesse.

Rick Dalton lorgne avec envie sur le succès de ses voisins, Roman Polanski (Rafał Zawierucha) et sa compagne Sharon Tate (Margot Robbie)

Once upon a time in… Hollywood, un drôle de film

J’ai sauté sur l’occasion de voir Once upon a time in… Hollywood dès qu’elle s’est présentée.

J’ai beau ne pas être la plus GRANDE fan de Tarantino au monde, le voir réunir de tels acteurs à l’écran, pour moi ça n’a pas de prix !

De plus, je trouve qu’il réussit un tour de force rare : mener DiCaprio à des rôles comiques. Parce que bon, les films à Oscars c’est bien, mais on rigole bof.

Devant la caméra de Tarantino, Leonardo s’AMUSE, et Brad Pitt, dont le sens de l’humour n’est plus à nier, est là pour lui donner la réplique !

Once upon a time in… Hollywood peint le tableau d’un monde qui change très vite et d’humains qui essaient de s’y adapter.

Forcément, cela donne lieu à des phrases cultes, des personnalités hautes en couleurs et des dialogues qui m’ont franchement fait rire aux éclats.

Once upon a time in… Hollywood, un patchwork décousu

Le film comporte bien sûr des thématiques claires : un changement d’époque, une ode au Hollywood des années 60 et 70, un hommage à des genres quasi-disparus comme celui du western.

Mais au-delà de ça, sa construction presque éclatée en fait un patchwork franchement décousu — d’autant plus difficile à appréhender que le long-métrage dure près de 3h !

Rick Dalton tente de sauver sa carrière, Cliff Booth drague une jeune hippie, Sharon Tate décroche son premier grand rôle, de nouveaux acteurs flirtent avec la gloire…

Il s’en passe, des choses, dans Once upon a time in… Hollywood, mais le lien logique n’est pas toujours facile à suivre.

Once upon a time in… Hollywood, ça raconte quoi ?

Le film a longtemps été présenté comme centré autour du destin de Sharon Tate, sur lequel je ne m’attarderai pas ici.

Tout au plus dirai-je que le personnage incarné par Margot Robbie n’est pas vraiment au cœur de l’intrigue.

En fait, c’est pour ça que je suis sortie perplexe de Once upon a time in… Hollywood : je n’ai pas compris ce que j’étais censée comprendre.

Qu’est-ce que ce film raconte ? À quoi me fait-il réfléchir ? Que me fait-il ressentir ? Est-ce que je cogite trop ? Est-ce censé être un « pur » divertissement ?

Honnêtement, même aujourd’hui je ne suis pas sûre d’avoir la réponse à mes questions.

Ce que je sais, par contre, c’est qu’en sortant de la séance, j’en ai parlé pendant une bonne heure au bar avec l’amie qui m’a accompagnée.

On en a discuté à bâtons rompus, échangeant nos impressions, ressentis et interprétations quant à certaines scènes-clefs et moments peu clairs.

Et au final, c’est peut-être juste ça que je demande à un film : qu’il me donne l’envie de créer du lien, de parler !

Du coup, quand tu auras vu Once upon a time in… Hollywood, viens en discuter avec moi dans les commentaires, je suis sûre qu’il y a plein d’avis différents à échanger !

À lire aussi : Les 13 pires critiques de film sur… Titanic


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

16
Avatar de Mewen
26 août 2019 à 10h58
Mewen
C’est marrant je n’ai pas dû tout perçu le traitement du personnage de Sharon Tate de cette façon.
Contenu spoiler caché.
édit : grammaire
1
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Pourquoi Scream est un slasher plus féministe qu’il n’y parait // Source : Scream 6
Revues de films

Pourquoi Scream est un slasher plus féministe qu’il n’y parait

Livres

Voici le livre qui rendra votre été beaucoup plus romanesque

Humanoid Native
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

17
everything leonine
Revues de films

Féministe, antiraciste et déjanté : pourquoi il faut (re)voir Everything Everywhere All at Once

1
relation-mere-fille-compliquee-samhain
Cinéma

Samhain : les relations mère-fille abordées dans un film d’horreur glaçant

ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

3
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

La pop culture s'écrit au féminin