Live now
Live now
Masquer
Source : Instagram Judith Godreche
Société

« Laissez ma fille tranquille » : Judith Godrèche défend sa fille Tess Barthélémy, victime de slut-shaming à Cannes

À l’affiche du court-métrage « Moi aussi », réalisé par sa mère Judith Godrèche, Tess Barthélemy a monté les marches du festival de Cannes. Mais sa tenue a provoqué un déferlement de commentaires haineux.

Une demande claire, net, et précise. Alors que le 15 mai dernier, Tess Barthélemy, fille de Judith Godrèche, a monté les marches du Festival de Cannes aux côtés de sa mère, à l’occasion de la projection de Moi aussi, la jeune fille de 19 ans a été la cible de nombreux commentaires sur sa tenue.

Sur le tapis rouge, Tess Barthélémy portait longue robe noire, composée d’un dos nu et d’un décolleté plongeant jusqu’au bassin.

Il n’en aura pas fallu plus pour que des internautes critiquent sa tenue, usant de commentaires remplis de slut-shaming. Pour rappel, ce concept consiste à rabaisser ou culpabiliser une femme à cause de son comportement sexuel en lien avec ses pratiques, son nombre de partenaires, ou encore ses vêtements jugés comme « provocants », participant alors à la culture du viol.

« Cessez de juger – encourager – inciter – promouvoir la culture du viol »

Face à cette avalanche de commentaires, Judith Godrèche a décidé de contre-attaquer. « Laissez ma fille tranquille », a-t-elle martelé sur son compte Instagram. Ne défendant pas seulement sa fille, elle continue : « Et toutes les filles, et toutes les femmes, couvertes ou court-vêtues, cis ou trans ».

« Cessez de juger – encourager – inciter – promouvoir la culture du viol. Cette misogynie tourne en rond. Un jour ou l’autre, nous ne serons que de la poussière d’étoiles. Il est encore temps d’échanger les grimaces pour des sourires », a-t-elle imploré, soulignant que « la bienveillance n’est pas un échec. »

Des commentaires d’autant plus malvenus que le court-métrage de Judith Godrèche, pour lequel Tess Barthelemy a monté les marches du festival de Cannes, met en lumière le combat de nombreuses victimes de violences sexistes et sexuelles, à travers des milliers de témoignages recueillis ces derniers mois.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

4
Avatar de Mellys
22 mai 2024 à 21h05
Mellys
Je ne comprends pas non plus. Elle a un décolleté plongeant, mais on ne voit rien. En dehors de ce décolleté la robe est même très couvrante. En comparaison avec certaines tenues de Cannes ces derniers jours, elle est même plutôt sage.
Je ne peux également qu'y voir une attaque contre Judith Godrech, son film et son combat.
8
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Société

Corvées // Source : Annie Spratt
Société

Dans ce pays d’Europe, les femmes font 3 heures de tâches ménagères quotidiennes de plus que les hommes

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Bruno Barde, à la tête du festival de Deauville, accusé de violences sexuelles par 7 ex-collaboratrices

Pexels
Actualités France

Après la victoire du Rassemblement National, des militants d’extrême droite condamnés pour une agression homophobe

2
"@rawpixel"
Santé

Le « syndrome post-contraception », quand le corps change après l’arrêt de la pilule

1
metoopolitique
Société

Ces députés accusés de violences sexuelles qu’on ne veut plus voir à l’Assemblée

Source : Fizkes de Getty Images
Société

Avec la dissolution de l’Assemblée nationale, les commissions sur les familles monoparentales aux oubliettes ?

1
Les enfants confiés à l'ASE subissent toujours des violences sexuelles une fois placés // Source : Unsplash
Société

Avec la dissolution de l’Assemblée nationale, les commissions sur la protection de l’enfance passent à la trappe

1
gabby petito plainte utah
Société

C’est quoi le « syndrome de la femme blanche disparue » ? Ou quand le racisme imprègne les médias

Source : Symeonidis Dimitri / Getty Images
Politique

Plan Procu : le site de rencontre pour faciliter les procurations

29
Source : Canva
Société

La « slowmance », qu’est-ce que cette nouvelle tendance de dating chez les LGBTQIA+ ?

2

La société s'écrit au féminin