Vous avez aimé Gone Girl ? Vous allez adorer Sharp Objects

Par  |  | 10 Commentaires

Sharp Objects est la meilleure série de l'année. Voilà. C'est dit. Laissez Mymy vous expliquer pourquoi.

Vous avez aimé Gone Girl ? Vous allez adorer Sharp Objects

J’ai une confession à vous faire.

Je suis misogyne. Mais je fais pas exprès.

Je suis culturellement misogyne, je précise.

Mes auteurs préférés sont des hommes : Stephen King, Paul Auster, Naoki Urasawa.

Mes réalisateurs préférés sont des hommes : Wong Kar-wai, Wes Anderson, David Fincher.

Mes chanteurs préférés sont des hommes : Odezenne, Damien Rice, Ben Mazué.

Mes héros ne sont jamais, ou presque, des héroïnes. Et je crois que c’est parce que souvent, je m’attache aux anti-héros, aux méchants, aux personnages sombres.

J’ai l’impression qu’une femme antagoniste, ou une anti-héroïne, c’est trop souvent une espèce de femme fatale vénéneuse, ultra-sexuelle, qui cache du poison dans ses stilettos. Et ça ne me parle pas vraiment.

Heureusement, j’ai fini par découvrir Gillian Flynn et ses personnages féminins en mille morceaux.

Gillian Flynn, auteure de femmes ténébreuses

Gillian Flynn a été journaliste avant de devenir romancière et scénariste.

C’est à elle qu’on doit la bombe Gone Girl (en français Les Apparences), adaptée au cinéma par David Fincher, qui met en scène la disparition d’une femme à laquelle on donnerait le bon Dieu sans confession…

Mais les héroïnes de Gillian Flynn cachent une part d’ombre, et sous leurs longs cheveux se dissimulent souvent une grande dangerosité.

L’auteure a travaillé sur l’adaptation en mini-série de son roman Sharp Objects (en français Sur ma peau), réalisée par Jean-Marc Vallée (Big Little Lies).

C’est très clairement la meilleure série de l’année, selon moi… et pourtant, Dieu sait que je plaçais beaucoup d’espoir dans Castle Rock.

Alors laissez-moi vous convaincre de regarder Sharp Objects !

Sharp Objects, la meilleure série de l’année

Je vous fais le pitch rapidement : Camille Preaker, journaliste, est envoyée par son rédac chef dans la petite ville de Wind Gap, Missouri, où elle a grandi.

Cette commune du Sud est dominée par Adora Preaker, la mère de Camille, gérant d’une poigne de fer l’usine de cochons qui fait vivre la plupart des habitant·es. Une reine en son royaume.

Si Camille retourne à Wind Gap, c’est pour couvrir une affaire policière. L’année précédente, une adolescente a été retrouvée assassinée dans les bois. Et un an plus tard, une nouvelle jeune fille a disparu.

Qui attaque les enfants de Wind Gap, et pourquoi ? C’est la question à laquelle Camille va essayer de répondre… enfin, officiellement.

Car pour elle, retourner dans les griffes d’Adora, c’est aussi se confronter à tout un pan de son trouble passé.

C’est se rappeler de sa petite sœur Marian, malade et faible, décédée toute jeune. C’est faire face à une ville pour qui elle est devenue une étrangère.

Sharp Objects n’est pas un Agatha Christie. Camille ne va pas de témoin en témoin, reliant les indices, avant de révéler, triomphante, sa conclusion à une assemblée conquise.

Ce n’est même pas tant une histoire de meurtre. C’est une histoire de femmes, de femmes violentes et violentées, de celles qui ont survécu et de celles qui ont succombé.

La mortelle beauté de Sharp Objects

Je vous interdis de regarder Sharp Objects d’un œil distrait. INTERDIS, tout à fait ! Vous risqueriez de rater tous ces détails, tous ces souvenirs comme des flash, tous ces mots qui n’ont rien à faire là.

Dans Sharp Objects, la mort n’est jamais loin. Celle sur laquelle on enquête, bien sûr, mais aussi celle qui rôde, et a teinté toute la ville de son empreinte.

Les fantômes errent dans l’esprit de Camille, dans la maison d’Adora, dans le regard d’Amma, son autre petite sœur, elle aussi adolescente, qui sait qu’elle ne sera jamais autant aimée que Marian.

Jean-Marc Vallée a un talent incroyable. C’est un réalisateur peu conventionnel, qui sait mieux que personne représenter les errances de l’esprit, les souvenirs qui remontent brutalement, la confusion entre passé et présent.

Sharp Objects, ces femmes qu’on ne voit jamais

La vie de Camille est émaillée de femmes, certaines cruelles, d’autres douces, qui toutes vont lui revenir en mémoire, parfois brouiller sa perception de la réalité.

Dans Sharp Objects, les femmes sont abîmées. Traumatisées. Droguées. Alcooliques. Toxicomanes. Paranoïaques. Mauvaises. Hypocrites. Infidèles.

Certain·es ont reproché à Gillian Flynn, et à Gone Girl, d’être misogyne. Mais ce n’est pas ce que je vois, moi !

Je ne vois pas une auteure qui prétend que « toutes les femmes » sont comme ça. Tout comme l’omniprésence dans la fiction des tueurs en série ne dit pas que tous les hommes sont des meurtriers.

Non, je vois une auteure qui donne le droit aux femmes d’être comme les hommes. C’est-à-dire, le cas échéant, aussi cruelles, dangereuses, néfastes, désabusées que ces mecs dont la pop-culture nous abreuve.

La vierge ou la putain, ce sont souvent les seuls choix qu’ont les femmes, dans la vie comme dans les histoires. Gillian Flynn fait péter ces codes.

La sexualité des héroïnes de Sharp Objects est compliquée — et oui, c’est parce qu’elles sont des femmes. C’est parce qu’elles vivent, comme moi, dans un monde où le désir féminin n’est pas neutre.

Leur cruauté est perfide, leurs couteaux souvent plantés dans le dos, mais c’est parce qu’elles tentent désespérément de maintenir cette façade lisse que la société attend d’elles.

Le monde entier s’est passionné pour Rust Cohle, détective désagréable et cynique de True Detective. Moi, c’est Camille Preaker avalant sa vodka dès 9h du matin qui m’a fascinée.

Sharp Objects, un tour de force

Vous l’aurez probablement reconnue : Camille, c’est Amy Adams, célèbre actrice. Dans les flash-backs, sa version jeune est incarnée par Sophia Lillis, révélée dans Ça (chapitre 1).

Le talent d’Amy Adams n’est plus à prouver, et le reste du casting n’a pas à rougir.

La toxique Adora, c’est Patricia Clarkson — mère parfaite dans Easy A, ex-femme terrifiante dans Parks and Recreation.

La jeune Amma, c’est Eliza Scanlen, une révélation venue d’Australie qui trouve parfaitement sa place auprès d’actrices et acteurs bien plus expérimentés.

Richard, le détective en charge de l’affaire, c’est Chris Messina, coup de cœur dans The Mindy Project qui livre ici une part plus dramatique de son jeu d’acteur.

Et tout ça sous l’œil incroyable de Jean-Marc Vallée, ça donne une série qui est non seulement fascinante, mais aussi belle, palpable, sans la moindre fausse note. Comme une symphonie qui sonne juste.

Sharp Objects, un sans-faute d’un bout à l’autre

Sharp Objects vient de se terminer. Hier, pendant ma pause déjeuner, j’ai retenu mon souffle devant le dernier épisode, le dénouement tant attendu.

Et c’était formidable(ment horrible). C’était plus que réussi.

C’est donc en pleine confiance que je vous SUPPLIE de regarder Sharp Objects, avec des shots de vodka une boisson réconfortante et un bon plaid. Parce que c’est pas jojo, hein.

Mais putain qu’est-ce que c’est BIEN.

Où voir Sharp Objects ?

Sharp Objects est disponible en intégralité sur OCS.

Le livre est disponible sur Amazon ou sur Place des Libraires, tout comme les autres œuvres de Gillian Flynn : Les Lieux Sombres (Dark Places), Les Apparences (Gone Girl) et le recueil de nouvelles Nous allons mourir ce soir (What do you do?).

À lire aussi : Les 3 séries du moment à voir avant la rentrée (vite, vite !)

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Neverland90
    Neverland90, Le 8 septembre 2018 à 19h24

    J'ai adoré cette série, je viens de terminer et bon j'avoue par contre avoir deviné l'identité du coupable dès le début mais il manquait le mobile.
    Les acteurs et les actrices sont vraiment bien choisies.
    Je suis satisfaite de la fin et c'est très bien qu'il n'y est pas de suite.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!