Ce qu’il faut retenir du plan d’Emmanuel Macron pour le secteur de la culture


Mercredi 6 mai, Emmanuel Macron a dévoilé son plan d'aide à la culture. Que retenir des grandes lignes de ce plan ?

Ce qu’il faut retenir du plan d’Emmanuel Macron pour le secteur de la culture

L’un des secteurs les plus impactés par la crise du coronavirus est sans conteste celui de la culture.

La culture, secteur désolé

Grand oublié des mesures gouvernementales et des discours du Président de la République, le secteur a connu des semaines difficiles, étant plongé dans une incertitude totale.

La comédienne Marina Foïs a d’ailleurs exprimé son désarroi sur Konbini :

« On a pas besoin de réponse pour la semaine prochaine mais on a besoin d’avoir l’impression qu’on est au cœur d’un processus. »

Elle en a profité pour rappeler que la culture draine plein de « petits métiers » et qu’il n’y a pas de hiérarchie dans la précarité.

Plusieurs artistes ont, de même, exprimé leur inquiétude et sommé l’État de prendre des mesures.

Emmanuel Macron a alors dévoilé, mercredi 6 mai, sa stratégie d’aide à la culture.

En voici les grandes lignes.

Une partie des lieux culturels rouvriront dès le 11 mai

Au sortir d’une réunion avec plusieurs représentants du secteur à L’Elysée, le Président de la République a expliqué :

« Il faut que les lieux de création revivent. […] Cet été, on ne fera pas de grands événements. On l’a déjà dit »

Il a poursuivi :

« On doit pouvoir rouvrir les librairies, les musées sans qu’il y ait trop de brassages, les magasins de disques, les galeries d’art »

Dès le 11 mai, une partie du secteur de la culture pourra donc retrouver un semblant d’activité.

Les festivals demeureront interdits

Sans surprise, les festivals ne seront pas à l’ordre du jour avant le mois de septembre, tout comme le seront de toute manière les rassemblements de plus de 5000 personnes.

Emmanuel Macron a expliqué :

« On aura un point fin mai, parce qu’on aura ce recul de trois semaines, et début juin on regardera comment les choses se passent et comment on peut réarticuler les choses avec le public. Là aussi il va falloir inventer de nouvelles formes. Ce doit être le mariage du bon sens et de l’innovation et c’est ce que vous savez faire. »

Une prolongation des droits des intermittents jusqu’à août 2021

Le Président a prévu des mesures conséquentes pour les intermittents du spectacle, qui souffrent particulièrement de la crise puisque leur activité a dû cesser de manière radicale.

Ainsi, les droits des intermittents du spectacle seront prolongés d’une année, au-delà des six mois où leur activité aura été impossible, ce qui amène à août 2021.

Emmanuel Macron a précisé :

« Je veux qu’on s’engage à ce que les artistes et techniciens intermittents soient tous prolongés d’une année au-delà des six mois où leur activité aura été impossible ou très dégradée. »

« L’année blanche » réclamée par le secteur devrait donc être mise en place.

La création d’un fonds d’indemnisation temporaire

Emmanuel Macron s’est également prononcé sur le sort des tournages de séries et de films.

« Il va être difficile de reprendre les tournages avant la fin mai. On pourra s’adapter en juin/juillet ce sera du cas par cas. L’idée est de créer un «fonds d’indemnisation temporaire» en lien avec le CNC, assureurs… Tout un écosystème vit du cinéma. Il faut que les Sofica (Société pour le financement de l’industrie cinématographique et audiovisuelle), banques assureurs viennent nous aider à indemniser. On n’y arrivera pas tout seul. »

Un fonds d’indemnisation temporaire va donc être mis en place pour soutenir le cinéma.

Voilà, douce Rockie, pour ce qui est du résumé du contenu des déclarations d’Emmanuel Macron relatives à la culture.

Que penses-tu de ces mesures ? Les penses-tu suffisantes ?

Kalindi Ramphul

Kalindi Ramphul


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!