Live now
Live now
Masquer
Femmes – amies – selfie
Amours

Comment se faire des amis à l’âge adulte ?

Après avoir quitté le monde merveilleux (ou pas) des études, il peut être difficile de nouer de nouvelles amitiés. Voici quelques pistes données par des lectrices pour se faire des potes ou, qui sait, des amies pour la vie…

Article initialement publié le 21 janvier 2019

Quand on fait des études, se faire des potes est (relativement) simple. Passer sept heures par jour avec des dizaines et des dizaines de gens de son âge, ça crée des liens. Il y a des chances pour que vous ayez envie d’aller boire des coups en refaisant le monde avec certains d’entre eux. Enfin, sauf en période de pandémie mondiale, bien sûr…

Mais ces amitiés nouées sur les bancs de l’école (et sur une détestation commune des interros surprises) ne survivent pas toujours au passage des années.

Alors parfois, on peut avoir envie de se recréer un cercle amical à l’âge adulte tout en ne sachant pas vraiment comment faire. Heureusement, les lectrices de Madmoizelle sont là pour vous donner des curlys conseils.

Les amitiés au taf

Le boulot c’est un peu ce qui est censé remplacer les études, vu qu’on y passe en moyenne huit heures par jour, cinq jours par semaine. Alors, ça peut être un chouette moyen de rencontrer des potes – tout en courant le risque bien sûr de se retrouver à parler boulot en soirée ou le weekend.

Du coup, mon conseil c’est d’essayer d’aller vers vos collègues qui ont l’air sympas ou dans votre tranche d’âge, même si c’est parfois difficile de devoir sortir de sa coquille (parole d’introvertie).

Profitez des pauses clopes/cafés/déjeuner pour faire connaissance, puis n’hésitez pas à leur proposer de prolonger vos discussions en dehors autour d’un verre, d’un repas ou d’une activité, si vous vous découvrez des atomes crochus avec certaines personnes.

Technique testée et approuvée à plusieurs reprises par votre serviteuse (quoi ?! Ça se féminise pas comme ça ?) et par Maëla.

« Je me suis fait des amis au travail, simplement en discutant avec eux durant les pauses. Quand on a réalisé qu’on avait des points communs et que les pauses ne suffisaient plus, on s’est vus à l’extérieur. Même si c’est vrai que c’est souvent moi qui fais le pas de proposer de se voir en dehors. Souvent, d’abord pour un verre, le temps de finir nos (trop nombreuses) conversations. Puis, de fil en aiguille, on rencontre le ou la partenaire, leurs enfants, et avant qu’on ne réalise qu’on a dépassé le stade de collègues, on se retrouve à parler de l’infection urinaire de la petite dernière, de gynéco et d’épisiotomie. »

Astrid, elle, a une histoire d’amitié liée au travail un peu plus incongrue, où tout commence par une recherche de covoit’.

« Je travaillais à 50km de la maison et je prenais donc la voiture et l’autoroute pour m’y rendre. J’avais déjà posté mon trajet sur divers sites de covoiturage, mais ça ne fonctionnait que rarement et uniquement sur des trajets ponctuels. Alors, j’ai décidé de mettre une pancarte sur ma lunette arrière indiquant juste « Covoiturage maville > lavilleduboulot ».

Tout le monde se moquait de moi en voyant ma voiture, et disant que cela ne fonctionnerait jamais. Finalement, un jour, j’ai un appel d’une autre jeune femme, qui me dit qu’elle est peut-être intéressée. Les horaires et les lieux collaient à peu près et nous avons commencé à covoiturer. C’est comme ça qu’une belle amitié est née ! »

Devenir amies autour d’une passion commune

Il n’y a pas que le boulot dans la vie ! Vos activités en dehors, qu’il s’agisse de loisirs ou d’engagement associatif peuvent aussi être un excellent moyen de rencontrer des gens avec qui vous avez des chances de bien vous entendre : vous avez déjà un point commun !

Toutes les activités sont envisageables : sportives, culturelles, militantes, etc. L’idée c’est d’être amené à revoir régulièrement un groupe de personnes avec qui vous allez pouvoir créer des liens. Personnellement, le scoutisme m’a permis de rencontrer plein d’amies (et un mari, mais c’est un autre sujet), tout comme la pratique de l’improvisation théâtrale.

Mais on peut aussi rejoindre un orchestre, s’engager dans une association LGBT, prendre des cours de boxe ou… faire du quidditch, comme Justine !

« J’ai rencontré des potes sur Angers grâce au quidditch moldu. À la base, je voulais juste venir voir l’équipe locale lors de matchs, puis finalement j’ai rejoint l’équipe. C’est un sport très physique, qui défoule bien, et les gens y restent souvent pour l’ambiance, très amicale. »

Au-delà de ces rendez-vous réguliers, on peut ensuite proposer de se voir en dehors. Aller manger un morceau ensemble avant le cours. Se retrouver pour passer un week-end tous ensemble, etc. De très belles amitiés peuvent même naître de cette activité commune. Comme nous l’a raconté Charlie.

« À mon arrivée au Québec, je me suis demandé comment rencontrer de nouvelles personnes, dans un cadre complètement inconnu, et avec des conventions sociales différentes de la France (malgré une langue commune !). À l’époque, je m’étais lancée dans l’apprentissage du japonais et des échanges linguistiques avaient lieu toutes les semaines afin de mettre en lien des Japonais et des apprenants. J’y suis allée pleine d’appréhension la première fois, et j’en suis depuis ressortie avec deux meilleurs amis, quelques potes en plus, et un (maintenant) ex. »

Les amis d’amis d’amis d’amis

Avez-vous déjà rencontré les amies et amis de votre conjoint ou conjointe ? Est-ce que vous les trouvez sympas ? Est-ce que vous avez déjà rencontré leurs potes à eux/elles ? Par capillarité et en faisant preuve de persistance, vous allez peut-être finir par rencontrer lors d’une soirée ou d’un pique-nique des personnes avec qui vous connaitrez un vrai coup de foudre amical.

Bref, ça peut valoir le coup de vous accrocher et d’accepter des invitations chez des gens qui ne sont pour l’instant que des connaissances que vous n’appréciez pas forcément (bon, si ce sont d’énormes misogynes, ça ne vaut peut-être pas le coup d’insister). C’est ce que m’a raconté Sandra, 30 ans, qui a déménagé à l’autre bout de la France pour suivre son conjoint.

« Il est rapidement devenu pote avec des jeunes dans la même situation que nous, loin de leur famille et de leurs repères. Le problème c’est que c’était des personnes avec qui je n’accrochais pas vraiment. Ceci dit, c’est grâce à elles que j’ai plus tard fait de très belles rencontres. À force de me motiver à mettre le nez dehors, et au détour d’un verre, j’ai enfin rencontré les amis des amis, notamment des filles avec qui le courant passait super bien. »

Si vous débarquez dans une grande ville, vous pouvez aussi essayer de voir sur les réseaux sociaux si vos anciens potes du collège ou du lycée y vivent aussi. Qu’est-ce que vous risquez à leur proposer de se revoir pour un café ? Si ça se trouve, vous vous entendrez bien de nouveau, ou alors peut-être qu’ils ont une nouvelle bande à vous présenter.

La mafia des parents

Vous avez des enfants ? Quelle chance ! Ils ou elles peuvent être un excellent prétexte pour rencontrer des adultes de ton âge avec qui devenir amie. Et toutes les occasions sont bonnes pour faire connaissance : réunion de parents d’élèves, kermesse de l’école, sortie de la crèche, etc. Nathalie est passée par là.

« J’ai vraiment construit tout mon réseau amical lorsque mes aînés (22, 20 et 17 ans) sont rentrés à l’école maternelle. Et je me suis aussi fait des amies et amis grâce à la crèche associative où allait mon dernier enfant (12 ans). Nous étions membres du bureau de cette association ce qui a créé de très forts liens d’amitié.

J’ai donc deux cercles amicaux très différents : dans le premier groupe, je suis la plus jeune, mais dans le second je suis la plus vieille. Du coup, dans le premier je peux parler ménopause et dans le second faire la fête toute la nuit ! »

Le virtuel, c’est cool aussi pour se faire des amis

Si vous avez plus de mal à aller vers les autres IRL (bienvenue au club !), vous pouvez profiter du virtuel pour nouer des amitiés fortes et sincères, ou au moins faire connaissance avec des personnes que vous pourrez ensuite rencontrer en chair et en os.

Emma, par exemple, a rencontré ses trois meilleures amies sur un forum de discussion entre femmes enceintes.

« Lors de ma deuxième grossesse, j’ai été arrêtée assez tôt, et rapidement, j’ai commencé à me faire royalement chier au fond de mon canapé. Heureusement, j’ai rapidement sympathisé en ligne avec un groupe de nanas qui partageait une même date d’accouchement prévue. Alors, au début, tu parles de tes soucis liés à ta grossesse, hein, on est là pour ça après tout. Et tu rigoles aussi, beaucoup, telle une baleine échouée sur ton canapé.

Et un jour, tu rencontres toutes tes copines en vrai, d’un coup en louant une baraque dans le centre de la France. Tu embarques tes mômes, ton chéri et tu passes un week-end à bouffer, rigoler, s’occuper d’un bébé qui n’est pas forcément le tien, mais que tu connais depuis toujours, virtuellement. »

Certains sites se sont même spécialisés dans les rencontres amicales (et plus si affinités), comme OVS (On Va Sortir) où les membres peuvent organiser des sorties (spectacles, bar à jeux, etc) pour rencontrer d’autres personnes dans leur ville. Même les sites de rencontres amoureuses peuvent parfois se révéler une mine d’or pour rencontrer des potes, comme l’explique Justine.

« Je me suis inscrite sur Geek Me More qui est, comme on pourrait s’en douter, un site de rencontres geek. Et c’est génial ! Bon, je n’ai toujours pas trouvé l’amour, mais je me suis fait plein de super potes ! »

Je ne saurais que trop vous conseiller d’aller traîner sur les forums de Madmoizelle, pour voir si des lectrices vivent près de chez vous.

Enfin, si vous êtes à l’étranger, n’hésitez pas à rejoindre des groupes Facebook dédiés aux expatriés. Des rencontres entre francophones sont souvent organisées et annoncées par ce biais, et ça peut être un bon moyen pour rencontrer des gens dans votre nouveau pays d’adoption.

Et enfin… se faire des amies grâce à votre chien !

Je n’y avais pas du tout pensé, mais Marie a trouvé une façon originale (et maligne) pour se faire des amis parmi ses voisins : promener son chien.

« En faisant des balades avec notre chien, on a croisé des propriétaires de chiens qui adorent tous parler de leur chien et donner des conseils. Nous avons alors découvert qu’il existait un groupe de balades dans la ville voisine avec 30 personnes qui organisaient régulièrement des balades pour chiens et humains et accueillaient volontiers de nouveaux membres. Ce groupe nous a permis de rencontrer pas mal de personnes avec lesquelles on a sympathisé ou pas.

Aujourd’hui, nous ne faisons plus trop de balades en grand groupe, mais nous avons découvert de vrais amis grâce à ce groupe et nous les voyons régulièrement, avec ou sans chien. »

Si vous avez un chat ou une tortue, c’est pas dit que ça marche aussi bien, mais n’hésitez en tout cas jamais à engager la conversation avec vos voisins et voisines. Déjà parce que c’est plus cool d’avoir de bonnes relations de voisinage et ensuite parce que si ça se trouve vous allez vous faire des amies pour la vie qui vivent à deux pas de chez vous. Plutôt chouette non ?


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

54
Avatar de vassilena
9 novembre 2023 à 09h11
vassilena
Je n'ai pas lu tous les commentaires, mais je suis surprise car pour moi c'est l'inverse : je n'arrivais pas à me faire des amis à l'adolescence et comme jeune adulte, et depuis que je suis adulte, ça marche tout seul (depuis mes 30 ans en gros, j'en ai 43 maintenant). Je suis casanière et je sors peu, j'utilise les RS pour me cultiver et discuter avec des amis d'amis intéressants, j'ai eu une phase forum aussi, et de fil en aiguille, sans avoir à chercher, j'ai développé des amitiés profondes, à partir du virtuel, des amis d'amis et de mes centres d'intérêt. Pour moi cela passe beaucoup par l'écrit. Cela dit, j'appelle "amis" toutes sortes de personnes car en fait on ne sait jamais qui sera vraiment là en cas de coup dur : l'(ex-)amie proche que je connaissais depuis mes études m'a systématiquement laissée tomber quand j'avais besoin d'aide alors que de simples connaissances virtuelles se sont révélées très investies. L'amitié, c'est mouvant aussi, on peut être proche un jour, moins les années suivantes, puis se retrouver plus tard. Je n'ai jamais eu de "bande de potes" et ce qu'on voit dans les films et séries n'a jamais existé pour moi, donc je n'ai pas la nostalgie d'amitiés fusionnelles de l'adolescence, c'est peut-être aussi pour ça que je trouve ma vie amicale adulte si satisfaisante. En tout cas, c'est important de tisser des liens.
1
Voir les 54 commentaires

Plus de contenus Amours

Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

5
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : HBO
Amours

La « girlfriend fluffer », ou quand votre partenaire vous utilise comme pansement

4
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

Source : Midjourney / image générée par IA
Psycho-sexo

Les français font moins l’amour : les raisons de cette « récession sexuelle » vont vous surprendre !

2
Lassées d’enchaîner les relations amoureuses déceptives qui les font douter de l’existence de l’amour, le vrai, certaines femmes décident de rejoindre le mouvement “Boysober”. L’idée ? Se “désintoxiquer” temporairement des relations avec le sexe opposé pour mieux appréhender ses relations amoureuses futures.
Psycho-sexo

C’est quoi la tendance « Boysober » qui préconise de se désintoxiquer… des hommes

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

couple-de-dos
Psycho-sexo

Qui sont les « Passport bros », ces masculinistes à la recherche de femmes soumises et dévouées ?

21
"Crédit : ROMAN ODINTSOV / Pexels"
Amours

J’ai ouvert mon couple, et je l’ai très mal vécu

36
« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2
Source : Ridofranz de Getty Images
Couple

Son union lui a coûté 27,90 € : « Le mariage le plus rentable de l’histoire ! »

La vie s'écrit au féminin