madmoiZelle crée ses propres personnages féminins à l’occasion des journées du jeu vidéo


Nous avons voulu rendre hommage aux femmes à travers une série de photos où l'on imagine nos héroïnes made in madmoiZelle.

madmoiZelle crée ses propres personnages féminins à l’occasion des journées du jeu vidéo

En partenariat avec Logitech (notre Manifeste)

Vous aimez les jeux vidéo ? Nous aussi. Et pourtant, on a quand même parfois l’impression qu’ils ne nous le rendent pas toujours tant que ça.

Si on parlait des personnages féminins, par exemple ? Combien pouvez-vous en citer rapidement sans trop réfléchir ? Lara Croft, Princess Peach, Chun-Li, Samus, Zelda, Bayonetta, Ellie, Marie… Ok.

Attention, question subsidiaire : combien de femmes expressément racisées ? Pas facile, hein…

Dans cet article en partenariat avec Logitech, qui partage avec nous des valeurs d’inclusivité et de travail en équipe, nous allons mettre un coup de projecteur sur les personnages féminins.

Le manque de personnages féminins dans les jeux vidéo

Rien de neuf de ce côté là : dans les jeux vidéo, les femmes sont sous-représentées. Une étude de 2012 réalisée par l’Electronic Entertainment Design and Research (EEDAR) l’indiquait déjà :

Sur une sélection de 669 jeux de rôles, d’action et de tir choisis par l’EEDAR en 2012, seuls 24 d’entre eux (4 %) avaient pour héroïne une femme exclusivement et 300 (45 %) offraient la possibilité de sélectionner une femme.

Non contentes d’être en sous-représentation numérique, on sait également que les personnages féminins sont souvent cantonnés à des rôles genrés marqués : demoiselle en détresse, objet sexuel, ou plus généralement personnage secondaire aux côtés d’un héros principal bizarrement toujours masculin.

Les personnes racisées, quant à elles, lorsqu’elles ne sont pas tout simplement absentes, apparaissent souvent sous une forme stéréotypée (délinquant, antagoniste à accent…).

Le marketing sexiste des jeux vidéo

En 2020, de l’eau a coulé sous les ponts numériques et de nouvelles propositions vidéoludiques sont à l’œuvre.

Mais la résistance est là, certains joueurs ont du mal à accepter tout forme de diversité dans les personnages principaux, invoquant la carte implacable du « politiquement correct » qui envahirait le gaming, comme en témoigne la controverse autour du personnage d’Abby dans The Last of Us 2, un jeu accusé de trop mettre en avant la communauté LGBTQ.

En ce sens, le marketing sexiste des 80s et 90s, clairement conçu à destination des garçons plutôt que des enfants en général (rappelez-vous que la première console portable s’appelait la Game Boy) a laissé des traces.

Cette volonté de vendre à quelques uns  une activité qui s’adresse intrinsèquement à tous n’est pas étrangère à la situation actuelle : une communauté du jeu vidéo composée d’une partie vocale de joueurs qui eux seuls sauraient qui a le droit ou pas d’être représenté, le droit ou pas de jouer.

Avec toutes les dérives sexistes, racistes et homophobes que cela engendre…

Aujourd’hui, on parle encore de « jeux de filles » comme d’un stigmate honteux, malgré le boom des jeux sur mobile, qui ont rapporté 44,2 milliards de dollars en 2017, rien que ça.

Des jeux auxquels on attraperait des boutons purulents et très très peu virils si on y jouait, visiblement.

Pourtant aujourd’hui, loin des idées rances préconçues, le ratio joueuses/joueurs s’égalise. Selon une étude du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (S.E.L.L.) publiée en 2020 :

52 % des joueurs dits « réguliers » (soit jouant au moins une fois par semaine) sont des hommes, et 48 % sont des femmes, avec un âge moyen de 42 ans pour les hommes et 39 ans pour les femmes.

L’excuse selon laquelle il y a moins d’héroïnes dans les jeux vidéo car de toutes façons, « les femmes n’y jouent pas » commence à prendre un sérieux coup de plomb dans la manette.

Promouvoir les minorités dans les jeux vidéo

Un début de réponse face à ces problèmes systémiques est soutenir les associations qui œuvrent à une ouverture d’esprit et à une reconnaissance des femmes et des minorités dans le milieu vidéoludique.

Ainsi, les associations Afrogameuses, Persos cachés et Stream’her cherchent à mettre en avant les personnes racisées et les femmes.

Et en passant, tous les mardis soirs, la rédaction de madmoiZelle propose une session de gaming sur Twitch. Suivez notre chaîne !

D’ici là… voici sans plus attendre notre interprétation d’héroïnes rêvées.

madmoiZelle invente ses personnages féminins

Imaginez, vous êtes chez vous à jouer à un jeu, quand soudain, vous en devenez le personnage principal… Bienvenue dans les jeux vidéo de madmoiZelle, incarnées par six modèles !

Player 1 : Jade

Jade est notre combattante de rue. Tout comme Chun-Li (Street Fighter) ou encore Blaze (Streets of Rage), elle lutte contre le crime grâce à ses skills en arts martiaux. IRL, on la trouve sur le canap’ habillée streetwear.

Avant
Top : @zalandofr
Bas : @ybz.couture
Chaussure : @asics

Après
Ensemble : @weirdbrain_creation
Veste : @pinkoofficial
Bijoux : @sistermorphine__
Chaussures : @newrock

Player 2 : Bessie

Perdue dans un monde mignon ambiance Nintendo, Bessie chille en cherchant à choper des animaux cute. Ses inspirations : Princess Peach et Marie d’Animal Crossing. Des années après l’avènement de la Switch, elle joue encore à la Wii. So vintage !

Avant
Robe : @woodeofficial
Top : @lugdunumco

Après
Robe : @woodeofficial
Chaussettes: @asos
Chaussures: @asos
Bijoux : @bijouxdefamille

Player 3 : Djamila

La mission de Djamila : arpenter un monde infini de montagnes, forêts et lacs remplis de créatures contre lesquelles elle doit se battre. IRL, la jeune femme passe des heures sur Zelda.

Avant
Top : @projectxparis
Bas : @reikojeans
Casque : @logitechg

Après
Combinaison : @hassidrissofficial
Chaussures : @alphonsemaitrepierre
Durag : @ongodbytries
Bijoux : @alcoolique_official @bijouxdefamille

Player 4 : Ségolène

Des trésors millénaires enfouis et d’horribles trafiquants d’armes à dégommer façon Lara Croft ? C’est le style de jeu préféré de Ségolène, qui passe des nuits sur son PC. Par contre, rater une énième fois le même niveau, ça ne fait jamais plaisir…

Avant
Top : @notomiaparis
Bas : @gapfrance
Durag : @ongodbytries
Casque, souris et clavier : @logitechg

Après
Top : @projectxparis
Ceinture : @projectxparis
Bas : @gapfrance
Bijoux : @loey.fr ⠀
Chaussures : @nike

Player 5 : Malory

Comme la plupart des lectrices de madmoiZelle, Malory est une fan des Sims. Ce jeu, qu’elle a blindé de contenu personnalisé trouvé sur la Toile, lui permet de tester ses capacités d’architecte en construisant des villas de luxe. Bien sûr, elle utilise à fond les codes de triche tout en tentant de se marier avec son voisin !

Avant
Top : @shopbakku
Bas : @gapfrance
Casque, souris et clavier : @logitechg

Après
Top : @desigual
Jupe : vintage
Chaussures : @asos
Bijoux : @bijouxdefamille

Player 6 : Mélody

Fortnite ou Overwatch ? Pour Mélody, les deux, mon capitaine ! Elle adore les jeux de battle royale, où des centaines d’internautes s’affrontent online à coups de fusil à pompe pour remporter la victoire.

Avant
Top : @gapfrance
Bas : @mktstudio
Chaussure : @asics

Après
Veste : @tantinedeparis
Ensemble : @tresrasche
Top : @30pna
Bijoux : @balabooste

Vous pouvez retrouver toutes les photos du shoot ainsi que le lookbook vidéo sur notre Instagram.

Par ici pour comprendre la représentation des personnes noires dans les jeux vidéo !

Par ici pour apprendre à s’habiller comme une héroïne de jeux vidéo au quotidien !

 

Crédits du shooting photo

Ce shooting a été réalisé en partenariat avec Logitech

Modèles : Jade, Ségolène, Djamila, Mélody, Malory, Bessie

Direction artistique : Oldie Mbani
Photographie : Anaïs Borne
Post-production : Angela Sichanh
Réalisation : Romane Milloch et Amina Chagar

Maquillage : Oldie Mbani et Maëlys Jallali
Coiffure : Aude-Andrea Gbazi
Stylisme : Anouchka Mbia assistée de Maeva Épée Piau
Chargée de production : Lucie Niekrasz
Avec la participation de : Caroline Arénas
Directrice de rédaction : Mélanie Wanga
Production : Marine Normand

À lire aussi : madmoiZelle fait sa rentrée 2020 en tenues non-républicaines

Mélanie Wanga

Mélanie Wanga


Tous ses articles

Commentaires

Yoonishan

@Lysette Tu peux le faire dans Watch Dogs : Legion par exemple :) Le jeu te permet d'incarner n'importe quel habitant de Londres... Dont des grands-mères pour en faire des hackeuses-terroristes 8)

Sinon pour une liste non exhaustive de jeux-vidéos avec des persos féminins forts, il y a ce topic qui leur est spécialement dédié : Jeux-vidéos qui ne réifient pas les femmes:top:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!