Trench coat : son histoire (fictive) en 6 étapes

Le trench a une histoire aussi riche que le chocolat viennois, histoire sur laquelle nous allons nous pencher aujourd'hui pour mourir moins bête ce soir.

Trench coat : son histoire (fictive) en 6 étapes

1. La guerre invente le trench en chevreau

Le premier trench coat aurait été inventé par un petit tailleur allemand soucieux que les gens aient chaud en hiver. Le modèle Beta, un long manteau noir en cuir de chevreau et à double boutonnage, devrait faire un carton à Berlin, se dit-il. Bingo, un jour un mec chelou vient voir le petit tailleur et lui achète tout son stock et passe même avec lui un contrat d’exclusivité. Il est content car il vient de gagner 2000 Deutsch Marks d’un coup, mais un mauvais pressentiment le tarabuste. Effectivement, ce deal va freiner considérablement la cote d’amour de son manteau puisque le mec chelou fait partie de la Wehrmacht et il a décidé que le trench coat serait le manteau officiel de son crew.


C’est l’enfer de la mode, c’est vraiment super sympa.

Heureusement, les Alliés arrêtent de faire leur mauvaise tête, le général de Gaulle se lisse la moustache et demande enfin aux Américains de venir filer un coup de main parce que ça commence à sentir le Strudel à travers genre toute l’Europe.

Les Américains disent ok, et viennent mener bataille sur les plages du débarquement, jusqu’à ce qu’un des leurs se fasse blesser par un Allemand, qui regrette aussitôt son geste et le couvre de sa veste pour ne pas qu’il meure (parce qu’il a froid à cause de la blessure, il n’arrête pas de dire « j’ai si froid » comme Rose dans Titanic).

Il guérit, et promet à son nouveau copain de garder sa veste en souvenir. Une fois rentré à Nashville, il peut pas tenir sa promesse parce que c’est hyper mal vu de se balader avec un trench en cuir noir (cf page 1 – c’est exactement c’que je disais au début). Mais il est tenace et se fait refaire le même en beige (plus passe-partout) et plus court (parce qu’à Nashville il fait jamais moins de 15 degrés donc c’est pas la peine de s’encombrer).

Le trench beige est né. Ah oui, j’ai oublié de dire qu’il s’est trouvé une poulette française après la Libération et qu’il l’a ramenée avec lui aux States.


L’inventeur de l‘expression « La classe à Dallas »

Après la guerre, les gens se divertissent comme ils peuvent, notamment en regardant des séries où il ne se passe rien. C’est nécessaire parce qu’il s’est passé trop de trucs dans leur vie pendant la guerre et ils ont besoin de récupérer.

C’est ainsi que naît et cartonne la série Columbo, avec cet acteur qui cherche tout le temps sa femme. C’est en fait le neveu de l’américain au trench beige, et avant de mourir tonton lui a fait envoyer la pelure. Columbo décide de la porter une fois en signe d’hommage (il a enlevé les médailles parce que les producteurs ont dit que sinon les gens auraient peur) et après cet épisode les femmes lui envoient leur Playtex en signe d’amour, alors il se dit pas con Gaston, je vais la mettre tout le temps. Et Bingo, grâce à son manteau le mec est aussi connu que MJ (RIP).


A gauche : « putain mais pourquoi j’ai mis ce trench ? »
A droite : les 2 Be 3 des 80’s

Derrick, qui est allemand lui-même et a connu la guerre (mais en tant que teinturier, donc c’est pas genre séance de psy tous les 4 jours), décide que lui aussi veut rendre hommage serrer des femmes et revêt également le costume du beau gosse mystérieux en beige.

C’est Diane Kruger qui s’empare du trench coat pour l’ajuster à la femme et le doter d’épaulettes (« Eh Paulette ! » « Oui ? »…). Ainsi vêtue, elle rôde autour des studios en quête d’un rôle et pare son chapeau d’une plume en hommage à son aïeul, Guillaume Tell.


En mode « je cherche un rôle mais l’air de rien ».

Ensuite c’est Posh Spice qui lui emboîte le pas et déconne complètement avec sa tenue d’officier qui fait flipper tous les anciens combattants à l’aéroport d’Heathrow. Y’en a même qui descendent à la cave et rallument le téléphone des résistants en disant « Marcassin*, ici Confiture, y’r’viennent ! » Mais Posh confirmera qu’elle a seulement dessiné ce manteau en hommage à l’histoire du trench. Quant à la casquette, c’est pour exciter David qui ne mange rien en ce moment il est terrible.
*© Manu Payet


Victoria Beckham au réveil.

Et voilà comment on en arrive à notre ère, c’est à dire l’automne 2009, date à laquelle le trench n’a pas perdu de sa superbe, au contraire. Dans toutes les newsletters et dans tous les placards, le Trench Coat est encore un indispensable, même si on n’est jamais contente de la couleur qu’on possède. (Moi par exemple j’en ai un rouge et j’en voudrais un bleu marine).


De gauche à droite, à la mode occidentale :
La Redoute, 3 Suisses, Paul Smith, Tommy Hilfiger.

Conseil Mode : pour avoir la classe, le trench doit être doublé, sinon ça fait « Cadeau La Redoute » et idéalement posséder un double boutonnage, comme un caban. On dit pas nan à une ceinture pour cintrer (évidemment pour cintrer, pas pour battre les blancs en neige) même s’il existe quelques modèles de trench coat oversize qui sont pas dégueux. Et pour finir, c’est cadeau ça fait plaisir, une adresse avec plein de trench coat de toutes sortes et de toutes couleurs. Allelujah.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • DoYouLike
    DoYouLike, Le 31 août 2009 à 16h50

    ah l'éternel trench coat ... un grand classique
    trench beige pour se la jouer petite fille sage devant grand mere la journée et trench + sous vetement (ou pas) pour un tripe coquin avec chéri, le soir .

    trench coat ou le manteau qui cache bien son jeu

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)