Cinq raisons d’aimer le retour des beaux jours

Le printemps, c'est bien. On est toutes d'accord. Stop les mains gercées par le froid, les passants qui tirent la gueule, et le ciel gris qui rend maussade les plus enjouées d'entre nous. Bon alors, en quoi le printemps est-il la meilleure saison de l'année ? En vrai ?

Cinq raisons d’aimer le retour des beaux jours

Photo Flickr de Pasotraspaso

Medley des 5 raisons d’aimer ces 3 mois qui s’intercalent parfaitement entre l’hiver et l’été. Et le meilleur dans tout ça, c’est que la liste n’est pas exhaustive.

1. TA GARDE-ROBE EST DE BONNE HUMEUR.

Tu ressors la marinière. Tant pis si tu croises 42 nanas qui l’arborent aussi, ce matin dans le métro. La marinière, c’est comme la robe noire : c’est un classique, une pièce phare de ton armoire, celle qui s’accommode avec tout. Que tu la portes avec ta jupe taille haute et tes sneakers ou avec un pantalon droit et des talons compensés, PEU IMPORTE : la marinière se marie avec tout. La marinière, c’est l’air de la mer, le sable dans tes cheveux, ta peau hâlée, une glace double parfum dans ta main. Tout ça à la fois, même si là tout de suite, c’est dans la rue pour aller à la fac que tu la portes.

Le raisonnement tient aussi pour la robe à fleurs qui te donne l’impression d’être tout droit sortie de La Petite Maison Dans La Prairie (celle que tu as trouvé à la friperie ou celle que ta maman t’obligeait à mettre en primaire pour aller en vacances à La Baule et même que tu tirais la gueule, alors que tu as été ravie d’acheter la même chez H&M l’été dernier – ingrate !), les espadrilles (quoi, on pue des pieds dedans ? Mais non, les filles sentent toujours la rose, t’es dingue Alfred), les accessoires dans les cheveux (puisque tu n’es plus tenue de porter un gros bonnet ou des cache-oreilles qui te décoiffent, tu peux maintenant arborer le serre-tête, le ruban, le foulard lascivement attaché à tes cheveux, go baby go !).

2. TU REINVESTIS LE TERRITOIRE.

Oui chérie, tu n’es plus obligée de rester cloîtrée chez toi ou de fuir comme la peste les trajets dans le froid qui te mènent à un point A (au chaud) à un point B (au chaud aussi). A toi les terrasses (à midi, en afterwork, le soir, tout le temps !), les quais (de la Seine à Paris ou du petit canal qui traverse ta ville, allez, il y a forcément un coin d’eau à squatter), ton jardin, les marches du théâtre, un banc public (pour croquer dans ton jambon-beurre à midi, parfait non ?). La ville t’appartient, tu peux courir dans la rue au milieu des voitures en t’imaginant dans un champ au milieu des coquelicots. Si, je te jure, fais le. C’est salvateur.

Traîne dans la rue, observe les pigeons roucouler, discute 1h debout au soleil devant le lycée/la fac/le ciné sans avoir à dire « bon, il caille, on se rentre ? » Non, là, il fait beau, tu as ton léger coupe-vent, tu te sens invincible. TOUT VA BIEN.

3. TU ES UNE STAR.

Les lunettes de soleil, c’est officiellement à partir de maintenant que tu as le droit. Tes Wayfarer noires, tes lunettes fantasie, celles de ta maman quand c’était encore une hippy dévergondée et pas encore la femme qui aujourd’hui te fait les yeux noirs quand tu laisses traîner tes chaussettes. Tu peux même adopter la technique de ma copine Stef : mettre tes lunettes le matin quand tu n’as pas le temps de te maquiller, et n’appliquer ton crayon khôl qu’une fois arrivée à la fac, dans les toilettes du bâtiment B. A partir de maintenant dans l’année, tout est permis.

4. LES GENS SONT HEUREUX.

Si la mauvaise humeur est communicative, bonne nouvelle, la bonne humeur l’est aussi. Allez, ta boulangère est en émoi, les gens sont plus souriants, le métro sent un peu moins le moisi.

Tu n’es évidemment pas obligée de rejoindre ce genre de groupe :

ou participer à ce genre de discussions :

mais pour être honnête, tu es tellement de bonne humeur que tu te le permettrais bien. Allez, va donc, petite fleur. Personne ne t’en voudra, tu peux même ouvrir ta fenêtre et le crier aux gens qui passent. Le bon temps se vit plus IRL que 2.0.

5. LES JOURS SONT PLUS LONGS.

Pas besoin d’avoir fait maths sup/maths spé pour en déduire qu’un jour plus long, c’est avant tout plus de lumière.

Psychologies.com nous explique le mécanisme qui s’opère :

Le soleil, ou plutôt la lumière qu’il dispense, nous met de bonne humeur: elle rend les êtres plus expansifs, plus euphoriques, plus énergiques, car elle bloque la synthèse d’une hormone particulière, la mélatonine.

Toi qui as hésité tout l’hiver à investir dans ceci, voilà ton problème presque réglé. Dors les persiennes légèrement entrouvertes, et laisse le soleil venir te chatouiller les narines au réveil.

Ensuite, devant ton bol de céréales, récite ce poème que tu auras appris par coeur et fais la danse du ventre un tournesol à la bouche.

Comment ça, c’est ridicule ? Fais donc exploser les papillons que tu as dans le ventre, mon enfant !

Et toi, quels sont tes petits plaisirs de printemps ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 23 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Llits
    Llits, Le 2 mai 2010 à 18h02

    Mais moi j'adore l'hiver :errf:
    La neige, les chocolats chauds, le thé brûlant, les after-eight, mettre des bougies à 6h parce que façon il fait noir et que c'est trop cool les bougies, s'emmitoufler dans des bons gros pulls tout chauds, mettre des bottes, déraper sur le verglas, aller se promener dans la neige et se faire couler un bain chaud, se taper des raclettes et des tartiflettes...
    Allez quoi, c'est chouette aussi l'hiver !!! :d

Lire l'intégralité des 23 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)