Pourquoi simuler l’orgasme tue ta vie sexuelle à petit feu

Par  |  | 27 Commentaires

Le sexe, c'est cool quand ça donne du plaisir. Faire semblant d'en avoir, c'est mentir à l'autre mais aussi nier son propre droit à kiffer. Et ça, sur le long terme, ça te flingue une libido... Queen Camille te raconte pourquoi.

Pourquoi simuler l’orgasme tue ta vie sexuelle à petit feu

Mentir, c’est mal, et ça peut se payer cher.

Un jour, j’ai dit à ma grand-mère que j’adorait son gratin de blettes (c’est faux).

Depuis, j’y ai droit à chaque visite et je ne peux m’en prendre qu’à moi-même…

Au lit aussi, mentir sur ses préférences, c’est prendre le risque de se voir servir et resservir le même plat médiocre encore et encore.

Pourtant, 31% des Françaises simulent « assez régulièrement » l’orgasme avec leur partenaire, selon cette étude de 2015. C’est le niveau le plus élevé observé en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord.

Elles sont 49% à admettre avoir « assez régulièrement » des difficultés à atteindre l’orgasme, encore le niveau le plus élevé des huit pays de l’enquête.

Aussi, certaines décident de forcer quelques gémissements et mimiques suppliantes, pour des raisons variées dont voici une liste non exhaustive :

  • Ne pas paraître « frigide »
  • Flatter l’égo du mâle
  • Écourter le moment

Mais feindre le plaisir, c’est prétendre que les difficultés à s’accorder n’existent pas, et ça n’aide pas à les surmonter.

Ça traduit aussi une conception biaisée du sexe, basée sur la performance et la course à la jouissance.

Voilà donc pourquoi simuler l’orgasme nique ta vie sexuelle.


Enthousiasme ! 

Parce que l’orgasme n’est pas le Saint-Graal

Prétendre que la jouissance t’envahit traduit l’importance symbolique accordée à l’orgasme.

Dans cette vision des choses, l’orgasme valide la rapport et annonce sa fin imminente. La simulation permet par exemple d’accélérer l’achèvement d’une partie de sexe peu satisfaisante.

Mais… qui a dit qu’il fallait jouir à tous les coups ? Pas moi.

Parce que la pénétration est peut-être surcotée

Peut-être, hein.

Je parle bien ici de pénétration vaginale (le zizi dans la chatte), bref le truc que tout le monde (hétéro) imagine quand on parle de « faire l’amour ».

Mais moins d’une femme sur cinq atteint l’orgasme seulement grâce à la pénétration, d’après cet article.

Simuler l’orgasme vaginal, c’est préserver le côté sacro-saint d’une pratique largement surcotée. Car c’est au contraire la diversité des stimulations qui donne les meilleurs résultats !

Le plaisir féminin est avant tout clitoridien. Nier cette réalité en simulant risquerait bien de survendre le rôle du pénis dans l’orgasme… 

Rendre la pénétration optionnelle, un blasphème ?!


Si tu savais…

Parce qu’on est pas dans un porno

Les films porno donnent l’impression que plus une femme prend du plaisir, plus elle fait de bruit.

L’idée est poussée à son maximum en montrant des femmes qui gémissent avec constance d’un bout à l’autre du rapport, et quelle que soit la pratique.

Or, dans la vraie vie, la jouissance peut se dérouler… dans le silence !

Parce que ça empêche de prendre du plaisir

Oui parce que rappelons que c’est un peu le but du jeu à la base. Or pour vivre le moment, il faut se laisser aller et lâcher prise.

Le calme du mental, l’abandon dans la pleine conscience, c’est la clé pour déguster l’instant présent comme il se doit.

C’est l’état que recherchent les gens qui méditent par exemple !

Le mental et la conscience pure fonctionnent comme des vases communicants. Si l’on sollicite l’un, l’autre a moins de place pour s’exprimer.

Donc si tu es concentrée sur ton jeu d’actrice (il faut quand même que ce soit réaliste…), tu n’es pas concentrée sur tes sensations. It’s simple math.

D’aucun argumenteront en faveur du fake it til you make it. Simuler peut permettre de s’exciter, de se mettre dans le bain pour préparer le terrain à un authentique orgasme.

Mais au lit comme dans la vie, cette philosophie n’est pas un bon conseil sur le long terme.

Pour régler les problèmes, mieux vaut en parler sincèrement que faire l’autruche, non ?


Là, je pense qu’on est sur de la sincérité

Parce qu’il vaut mieux communiquer

Il est facile de blâmer l’autre lorsque l’on rencontre des difficultés à prendre du plaisir.

Simuler permet de ne pas froisser l’ego de son ou sa partenaire, de lui faire croire qu’il/elle assure quand c’est tout le contraire, avec par exemple des indicateurs sonores qui l’induisent en erreur. 

Les sons et gémissements peuvent être utilisés avec sincérité pour guider ton partenaire. Lui envoyer de faux signaux, c’est le laisser délibérément dans le faux !

Pendant qu’on ment, on ne fait pas l’effort d’identifier ce qui nous fait vraiment du bien et de le communiquer à notre partenaire.

Que peut-on espérer de cette mascarade du kif ? Les meufs qui simulent auraient-elles renoncé à leur propre plaisir ?

Parce que le sexe n’est pas fait que pour les hommes

Les hommes ont un besoin irrépressibles de sexe. Les femmes non, mais elles sont toujours prêtes à rendre service.

Voilà le genre d’idées reçues qui entretiennent le mythe que le sexe est fait pour le plaisir des hommes et qui nient que les filles aussi aiment ça.

Le plaisir féminin est tabou, pointé du doigt comme une perversion.

D’où une passivité des femmes dans les rapports hétéros. Simuler, c’est valider que son plaisir est secondaire, que l’expression de ses véritables désirs est gênante, superflue.

Et ça, c’est grave.

Arrêtons de prendre notre partenaire pour un benêt crédule, exprimons vraiment ce qui va et ce qui ne va pas et réclamons notre plaisir !

À lire aussi : Comment faire jouir une femme quand on est un homme ?

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Pikalovescoke
    Pikalovescoke, Le 11 juin 2018 à 14h28

    severuspotter
    la question que je me pose c'est pourquoi autant d'homme ne font pas attention a ce que leur copine ait du plaisir? ait des orgasmes? pourtant si on aime la personne on a envie qu'elle soit heureuse non?
    Je vais répondre pour ma part car je simule CAR mon copain fait attention à ce que j'ai du plaisir et des orgasmes. Je sais qu'il va se sentir mal dans sa peau si il n'y arrive pas et j'ai pas envie qu'il se sente mal alors 85% du temps, si j'ai pas de plaisir, c'est ma faute (j'ai du mal à lâcher prise). Lui fait tout bien et j'ai pas envie de le décourager car quand je suis bien dans l'instant, c'est génial ! Ca sert à rien de discuter là dessus, il n'a rien à changer dans ce qu'il fait, c'est moi qui doit travailler sur moi et lui faire comprendre que je prends pas toujours du plaisir ne fera qu'empirer les choses.
    (je précise que j'exagère pas non plus, je fais pas genre j'ai le méga plaisir alors que j'ai qu'une envie regarder la télé. Je fais juste de quoi pas être en mode "bitchy resting face"/étoile de mer)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?