Je suis libertine — Témoignage

Suite à l'article J'ai testé pour vous... aller dans un club libertin, cette madmoiZelle libertine depuis des années nous en dit un peu plus sur ces pratiques et son rapport au sexe et au couple.

Je suis libertine — Témoignage

J’ai construit mon premier couple à 17 ans, et dès mon installation en ville pour mes études, j’ai tenté de proposer à l’homme de l’époque d’aller dans un club libertin… Pourquoi ? Je ne saurais le dire : j’ai toujours eu une libido et une imagination fertile dans ce domaine, dès mes premières pulsions sexuelles infantiles.

Le terme libertin lui-même m’est certainement venu de la télé ; l’idée du sexe partagé me séduisait, le film Le libertin a été certainement la première fois que j’entendais ce mot, sans compter Mylène Farmer et son « je je suis libertine, je suis une catin » ! Cet univers un peu provocant m’attirait irrésistiblement.

Un rapport direct et décomplexé à la sexualité

Il faut dire que j’ai eu une éducation à la sexualité décomplexée et sans tabou : pas de rose ni de choux à la maison. J’ai reçu une éducation à mon corps me disant que ce qu’il deviendrait, et m’enseignant que ce dont il aurait envie n’était pas sale mais un jeu. Mon père me répétait : « Vis ta vie, ma fille, avant de te poser ». Concernant la sexualité, tout était normal tant que je me respectais et qu’on me respectait. Certains pourraient dire que j’ai été éduquée « comme un garçon » par des parents ayant eux-même dû faire leur propre liberté…

Mon papa lui-même m’avait refilé des magazines mélangeant éducation sexuelle des années 70, du médical, des idées érotiques et de jolies photos de gens nus, sans vulgarité (enfin ce que moi j’appelle vulgarité, chacun ses limites). Ce n’est pas toujours évident de parler à sa fille directement, mais il a su le faire sans malaise et sans me dire « Vois avec ta mère ». Il a su s’impliquer dans l’éducation, avec la volonté de bien faire pour le bien-être futur de sa fille (merci papa).

Je pense que c’est une vraie clé de mon épanouissement actuel : au final, peu importent mes choix sexuels, je sais que rien n’est un problème tant que tout se déroule dans le respect. Mes envies ne sont pas limitées, et n’ont jamais été salies par des idées déformées et des jugements. Elles sont les miennes, sans honte ni frustrations.

Une première mauvaise expérience…

Avec ce premier copain de l’époque, nous avons fini par nous lancer… et ça a été un échec. Le problème était double : il s’agissait autant de notre couple que du club-même. Je n’étais pas bien accompagnée et j’étais mal renseignée : je n’avais pas lu autant de témoignages qu’aujourd’hui, j’étais plus jeune, je maîtrisais moins ma sexualité. J’avais envie, mais je n’étais pas prête à passer à l’action.

Je sais que depuis qu’on y est allés le club a changé : il a été modernisé, et la population a rajeuni. Mais ce soir-là, il y avait peu de monde : un couple âgé, des hommes seuls qui ne m’attiraient pas… Pour des novices, ce n’est pas forcément le top.

En plus, avec mon ex, nous n’avions pas vraiment parlé de ce que nous voulions, nous n’avions pas vraiment évoqué les possibilités, nos envies. Nous n’étions pas sur la même longueur d’onde sexuelle : il faisait partie des « fantasmeurs » voyant beaucoup de films, mais avec une imagination d’huître au moment du passage à l’acte et avec peu de fantaisie…

« Attends, j’finis mon chapitre »

Je ne dis pas que sans libertinage, on a pas d’imagination sexuelle (il y a plein de couples bien plus foufous que moi et qui font ça à deux chez eux !), mais juste qu’avec lui, au lit c’était bof. Et je crois qu’en fait, la sexualité libertine ne l’excitait même pas… Nous avons juste fini par faire l’amour dans un coin câlin, et cela n’avait rien de très agréable. Nous n’avons donc pas renouvelé l’expérience, et j’ai laissé de côté mes envies libertines.

Mais quand notre couple a commencé à battre de l’aile, j’ai vite retrouvé mes vieilles envies ! C’était il y a plus de deux ans. J’étais sur Paris, en phase de décision de séparation et avec une folle envie de m’amuser, et de reprendre ma vie en main, et sa sexualité avec — sexualité que j’avais un peu bridée depuis des années. Je n’avais rien prévu de particulier mais j’avais envie de chaleur, et pour être honnête, je regardais très régulièrement les clubs existants depuis plusieurs semaines, tentant de motiver mon futur ex à y aller. J’avais été fouiner sur les forums, j’avais consulté des avis, lu des témoignages et les principes des différentes pratiques. J’ai fini par y aller seule.

… et une deuxième bien plus concluante !

J’ai rencontré un couple, qui a eu une approche des plus respectueuses avec moi. Ils m’ont extrêmement bien accompagnée, en douceur et sans me forcer à rien. Il était clairement marqué sur mon front que j’étais novice, mais personne n’en a profité, et tous les couples ont eu une approche délicate. Après cette excellente soirée, difficile de ne pas vouloir y retourner…

Après près de six mois de célibat et de folles aventures chevauchantes (yihaaaa), je me suis inscrite sur un site de rencontres libertines. Et l’improbable s’est produit : j’ai eu un coup de foudre. Nous nous sommes vite mis en couple, et bon, quand deux libertins se rencontrent, ils ne passent pas le temps en faisant des colliers de perles… Nous avons donc sauté dans un inconnu que lui avait déjà pratiqué : le libertinage en couple.

Depuis, nous allons facilement une fois par mois en club, voire plus – beaucoup plus. Mais bien sûr nous avons une vie à côté, et nous ne sommes pas « en manque » quand nous ne pouvons pas y aller. Nous y allons avant tout pour le plaisir de nous retrouver à deux dans le jacuzzi, ou de sortir danser… Les jeux sexuels avec d’autres sont un bon plus, mais l’essentiel, c’est nous.

D’ailleurs, le libertinage n’est pas la même chose que l’échangisme ! Cela peut être de l’exhibition, du voyeurisme, du côte-à-côtisme (jeux à côté d’autres personnes/couples) etc. Ces jeux-là se font en couple, et pour certains cela restera toujours ainsi, ils n’iront pas plus loin parce que leur plaisir est là, point ! Il n’y a pas de surenchère, il y a juste le couple (ou la personne seule) et ses désirs.

Quand on décide de jouer avec des personnes extérieures à son couple, il y a des questions à se poser avant de se lancer : qui sommes-nous, de quoi avons-nous envie, à quoi sommes-nous prêts dans le respect de l’autre et de soi… Ces questionnements sont importants pour ne pas blesser son compagnon ou sa compagne, pour ne pas se faire du mal à soi-même et enfin pour ne pas faire subir des moments désagréables aux autres libertins dans le club (rien de pire que de se retrouver au milieu d’un couple qui se prend la tête alors que toi tu veux juste t’amuser).

Les règles définies par chaque couple ne sont pas pénibles ; ce sont juste des conversations importantes qui permettent de savoir ce que chacun peut accepter, et ce que chacun veut faire et ne pas faire. Par exemple, si mon copain et son ex étaient échangistes, nous, nous sommes mélangistes : tous les jeux sont possibles mais la pénétration avec d’autres personnes, non.

Nous nous plaisons dans cette situation, et nous parlons souvent de nos envies. Tous les couples libertins que nous avons rencontrés ont le même fonctionnement. Le libertinage est un jeu terriblement excitant et qui nous comble de plaisir, mais il peut être à double tranchant si l’un des deux est égoïste et ne respecte pas son partenaire…

Le libertinage

Le libertinage est basé sur le respect – à partir de là, tout est possible. Mais un non n’est pas négociable. Il existe un nombre quasi infini de pratiques : l’échangisme, le mélangisme, le côte-à-côtisme, le triolisme, le candaulisme (l’un des deux regarde l’autre avoir des rapports avec d’autres personnes), l’exhibitionnisme (dans des lieux spéciaux et avec des personnes averties), le fétichisme, le voyeurisme, la domination/soumission, l’échangisme séparé (on échange les partenaires et on va dans des pièces séparées)…

Je pense que certains jeux sont plus courants que d’autres, et que certains se font dans des clubs plus précis et/ou avec des partenaires sélectionné-e-s plus spécifiquement grâce aux sites dédiés.

TOUT EST POSSIBLE !

Je suis surtout habituée aux clubs humides, avec un coin jacuzzi/sauna/hammam : ceux qui en sont dépourvus ne m’intéressent pas. Dans ce genre de club, il y a très souvent une partie bar voire clubbing, avec une cage, une pole dance, et forcément des coins câlins. La majeure partie des personnes commencent dans le côté bar clubbing pour aller s’encanailler après… Même si les jeux débutent bien souvent dès le dancefloor, avec des jeux de regards, des approches, du frotti-frotta ou directement du gros rentre-dedans : chacun y trouve son compte. Mais libre à chacun de jouer où il veut, tout est permis après tout. C’est comme McDo, tu viens comme tu es !

Chacun reste lui-même dans sa façon d’aborder, de proposer ; c’est comme dans la vie, on fonctionne par affinités. Personne ne te saute dessus dès que tu arrives avec un « Viens on baise ». L’approche peut se faire sur la piste de danse, sur les banquettes, au bar, dans le jacuzzi ou encore dans le coin câlin si vous avez laissé la porte ouverte pour permettre à d’autres de tenter de vous rejoindre… Chacun son plaisir et son approche. Parfois sans un mot, parfois avec de longues phrases, mais rien n’est jamais forcé.

D’ailleurs, rien ne m’a jamais paru bizarre. Chacun fait sa vie… Bien sûr on ne se plaît pas tous, il y en a pour tous les goûts, mais je n’ai jamais vu d’attitude désagréable, irrespectueuse ou blessante.

Une rencontre n’est jamais une obligation de faire quoi que ce soit, ou alors ces gens-là n’ont vraiment pas l’esprit libertin… et c’est assez rare ! Il y a juste eu une fois en club où un gars nous a déclaré, à mon copain et à moi : « Vous êtes un couple, on est un couple, on est là pour ça »… Eh bien non, pas forcément !

Je trouve que la part de séduction que permet le libertinage est assez intéressante : l’être humain, homme ou femme, a besoin de savoir qu’il plaît, que ce soit par un sourire au collègue de bureau ou un petit compliment à la boulangère. Il arrive souvent un moment dans notre vie où, assoupi-e par le quotidien du couple, il est nécessaire et agréable de voir si l’on peut encore plaire. Ce petit piment de séduction, de nouveauté, est présent dans les jeux libertins.

On se prépare pour soi, pour l’autre, pour les autres ; on se plaît, on se séduit et on séduit… ce qui ne m’empêche pas de porter des chaussettes moches et un soutien-gorge de sport pour aller bosser le lendemain !

La bisexualité est particulièrement présente au féminin. Mais j’ai le sentiment que c’est une bisexualité de jeu, une bisexualité de plaisir. Fondamentalement je pense que la plupart de ces femmes restent hétéros dans leur mode de vie, mais le jeu entre femmes est très présent.

Par contre, les non-libertins qui viennent en club sont très dérangeants. Entendre alors que l’on s’amuse « Ils ne vont quand même pas faire ça ici, c’est dégueulasse ! », c’est irrespectueux et franchement déplacé ! Quand on entre dans un club « non conformiste », on sait où l’on va et on respecte les mœurs.

Mais si la curiosité respectueuse vous pousse à venir et pourquoi pas à franchir le pas de vous amuser en club, vous êtes le/la bienvenu-e ! Bien sûr on vous regardera, bien sûr on vous abordera, mais promis on n’en abusera pas. Mais surtout, n’allez jamais dans un club libertin uniquement pour faire plaisir à votre moitié ! N’y allez jamais par sacrifice alors que vous n’en avez pas envie !

Choisir un club

Au tout début c’est souvent du hasard… Mais il y a des sites avec des avis – on en trouve d’ailleurs même dans le Petit Futé. Les clubs ont leur page de présentation sur les sites libertins renommés. Sinon il faut tester, en parler avec d’autres personnes en club ou sur les sites de rencontres libertines.

Tout est possible : certains clubs ont une piscine extérieure entourée de bains de soleil, un grand complexe spa, des coins câlins dans des voitures aménagées (si si) ou encore de quoi manger ou dormir.

Mais l’hygiène est bien sûr l’option primordiale ! Les matelas en simili-cuir sont la meilleure option : ils sont bien plus faciles à nettoyer que ceux en tissu. Comme l’établissement distribue une ou plusieurs serviettes à chacun-e, on fait attention à toujours se poser dessus (ce qui donne toujours lieu à la phase « Tetris de serviette » fort amusante).

Il y a également du papier hygiénique à disposition, et des douches avec ce qu’il faut pour se nettoyer. Rien de sordide de ce côté-là : tout est propre, et un bon club n’est pas glauque ! Je suis même fondamentalement convaincue que les clubs libertins sont bien plus propres que beaucoup d’endroits publics dans lesquels nous posons nos fesses…

Bien sûr, c’est comme tout dans la vie : il existe certainement encore des clubs qui laissent à désirer. Renseignez-vous bien et fuyez si des choses vous semblent anormales. Le but est tout de même de s’amuser !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 23 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lolhamoon
    Lolhamoon, Le 21 juillet 2014 à 22h05

    dropofmilk;4839648
    lolhamoon;4838658
    Côte à côtisme = jeux de couples l'un à côté de l'autre en exhib ou pas. :pelle:  :pelle:

    Voyeurisme = "regarder tout simplement" :cyclope:
    "En exhib ou pas." JE comprend pas, si ils voyent d'autres, c'est qu'ils font de l'exhib non ?
    Dans une pièce fermée ou ouverte, ou dans la jacuzzi etc.
    Je voulais dire à des yeux autres que ceux du couple avec lequel on joue.
    Et l'exhib ne veut pas forcement dire faire le spectacle hein, juste jouer aux yeux des autres c'est deja de l'exhib puisque l'on autorise les autres a regarder.

Lire l'intégralité des 23 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)