Paul Taylor envie nos conditions de travail dans un nouvel épisode de What The Fuck France

Par  |  | 62 Commentaires

L'Anglais Paul Taylor s'est intéressé au travail pour ce nouveau What The Fuck France, et il ne trouve pas franchement qu'on se tue à la tâche...

Paul Taylor envie nos conditions de travail dans un nouvel épisode de What The Fuck France

Avec ses habituelles railleries sur notre accent anglais, Paul Taylor s’énerve cette semaine dans son What The Fuck France sur le travail.

Apparemment, le reste du monde nous trouve paresseux – il faut dire que les 35 heures et autres allocations chômage ont de quoi en rendre plus d’un jaloux.

Il considère que cela nous laisse beaucoup trop de temps libre, que l’on passerait à nous plaindre et à fumer. Et puis il y a le CDI, le Holy Graal qui permet d’avoir un appartement ou un prêt bancaire.

C’est l’occasion d’évoquer le naufrage de l’adaptation française de The Apprentice, une télé-réalité où les américains se battaient pour avoir la chance de travailler avec… Donald Trump.

« Ah, comme les temps changent ! » souligne Paul sous sa splendide perruque.

Bon, c’est gentil, il nous reconnait tout de même des résultats sans appel avec notre place de sixième plus grosse économie mondiale. Jealous ?

À lire aussi : Dans What the fuck France, l’Anglais Paul Taylor se moque de l’administration française


Melissa

Mélissa fait les témoignages, mais ce n'est pas elle qui vit toutes les histoires qu'elle raconte - et heureusement parce que sa vie serait un peu compliquée ! Elle aime les pois et s'empiffrer de Kinder en sirotant son thé.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Aspirateur-killeuse
    Aspirateur-killeuse, Le 9 février 2017 à 3h05

    Les 35h sont un mythe. J'ai travaillé dans une société de courtage parisienne très huppée et j'étais à 37h en tant que débutante et on demandais aux collaborateurs un peu plus expérimentés de travailler jusqu'à 39h. Certes nos heures supplémentaires étaient rémunérées comme telle, mais nous avions une certaine pression pour respect cette espèce de règle implicite. Le matin en arrivant on badgeait sur le pc, lorsqu'on allait en pause dej on debadgeait et en revenant on badgeait, et le soir on debadgeait. Si on faisait 35h dans la semaine, il arrivait de recevoir un mail nous demandant de confirmer que nos heures de travail enregistrés par le système étaient corrects.
    J'ai discuté avec des collègues dans la filière mais dans d'autres cabinet la règle était semblable. Donc qu'on arrête de parler des français privilégiés qui travaille 35h par semaine et que ils passent le reste à rien foutre. Car c'est faux. Il faut dire qu'on a été le 1er pays à se rendre compte que les patrons empiétaient sur la vie privée de leur employés en faisant la loi du droit à la déconnexion. On lutte pour nos droit en France. Paul Taylor se foutait de nos grèves y a quelques épisodes. Oui ben nos grèves nous ont permis d'acceder à des privilèges. Des privilèges pour lesquels ont s'est battu. Et quand on dit "oui mais les autres pays". Le droit de grève existe dans de nombreux pays. Et quand les employés se battent ils peuvent arriver à quelque chose

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!