Les 10 commandements du « mommy porn »

Le « mommy porn », lancé par 50 nuances de Grey, envahit les librairies. Vous voulez vous aussi écrire votre romance teintée de fessées ? Suivez le guide !

Les 10 commandements du « mommy porn »

— Article initialement publié le 6 novembre 2013

Vous le savez sûrement, la vague du « mommy porn » (littéralement « porno pour mamans ») fait fureur. Cinquante nuances de Grey, Crossfire, Beautiful bastard, 80 notes de jaune… autant de titres que vous avez déjà certainement vus et revus, bien mis en avant dans vos librairies.

À lire aussi : Cinquante Nuances Plus Sombres a une nouvelle bande-annonce

Vous voulez connaître la clé du succès de ces livres et, pourquoi pas, en écrire un ? Alors suivez ces 10 points et votre livre deviendra lui aussi un best-seller mondial ! (Ou pas.)

1. Un titre bateau à ton livre tu donneras

Et pour ça, je te conseille deux pistes. Après Dévoile-moi, Regarde-moi et Délivre-moi, tu pourrais tenter Déflore-moi, Prends-moi ou Domine-moi. ? Sinon, après 50 nuances de Grey et 80 nuances de Jaune, tu pourrais tenter 666 tons de rouge sang ou Zéro déclinaison d’orgasme.

Pour ce qui est de la couverture, pas besoin de chercher très loin non plus. Après la cravate, les boutons de manchettes, le porte-clef, la ceinture, le masque et les menottes, tu pourrais choisir une braguette de pantalon, un caleçon, un portefeuille, ou un gode (ah non : on me susurre à l’oreille, d’une voix de velours, que le gode n’est pas un accessoire typiquement masculin, au temps pour moi, pardon).

2. Un héros jeune et riche tu choisiras

Et quand je dis riche, c’est genre vraiment riche. Genre il a des immeubles qui lui appartiennent, un chauffeur, et bien sûr il sera l’heureux propriétaire de la société ou de l’immeuble où ton héroïne travaillera (les coïncidences, y a que ça de vrai dans la vie).

Si tu penses que 27 ans, c’est un peu jeune pour être à la tête d’une multinationale, ne t’en fais pas : tes lecteurs et lectrices ne seront pas dérangé•es par ce point. La seule chose qui compte c’est qu’il soit riche, et qu’il soit beau (peu importent les moyens, seul compte le résultat)(et les orgasmes, bien sûr).

3. Forcément dominant ton héros sera

Ce héros ne se contentera pas d’être beau à mourir, d’avoir une voix de velours prompte à provoquer des orgasmes, et d’être bâti comme un dieu (ce que notre héros est assurément) (et pour cause : baiser dix fois par jour, ça doit tenir en forme) (je te vois lever un sourcil sceptique, mais si, il arrivera à travailler et gagner ses millions même en passant son temps à coucher : je t’ai déjà dit de ne pas t’encombrer avec ce genre de détails).

Il ne se contentera pas d’être superbe et convoité (car oui, toutes les femmes en sont folles et non, jamais il n’est tombé amoureux) (jusqu’à sa rencontre avec notre héroïne bien sûr) : il sera aussi dominant. Graaaou.

Voilà, comme ça.

Il peut être vraiment dominant, du type « je fais signer un contrat qui fera de l’héroïne ma chose, elle ne pourra plus manger que ce que je dis et quand je le dis, elle portera ce que je veux et surtout elle ne traversera pas la rue toute seule » ou alors il peut être dominant, mais plus en nuance (mais pas de gris), à savoir surtout dans les actes sexuels.

Dans tous les cas, ton homme aime le contrôle. Et là aussi, peu importe que tes lecteurs et lectrices  ne supporteraient pas un homme comme ça dans la vraie vie, car là, justement, ce n’est pas la vraie vie et quand elles fantasment, ce qu’elles aiment, c’est être dominées (et fessées, les coquines).

À lire aussi : Qu’est-ce qu’un pervers narcissique ? — Le Petit Reportage

4. D’un passé trouble ton héros tu doteras

Sœur décédée, mère droguée, privé de Nutella ou de Coca dans sa jeunesse (ou comme l’auteur de ce billet, de peluche Popples) : tu peux y aller sans restrictions niveau malheurs et traumatismes car tout passe comme une cravache à la Poste.

D’ailleurs, plus ton héros sera traumatisé, plus tes lecteurs et lectrices auront envie de le réconforter et d’être la femme qui arrivera à chasser ses démons.

Privé de cours de poney à sept ans, Marcel se remet difficilement.

5. Ton héroïne les quatre fers en l’air finira

Pour faire rencontrer tes héros, tu pourrais — je dis ça comme ça, une simple idée, mais tu pourrais — par exemple faire en sorte que la fille s’étale devant Apollon. Ou qu’elle soit maladroite et qu’elle trébuche, ou se heurte à un mur (les abdos de ton héros en l’occurrence).

Quoi qu’il en soit, fais-la se retrouver les quatre fers en l’air. Il paraît que c’est un must pour donner envie à Apollon de la connaître plus en profondeur (si tu vois de quelle profondeur je veux parler).

Peu importe, que nous, pauvres femmes mortelles, ne soyons pas gracieuses quand nous tombons et que nous donnerions sûrement plus envie de rire à un bel homme que de nous prendre, là, à même le sol : ce qui compte c’est que ça marche. Et c’est le cas. La chute comme entrée en matière, c’est prouvé, ça excite les hommes. Si si.

À lire aussi : Les clichés hollywoodiens VS ma vie quotidienne

6. Les mots crus ton héroïne kifferas

Ton héroïne, quant à elle, pourra être banale, une femme comme nous toutes, en somme, ou elle-même traumatisée, selon ce que tu préfères (elle peut-être les deux aussi, ce serait le bouquet comme Carole).

Dans les deux cas, une chose est sûre, elle devra im-pé-ra-ti-ve-ment être étroite, mouillée et toujours prête à recevoir ton héros de sorte qu’il puisse le lui dire quinze fois par tome, au moins (sinon ton livre risque de faire un flop). Car c’est bien connu, nous sommes toutes excitées quand on entend notre homme nous dire que nous sommes « si étroites » et si « mouillées » pour lui.

Parle-moi mal, grand fou.

7. L’orgasme facile ton héroïne aura

N’oublie pas que si ton héros est dominateur, ton héroïne sera une dominée et exécutera gentiment ce qui lui sera demandé. Ainsi, elle jouira quand ton héros le lui demandera, toujours prompte à obéir. Pratique.

À lire aussi : Portrait cul — Amélie, 22 ans, en couple libre : « J’ai une sexualité que j’assume et un corps que j’aime »

D’ailleurs, en parlant de jouissance : notre héroïne, qui jusqu’alors, n’aura soit jamais connu d’orgasme, soit jamais plus d’un par rapport (ce qui est déjà pas mal, j’ai envie de dire), n’en aura désormais jamais moins de trois à chaque fois. Pour un peu, il me prendrait l’envie de m’étaler devant un bel homme demain, dites donc.

8. Une accro au sexe imaginative en ton héroïne se révèlera

Tu l’auras compris : ton héroïne se révélera être accro au sexe (y a pas de mal ceci dit), elle aime faire des fellations (et elle est douée en plus) et elle n’a pas peur de folâtrer un peu partout : voiture, bureau, bateau, lit, ascenseurs…

Combo voiture + bateau ! Difficile à battre.

Ton défi est de trouver le plus d’endroits où leur faire faire leurs petites histoires. Mais bon, sache qu’ascenseur et limousine, c’est déjà pris. Ainsi que douche, lit, hôtel, salon des parents du héros alors qu’une fête bat son plein, et maison dans le jardin des parents. À toi d’être inventive ! Surprends tes lecteurs et lectrices, fais-les rêver (avec des boules de geisha lors d’une soirée caritative, par exemple) (ah non, on me dit que c’est déjà fait, pardon) !

9. Par le sexe, tous les problèmes tu règleras

Souvent, tes deux héros se disputeront. Soit à cause d’une ex (l’incontournable l’histoire de l’ex-copine qui réapparaît et que l’homme n’arrive pas à complètement envoyer chier), soit à cause d’incompréhensions, souvent à cause de non-dits.

Mais finalement, peu importe la raison de la dispute, ce qui est important, c’est le « make up sex ». La réconciliation sur l’oreiller. Je dirais même plus : pas besoin de faire en sorte qu’ils communiquent et s’expliquent, s’ils baisent et que ton héroïne a ses 32 orgasmes d’affilée, personne ne te demandera pourquoi leur problème n’est toujours pas résolu.

Car souviens-toi : tes lecteurs lisent ce livre pour le cul, pas pour savoir pourquoi ils se sont disputés.

10. Ton héros en chaton mignon se transformera

Enfin, ton héros, si dominant, si beau, si arrogant, si sûr de lui soit-il au commencement de ta série (en bref tout ce qui a fait craquer tes lecteur•ice•s au début), changera complètement et deviendra un gentil garçon bien rangé, plus du tout dominateur, totalement dépendant de ton héroïne : il se transformera en garçon quelconque, sauf qu’il sera toujours bien membré et friqué.

Bref, ton héros va devenir l’exact opposé de ce qui faisait fantasmer tes lecteurs à la base, et tout ça pour une fille. Et c’est là le vrai filon de ton livre. Dans chacun•e de tes lecteur•ice•s se cache une personne qui rêve secrètement qu’un homme ou une femme intouchable et renfermé•e s’ouvre à elle, et qu’il finisse par changer complètement rien que pour elle.

Enfin, et c’est là le petit bonus du jour (rien que pour vous, vous le valez bien), faites durer le plaisir : même si votre intrigue pourrait largement tenir en un tome, écrivez-en au moins trois. Vos lecteur•ice•s seront heureu•x•ses de retrouver leur fantasme pour de nouvelles aventures (comprendre : parties de jambe en l’air) et vous, vous gagnerez le triple. Elle est pas belle la vie ?

Aussi fou que cela puisse paraître, voici la base d’histoires qui se vendent à des millions d’exemplaires. Je vois d’ici les grand•e•s fans de Gideon et de Grey s’insurger, mais je crois qu’ici, rien n’est dit qui ne soit pas vrai ! Ça ne veut pas dire que je juge, car moi-même j’ai lu et vais continuer de lire (voire d’apprécier) ce type de livres.

Je n’ai fait que lister quelques points communs entre toutes ces romances, sans juger (ou à peine) ! Et pour les futur•e•s romancièr•e•s, vous voilà donc paré•e•s, faites-moi signe si vous voulez que je lise votre récit en avant-première : je m’en ferais une joie toute orgasmique.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 32 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Dalhousie
    Dalhousie, Le 14 octobre 2016 à 13h26

Lire l'intégralité des 32 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)