Live now
Live now
Masquer
7 MINUTES - 
De Stefano MASSINI - 
Traduction : Pietro PIZZUTI - 
Mise en scene : Maelle POESY - 
Dramaturgie : Kevin KEISS - 
Scenographie : Helene JOURDAN - 
Lumieres : Mathilde CHAMOUX - 
Avec : 
Veronique VELLA - 
Francoise GILLARD - 
Sephora PONDI - 
Mathilde Edith MENNETRIER - 
A la Comedie Francaise - 
Le 09 09 2021 - 
Photo : Vincent PONTET
Arts & Expos

Des ouvrières, une lutte des classes et 7 minutes pour se décider : la recette de cette pièce engagée

Pour lancer sa saison, la Comédie Française a misé sur la culture… militante ! Après 7 minutes, une pièce de l’italien Stefano Massini, votre rapport au travail ne sera plus jamais le même.

Une ouvrière âgée qui mène un casting en non-mixité ? Pari réussi au Vieux-Colombier, l’un des trois théâtres de la Comédie Française.

L’institution fait sa rentrée avec 7 minutes, un texte éminemment politique dans lequel une dizaine de salariées s’écharpent autour d’une « simple » demande de leur direction. Le tout porté par une mise en scène percutante de Maëlle Poésy. Qui dit mieux ?

©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française
©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française

7 minutes pour presque rien

Dix représentantes du comité d’usine de Picard & Roche font les cent pas. Elles se tiennent groupées devant le bureau de la direction dans lequel Blanche, leur porte-parole (Véronique Vella), est en négociation depuis des heures.

Sont-elles sur la sellette ? Leurs salaires vont-ils baisser ? Blanche les défend-elle vraiment dans les pourparlers ? La pièce commence à peine et déjà la tension est à son comble.

Quand la porte-parole sort enfin, on pousse très vite de grands soupirs de soulagement : l’usine ne ferme pas, les effectifs restent les mêmes et toutes les conditions de travail sont identiques.

Toutes ? Non. Une demande leur est faite. Une demande qu’elles doivent voter. Très simplement formulée dans une lettre qui s’adresse à chacune des représentantes. Pour conserver les mêmes employées et les ouvrières de l’usine doivent renoncer à 7 minutes du quart d’heure de pause quotidienne.

« 7 minutes ? Mais ce n’est rien ! », s’émerveillent-elles. Toutes imaginaient le chômage et la précarité à une époque où le travail se fait rare, alors les sourires sont de mise. Pourtant, Blanche secoue la tête.

Non, ce n’est peut-être pas si simple.

Costards-cravaches dans un débat militant

Chez Madmoizelle, on aime par-dessus les tests gauche-droite. Pour une fois, on vous propose une pièce prête à réveiller la révolutionnaire qui sommeille en vous !

Pour ce faire, les ingrédients sont simples. 9 ouvrières. 2 employées. 11 votes.

Le véritable tour de force de la pièce de Stefano Massini ne consiste pas à mettre en scène un débat mais à le créer.

©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française
©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française

Au départ, on ne laisse à ces voix féminines que du trivial. Les idées, les grands principes, les discours : tout ça, c’est du luxe. Si d’instinct, toutes acceptent de réduire la pause quotidienne, c’est que sans doute ce « cadeau » que leur fait la direction doit être saisi !

Mais le diable se cache dans les détails. La réserve de Blanche pour les « cravates », c’est-à-dire les hommes à la tête de Picard & Roche, s’avère contagieuse. Et, surprise (non), elle est justifiée.

Alors Blanche creuse, inlassablement. Sous les rires et les cris d’impatience de ses collègues, elle réfléchit, elle doute, elle calcule.

Et si c’était un test ? Et si ce qui comptait pour les « cravates », ce n’était pas tant de gagner 7 minutes de main-d’œuvre mais s’assurer de la docilité de leurs employées ?

11 femmes en colère

Le pari de la pièce est fou. Étirer sur deux heures une réponse qui pourrait n’être qu’un mot. Mieux : cet étirement est excitant, touchant, brillant.

Il y a ce débat, sans fin, ruminé dans un sens puis dans l’autre. Dans le calme et dans les cris. Il y a la rancœur aussi. Celle qui s’est progressivement immiscée pendant des années de travail. Des jalousies. Des rêves.

Il y a celles qui ne veulent pas penser, qui courbent l’échine en espérant qu’on récompensera leur zèle. Il y a celles pour qui les rêves sont déjà du passé. Arrivées en France pour du travail, elles doivent le garder à tout prix.

Il y a celles qui sont jeunes, qui ne veulent pas laisser passer la chance. Et celles qui ont vu le temps filer entre leurs doigts.

©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française
©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française

Dans la scénographie minimaliste portée par la jeune metteuse en scène Maëlle Poésy, onze salariées se déchirent sur un vote, un simple vote. 12 hommes en colère, la testostérone en moins, la folie en plus. Parce qu’on rit avec elles. Parce qu’on veut les croire. Parce qu’on voudrait que le travail n’ait pas raison d’elles.

Avec ce retour en force du théâtre social, la Comédie française aura offert du grain à moudre à son public — et ce, jusqu’au 17 octobre prochain !

Bonus, si vous êtes la seule à vous lever au moment des saluts, vous pourrez estimer que le reste du public était de droite. Ça ne change rien mais ça soulage.

À lire aussi : Test : vos goûts en agrumes nous diront si vous êtes de gauche ou de droite


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe // Source : Uwa Iduozee / Zodiak - center for new dance, UrbanApa, Sonya Lindfors
Arts & Expos

« Cosmic Latte se demande à quoi ressemblerait le monde sans racisme » : Sonya Lindfors, chorégraphe

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Le photographe de mode Paolo Roversi s’expose au Palais Galliera, et c’est hypnotique
Mode

Comment l’expo photo de Paolo Roversi au Palais Galliera va vous hypnotiser

Dolorès Marat, "La femme aux gants", 1987. Tirage pigmentaire Fresson Collection MEP, Paris, acquis en 2006. // Source : © Dolorès Marat
Arts & Expos

Annie Ernaux, en textes et en photos, s’expose à la MEP jusqu’au 26 mai 2024

MAD paris
Arts & Expos

Paris : Avant les Jeux Olympiques 2024, 5 expos autour du sport, au musée et ailleurs

Berthe MORISOT (1841-1895) Autoportrait, 1885 Huile sur toile, 61 x 50 cm Paris © musée Marmottan Monet, Paris
Culture

Berthe Morisot : à la découverte de la peintre invisibilisée du mouvement impressionniste

Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

Giselles Photo Pascal Elliott 7
Arts & Expos

Trois raisons de découvrir Giselle(s), le ballet romantique remis au goût du jour

Source : affiche officielle de l'expo avec une oeuvre d'Annette Messager
Culture

L’exposition Affaires personnelles explore les liens entre art contemporain et solidarité

Léa MKL // Source : Cactussand
Culture

Léa MKL : « C’est important d’exprimer ce qu’on a sur le cœur et d’en faire des archives »

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani // Source : Inès Pollon
Arts & Expos

Dans les coulisses du Cabaret de Poussière avec Bilal Hassani

La pop culture s'écrit au féminin