Live now
Live now
Masquer
Resultat_Elections_H (1)
Politique

Déçue, pas surprise, extrêmement en colère : ce duel Macron-Le Pen nous fout un seum incroyable

Au lendemain de ce premier tour si prévisible, après un vague espoir qu’une autre issue était possible, la réalité vient nous rétamer la tronche. Malgré son air de déjà-vu, ce duel Macron-Le Pen n’est pas joué d’avance. Et ce n’est pas sans nous faire peur.

On pourrait dire qu’au bout de la troisième fois, on s’était presque habituées. Et pourtant cela fait toujours un drôle d’effet. Dégoût. Effroi. Envie de crier dans un oreiller ou d’écrire rageusement un tweet, aussi vain que cela puisse paraître.

Cette année, il y avait quand même quelque chose d’un peu différent, un espoir, le minuscule ridicule espoir qu’un vote utile pouvait peut-être emmener un candidat de gauche sur la deuxième marche du podium. On se sent un peu bête d’y avoir cru, coincée dans sa bulle médiatique où s’entrechoquent sur les réseaux sociaux les appels au vote utile — parfois par conviction, parfois à contre-cœur — mais qui avaient presque laisser croire que quelque chose de bien, ou de moins pire, pouvait se produire.

Et puis pschitt, 20 heures, la bulle éclate, et ce qu’on présageait apparait bien à l’écran. Emmanuel Macron premier, loin devant, Marine Le Pen quelques points derrière. Ce lundi 11 avril, le deuxième tour est confirmé avec 27,60% voix pour le président sortant et 23,41% pour celle qui l’affrontera pour la deuxième fois.

premier-tour-resultats

Face au Rassemblement national, on ne joue plus à se faire peur

Même si je m’y attendais, voir encore Marine Le Pen décrocher sans ambiguïtés sa place au second tour n’en finira jamais de me donner envie de casser des portes. Mieux qu’en 2002, mieux qu’en 2017, avec en prime une dédiabolisation achevée.

Et Emmanuel Macron qui nous annonçait le bec enfariné cette semaine qu’il regrettait de ne pas avoir réussi à endiguer l’extrême-droite. No shit, Sherlock.

Il est loin ce 17% de Le Pen père qui paraissait vertigineux à l’époque, nous voilà 20 ans plus tard, dans la même sauce, mais en pire.

Alors oui, « pas une voix pour l’extrême-droite », a-t-on entendu de tous côtés ce dimanche 10 avril au soir. Forcément.

En 2022, on ne joue plus à se faire peur en imaginant ce Rassemblement national bon teint au pouvoir tant cela pourrait bien se réaliser, et ce malgré le « barrage à l’extrême-droite » qui fonctionne encore, coûte que coûte, même si vu les relents réactionnaires qui émanent de certains ministères — au hasard l’Intérieur ou l’Éducation — on se demande un peu pour quoi, au final.

D’autant que cette fois, Marine Le Pen dispose d’une réserve de voix toutes prêtes dans l’électorat d’Éric Zemmour. Et qu’on peut compter sur elle pour ne pas se laisser bolosser par Emmanuel Macron comme lors du débat d’entre deux tours il y a cinq ans.

Comme il y a 20 ans, comme il y a 5 ans, on a naturellement appelé au barrage républicain, peut-être parce qu’il le faut bien, parce que le RN au pouvoir serait terrible au-delà de nos pires craintes, parce qu’il faut mieux rempiler cinq ans avec Emmanuel Macron que prendre le risque de passer cinq ans avec la pote de Viktor Orban et de Vladimir Poutine au pouvoir.

Ne pas être dupe face à la candidate du Rassemblement national

Marine Le Pen, c’est celle qui nous parlait il n’y a pas si longtemps d’IVG de confort et qui a bien compris que ce discours-là n’est plus tenable. Mais ne nous y trompons pas : c’est aussi celle qui aujourd’hui veut interdire l’espace public aux femmes qui portent le voile. C’est bien son parti qui au niveau local asphyxie les associations LGBTI+.

C’est Marine Le Pen qui nie en bloc les violences policières et évoque même l’idée d’une présomption de légitime défense pour les policiers. C’est celle qui entend miser sur le nucléaire, démanteler les éoliennes et ne propose strictement rien en matière de politique climatique internationale. C’est celle qui ne veut plus qu’on la désigne elle et son parti comme l’extrême droite.

Chez Madmoizelle, on n’a pas fait mystère de notre position vis-à-vis de ses positions et du danger qu’elle représente pour la démocratie, les droits des femmes et des minorités.

Cela nous a menées par exemple à choisir de ne pas inviter de femmes candidates ou représentantes du Rassemblement national ou de Reconquête! lors de nos lives sur Twitch pendant la campagne, un choix que nous avons assumé et que nous revendiquons.

Cela nous a menées aussi à publier ce grand décryptage sur le vote gay du RN pour mettre en lumière sa stratégie en direction des personnes LGBTI+, applicable aussi auprès de l’électorat des femmes.

Deux semaines de cirque pour cinq ans d’enfer

Alors accrochez vos ceintures, c’est parti pour deux semaines intenses, mais n’espérez que cela s’arrête au soir du 24 avril.

D’ailleurs, contrairement à il y a cinq ans, Emmanuel Macron n’a aucune raison d’être très serein à l’approche de ce second tour. Ça tombe bien, nous non plus… mais pour d’autres raisons.

À lire aussi : Pourquoi Marine Le Pen est la pire candidate pour les droits des femmes ?

Crédit photo : Marine Le Pen / Emmanuel Macron

Les Commentaires
852

Avatar de Tu as raison.
4 mai 2022 à 10h46
Tu as raison.
@Jameela
J'espère qu'un journal de gauche va parler du vote communautaire des blancs riches et de tradition catho
5
Voir les 852 commentaires

Plus de contenus Politique

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.48.45
Politique

Marine Tondelier, le nouveau visage d’Europe Ecologie-Les Verts

Camille Lamblaut

14 déc 2022

Sexo

Horoscope 2023 : quel sextoy pour votre signe astrologique

Humanoid Native
Capture d’écran 2022-12-12 à 14.59.25
Actu mondiale

À 18 ans, Jaylen Smith devient le plus jeune maire afro-américain de l’histoire des États-Unis

Camille Lamblaut

12 déc 2022

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Capture d’écran 2022-11-28 à 12.01.10
Politique

Affaire Quatennens : Clémentine Autain propose la création d’une charte au sein de la Nupes

Camille Lamblaut

28 nov 2022

visuel vertical ca va bien se passer
Société

Et si on récompensait le sexisme des hommes politiques ? C’est le pari (ironique) de Ça va bien se passer*

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

6
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-18 à 22.55.07
Actu mondiale

Figure importante de la politique américaine, Nancy Pelosi laisse place à la « nouvelle génération »

Camille Lamblaut

18 nov 2022

1
Laurent Bigorgne, ancien directeur de l’Institut Montaigne, a reconnu avoir versé de la MDMA dans le verre de Sophie Conrad à son insu
Actu en France

Un proche d’Emmanuel Macron comparaît devant la justice pour avoir drogué une ancienne collaboratrice

Camille Lamblaut

10 nov 2022

Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43
Politique

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

Capture d’écran 2022-09-19 à 12.57.22
Politique

Après les justifications d’Adrien Quatennens, les féministes s’indignent contre les réactions de LFI

La société s'écrit au féminin